Nation

Soutien des femmes du FCC à Thambwe Mwamba: « C’est une véritable honte! » (Marie-Josée Ifoku)

« Je viens de lire la déclaration des femmes du FCC. C’est une véritable honte! » tranche Marie-Josée Ifoku, ancienne candidate à l’élection présidentielle de décembre 2018, en réaction à la déclaration d’une vingtaine de femmes du Front Commun pour le Congo qui ont, dimanche 03 mai, exprimé leur soutien au Président du Sénat congolais qui fait face à la pression des organisations féminines, lesquelles lui demandent notamment de démissionner pour avoir traité la Sénatrice Bijou Goya « d’immorale » en pleine plénière.

Marie-Josée Ifoku poursuit: « Si nous n’avions que ces dames comme femmes dans le monde, j’aurais abandonné mon combat ». Heureusement, dit-elle, qu’il y’a celles qui continuent ce combat dans le silence, misère mais dans la dignité.

La seule femme ayant brigué la magistrature suprême en 2018 accentue la mobilisation des femmes à se lever pour dénoncer « cet homme qui n’a aucune considération pour la Femme, une femme qui n’a fait que son travail et qui s’est vue humiliée en plein jour par celui qui est sensé être le protecteur des droits et libertés fondamentales.

Pour rappel la Sénatrice Goya Kitenge Bijoux, Élue du Haut-Katanga et alliée de l’AFDC-A, a adressé une correspondance au Président du Sénat dans laquelle elle demande des éclaircissements sur la passation de marché des travaux de transformation de l’hémicycle du Sénat.

Dans sa correspondance, elle a rappelé également que le président du sénat avait, lors de l’ouverture de la session, affirmé que « les travaux ont été commandés dans le strict respect des procédures en matière de passation des marchés et qu’ils avaient été exécutés, par préfinancement de l’entreprise, à la suite des garanties données par le bureau ».

Mais, elle voulait comprendre si les choses se sont faites dans la transparence et le respect des normes.

«Dans le cas d’espèce, je doute fort que vous ayez opté pour la passation des marchés de gré à gré, étant donné que cette procédure est exceptionnelle et décriée de nos jours. En conséquence, je suis intimement convaincue que vous avez recouru en toute logique à l’appel d’offres pour la passation de ce marché», avait-elle-écrit.

La sénatrice a dressé une brochette de questions liées au cout global des travaux ayant servi au préfinancement des travaux de l’hémicycle, au tableau de dépouillement ou d’évaluation des offres et la justification de l’entreprise retenue.

Mme Goya ne s’est pas arrêté là. Elle voulait aussi savoir le nom de l’entreprise qui a gagné le marché, la composition du dossier de l’appel d’offres, le nombre d’entreprises ayant répondu à l’appel d’offres.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer