Politique

Insécurité à Kananga : le responsable d’une maison de presse victime d’un vol menace de ressusciter ses ancêtres dans 48h

Par JC Shamois Baks

La Fondation Kasaï Émergent, une maison de presse écrite, basée dans la ville de Kananga, a été visitée par des malfrats dans la nuit du mercredi 11/ au jeudi 12 novembre 2020.

Dans une interview accordée le week-end à Congoreformes.com, le promoteur de cette entreprise de presse dit que les inciviques ont emporté les dispositifs solaires et quelques biens de valeur se trouvant dans son bureau, situé au rond-point du 17 Mai.

Jean Caporal Ngandu a relevé également que le vol est devenu un style de vie dans la sphère de la population dans la ville de Kananga, où et l’insécurité gagne du terrain.

 » ous vivons avec les voleurs aux quartiers et partout. Infos Kashj, c’est une nouvelle maison de production. Au lieu que les gens nous encouragent à avancer, les gens de mauvaise foi nous font reculer. Nous avons notre dispositif solaire qui nous permet de faire face à l’écriture pendant la journée. Nous avons des ordinateurs que nous utilisons comme nous sommes dans la ville de Kananga, où l’énergie est un casse-tête. Des hommes non autrement identifiés ont réussi à casser le cadenas de notre porte et emporté le panneau et la batterie. Ils ont volé aussi d’autres biens de valeur », relate le chef du Magazine Infoskash à infoslive.cd.

Toutefois, Jean Caporal Ngandu accorde un moratoire de deux jours à ceux qui ont. mis la main sur ses biens de venir les lui remettre. Dans le cas contraire, il menace de ressusciter ses ancêtres pour se faire justice.

 » Il faut que ça cesse, cet acte ne nous a pas plu. Et que ces gens, qui ont eu à s’introduire dans notre maison, puisse remettre endéans 48 heures. Je prends à témoin les ancêtres, le Dieu que nous prions, les autorités coutumières, les autorités politico-administraves. Vous devez nous aider à veiller sur la sécurité des personnes et de leurs biens .
Venez remettre à la Fondation Kasaï Émergent avant que je n’impose mon pouvoir », promet le chef Kashiku.

En fait, l’insécurité est devenue récurrente à Kananga.

Le même jour, plusieurs cas et tentatives de vols ont été signalés à Katoka 3 et 2, à Bena Mukangala et à Lukonga.

« Pire, aucune intervention policière n’a été enregistrée », regrettent les victimes rencontrées.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer