Nation

Sud-Kivu : 15 morts, plusieurs blessés et disparus dans de violents combats à Kipupu

Quinze personnes sont mortes, plusieurs autres avaient été blessées, des centaines de personnes portées disparues et des dégâts matériels importants, ont été enregistrés lors de l’attaque armée de la localité de Kipupu, au Sud-Kivu, dans la nuit du 16 Juillet dernier. Ce bilan a été livré par le président de la société civile du secteur d’Itombwe, Jean Abakwa, mercredi 29 juillet à la délégation mixte gouvernement provincial, FARDC, MONUSCO et société civile, par la population de Kipupu, témoins et victimes des évènements survenus il y a deux semaines. 

Jean Abakwa  a expliqué à la délégation, conduite par le ministre provincial de l’intérieur ce mercredi à Kipupu, en territoire de Mwenga le déroulement de cette scène macabre : 

« C’était vers 5h00’du matin. On a entendu des coups de balle en plein village, on voyait aussi des maisons brulées et la population a fui en brousse en débandade. Et quand on est sorti vers 15h, on a trouvé huit cadavres tués par machettes et par balle, sept personnes calcinées et onze blessés et 250 personnes portées disparues ». 

Sur place, la communauté réclame le retour des FARDC dans la région.  Le chef de sous-bureau de la MONUSCO à Uvira, Abdourahamane Ganda rassure la population : 

« Nous y étions et nous avions quitté en Mars dernier parce que l’évaluation avec la population avait montré qu’il n’y avait plus de menaces. Nous allons travailler avec les FARDC pour sécuriser davantage la zone. Nous sommes là pour sécuriser tous les Congolais et nous allons continuer à le faire ». 

Le ministre provincial de l’intérieur du Sud-Kivu, Lwabanji Lwasi Ngabo compatit avec les habitants de Kipupu. Le gouvernement provincial fera de son mieux pour le maintien des FARDC et un déploiement de la police à Kipupu. Il appelle la population de la zone des Hauts Plateaux d’Itombwe à ne pas perpétrer le cycle des violences par des représailles. 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer