Uncategorized

RDC-Lisanga Bonganga : « Les vraies consultations passent par Tshisekedi, Kabila et Fayulu, sous la médiation internationale »

Les vraies consultations devant permettre à la RDC de contourner la crise actuelle devraient se faire entre trois personnalités. D’après Lisanga Bonganga, « Félix Tshisekedi, Joseph Kabila et Martin Fayulu étant des éléments de la crise, aucun d’eux ne peut prétendre inviter les deux autres à des consultations ». Car, explique-t-il, « aucune partie d’un problème ne peut prétendre être une solution au problème ».

Ces consultations croisées, poursuit Lisanga Bonganga, « auront l’avantage de clarifier les choses en ce sens qu’elles permettront à chacun des trois camps de rédiger son cahier des charges à soumettre aux débats au cours des échanges pour l’adoption consensuelle d’une feuille de route pour une sortie de crise ».

Mais, la Dynamique pour une solution à la crise (DYSOC) insiste du fait que « ces échanges devraient avoir lieu sous les bons offices des confessions religieuses traditionnelles, avec la facilitation des organisations régionales (SADC, CIRGL…) et de la Communauté Internationale, ainsi que l’accompagnement de Denis Sassou ».

Lisanga Bonganga constate que Félix Tshisekedi vient de lancer les consultations des groupes socio-politiques « que ce dernier estime représentatifs de l’opinion nationale ».

.Il affirme également que « Joseph Kabila, autorité morale du FCC, a saisi, de son côté, cette opportunité pour organiser aussi, à son niveau, les consultations des partis et regroupements politiques membres de sa plateforme ».

La crainte du coordonnateur de la DYSOC est de voir Martin Fayulu démarrer, à son tour, incessamment les consultations de toutes les forces vives de la Nation.

PRÉTENDU ACCORD

Des rumeurs qui alimentent l’actualité sur un prétendu accord signé entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, juste avant la publication des résultats de la présidentielle du 30 décembre 2018, interpelle Lisanga Bonganga.

Le coordonnateur de la Dynamique pour une solution à la crise (DYSOC) se demande « comment le FCC et le CACH connaissaient les résultats de ces élections avant leur publication officielle par la CENI ».

Lisanga Bonganga soutient que « le FCC et le CACH ont toujours affirmé qu’ils sont liés par un accord de coalition pour gouverner le pays ».

« Il appert que cet accord a été signé juste avant la publication officielle des résultats des élections de décembre 2018 et non avant la tenue des scrutins », constate la DYSOC.

« C’est là tout le sens du combat de la vérité des urnes. C’est le fait d’avoir arraché au peuple sa souveraineté qui est à l’origine de la crise de légitimité des institutions », affirme Lisanga.

« Comment expliquer que le président de la CENI ait délibérément dévoilé au FCC et au CACH les résultats des élections avant leur publication ? », se demande une fois de plus l’ancien ministre d’État.

En tout état de cause, la DYSOC réaffirme son soutien à la proposition de sortie de crise portée par Martin Fayulu, « proposition qui demeure une alternative crédible de sortie de crise ».

Par Rachidi MABANDU (FDA)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer