Informations, Communication et Relations Presses

RDC-Tueries de Djugu : Félix Tshisekedi réitère son engagement à éradiquer tout mouvement d’insurrection sur le sol congolais

Félix Tshisekedi lors de la clôture de la huitième session de la conférence des gouverneurs de provinces. Kinshasa, le 23 décembre 2021.

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi réitère son engagement à éradiquer tout mouvement d’insurrection sur le sol congolais. Le message est partagé sur le compte Twitter de la Présidence à la suite des tueries des civils dimanche 8 mai 2022 par des miliciens de la CODECO associés à ceux de la Force patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC) dans la localité de Massasi à 92 kilomètres au nord-ouest de Bunia dans le territoire de Djugu (Ituri).

Selon le chef coutumier de cette entité, les victimes sont en majorité des orpailleurs. Il parle également d’une trentaine de blessés, qui sont admis dans des structures sanitaires de la place. 

« Depuis Abidjan (Côte d’Ivoire), le Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a appris la disparition tragique de 35 citoyens congolais, dans le territoire de Djugu dans la Province de l’Ituri, morts assassinés par des miliciens de CODECO. Le Président de la République condamne avec fermeté ce crime répugnant et odieux, il présente ses condoléances les plus émues aux familles éplorées et réitère son engagement à éradiquer tout mouvement d’insurrection sur le sol congolais », indique la Présidence.

Attaque en RD Congo : des dizaines de morts dans l’attaque d’une mine d’or en Ituri

Un homme avec une arme

Des dizaines de personnes ont été tuées dimanche après que des hommes armés ont attaqué une mine d’or à Djugu, dans la province de l’Ituri, dans l’est de la République démocratique du Congo.

L’agence de presse AFP cite un responsable local disant que 29 corps avaient été récupérés de la mine artisanale.

Parmi les morts, se trouvait un bébé de quatre mois, a-t-il ajouté.

A lire aussi :

Qui est l’auteur de cette attaque ?

Dans un communiqué, le ministère de la Communication a imputé l’attaque au groupe rebelle Codeco.

“Le gouvernement précise que cet énième acte barbare et lâche des terroristes du Codeco sur des populations innocentes n’ébranlera en rien sa détermination à rétablir la paix”, a déclaré le ministère .Ignorer Twitter publication,

#RDC Le Gouvernement a appris avec tristesse le massacre de plusieurs dizaines des compatriotes ce dimanche à Djugu. Il tient à présenter ses condoléances aux familles des victimes et leur rassure de son appui indéfectible pour surmonter cette dure épreuve – @FARDC_off (1) pic.twitter.com/X5FydwRXsc— Ministère de la Communication et Médias/RDC (@Com_mediasRDC) May 8, 2022

Fin de Twitter publication, 1

“L’armée travaille jour et nuit pour éliminer complètement les groupes armés ici en Ituri”, a déclaré le porte-parole de l’armée, cité par l’agence de presse Reuters.

Dieudonné Lossa, leader de la société civile de l’Ituri, a déclaré à la BBC que l’attaque avait été menée par “la milice Codeco, comme toujours”.

Les images déplorables des victimes vues par la BBC montrent des femmes et des enfants parmi les personnes tuées et des traces de machettes à la tête et au cou.

Selon M. Lossa, le nombre de victimes pourrait être plus élevé car des recherches sont en cours pour retrouver les personnes disparues après l’attaque.

Que s’est-il passé ?

Dimanche matin, les rebelles ont attaqué la localité en tirant des coups de feu avant de commencer à tuer au hasard avec des machettes et des fusils, selon les habitants.

Selon la radio Okapi de l’ONU, l’attaque a fait environ soixante (60) morts et une trentaine de blessés.

En février, CODECO a attaqué un camp du HCR pour civils déplacés, faisant plus de 50 morts.

Le groupe rebelle CODECO a été invité mais ne s’est pas présenté aux pourparlers de Nairobi du mois dernier avec le gouvernement de la RD Congo pour appeler les milices à déposer les armes.

Les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu sont placées sous état de siège depuis plus d’un an afin de lutter contre les milices de la région.

Le groupe Codeco a déjà été accusé d’avoir mené des raids contre des civils ces derniers mois.

Il est accusé d’avoir tué au moins une douzaine de personnes dans une église en mars et 60 autres en février 2022.

Carte RD Congo

Avec RO/BBC

Oscar BISIMWA

Read Previous

Cape Town: Sama Lukonde à INDABA 2022 pour présenter les opportunités d’investissement en RDC

Read Next

Conférence contre la désertification à Abidjan : la dégradation des terres n’est pas une fatalité (ONU)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *