Non classé

*UDCO: Jean-Claude Masangu destitué de la présidence.*

Gmail – G

La nouvelle est tombée comme un couperet. Jean-Claude Masangu Mulongo n’est plus Président National de l’UDCO (Union pour le développement du Congo). Le collège des fondateurs du parti de l’horloge en a décidé ainsi. Une rencontre de ces hommes et femmes qui ont créé ce parti avec feu le Ministre de la Culture et des Arts Banza Mukalay Sungu a eu lieu ce week-end à Kinshasa pour statuer sur la question. Selon des sources proches de l’Autorité morale de cette formation politique, 14 membres sur les 16 qui composent le collège de fondateurs ont signé la motion portant « destitution de M. Masangu Mulongo de son poste de Président National de l’UDCO.
Il est notamment reproché au désormais ex-Président de l’UDCO, le mépris à l’endroit des cadres du parti, l’amateurisme et le tribalisme. L’ancien Gouverneur de la Banque Centrale du Congo confondrait le fonctionnement d’un parti politique à celui d’une banque, dont l’homme fut le NEC ultra. « Il est le Boss et tous les autres sont des subalternes sans voix délibérative. Même ses Vice-président n’ont pas droit à la moindre information sur les initiatives qu’il prend au nom du parti. La base ne représente rien aux yeux du nouveau Chef du parti. Les élus qui représentent la force-même  de la formation politique ne sont que des simples figurants », déclare à CongoReformes un des hauts cadres de l’UDCO basé dans la province du Haut Katanga. Notre source évoque aussi les nombreux échecs politiques accumulés par le 1er successeur de Banza Mukalay. En effet, avec 8 élus nationaux (Députés et Sénateurs), sans compter les provinciaux ayant rejoint le parti, l’UDCO est l’un des 5 grands sociétaires de la Majorité Présidentielle. Le parti est de moins en moins représenté dans les institutions depuis la mort de son leader. Sous la gestion Masangu, le parti a perdu l’élection par la Sénatrice Bijoux Goya au poste de Rapporteur Adjoint. La base met cet échec à la tête d’un Président dont le calcul et les négociations politiques sont les cadets des soucis. L’UDCO n’est pas représenté au Gouvernement Tshibala, même par le moindre Vice-ministre. Là encore, les cadres et la base reprochent au Président Masangu cet échec cuisant. Comme pour dire que les échecs deviennent une coutume à l’UDCO sous JC Masangu. Pourquoi l’UDCO, avec ses huit élus peut manquer un poste au gouvernement ? Selon certaines indiscrétions, le Président de la République avait bel et bien réservé un portefeuille au parti cher à feu Banza Mukalayi. Mais son Président   aurait envoyé pour nomination pour le compte de l’UDCO, une liste indigeste des noms de personnes n’en faisant pas parti. La liste de Masangu compterait lui-même (1), sa fille (2) et Me Aimé Kilolo (3) avocat de Jean-Pierre Bemba. Tous les trois ministrables originaires d’un même territoire, Malemba-Nkulu. Ce qui est immoral de l’avis des observateurs. Refusant de continuer à assister impuissant à la mort silencieuse de l’oeuvre de leurs mains, les fondateurs de l’UDCO ont décidé de défenestrer l’ancien Gouverneur de la BCC de la présidence du parti. En attendant la convocation du congrès, l’intérim serait confié au Premier Vice-président, le Député et ancien Ministre Joseph Mudumbi.
Jean-Claude Masangu Mulongo a été investi Président de l’UDCO le 21 juin 2016 à la suite du décès de Banza Mukalay.

Ci-dessous la déclaration de l’UDCO portant déchéance de son Président Masangu  M.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer