Société

Vital Kamerhe: des voix s’élèvent pour demander son évacuation de toute urgence à l’étranger pour des soins appropriés

Des voix s’élèvent de plus en plus pour plaider en faveur d’une libération provisoire du Directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi, « qui souffre des complications respiratoires et de cardiopathie », en vue de son évacuation de toute urgence à l’étranger pour des soins appropriés.

Dans une interview accordée à un média de la place, Me Kabengele, avocat du président national de l’Union pour la nation congolaise explique que « si nous demandons la liberté provisoire, c’est pour qu’il soit à même de se défendre à égalité d’armes avec le ministère public ».

Il révèle que « ça fait bientôt 2 mois qu’il n’a pas de contacts avec ses avocats conseils et le conseil ne pouvait pas se poursuivre en cet état », pointe-t-il.

« Toutes les demandes de liberté provisoire (rejetées) que nous avons formulées, c’était pour amener les juges à considérer cet état de santé. Curieusement, nous avons été buté à un refus non justifié juridiquement », regrette Me Kabengele.

L’homme de toge précise que Vital Kamerhe « n’a pas intérêt d’aller en dehors du pays pour fuir ses responsabilités pénales. Il a tout intérêt de laver son image ternie par les poursuites arbitrairement engagées contre lui. Qu’il soit dans la lune ou dans n’importe quel lieu, Vital Kamerhe a le droit de comparaître. Je dis droit pas l’obligation », assure Jean-Marie Kabengele, avocat du Président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et, lequel a, ces dernières heures, « frôlé le pire », selon son entourage.

Condamné à 20 ans des travaux forcés et à 10 ans d’inéligibilité « pour détournement des deniers publics » dans le cadre de l’exécution des travaux du programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, qui a fait appel de sa condamnation, a été transféré dans un centre de santé pour des soins médicaux appropriés.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer