Informations, Communication et Relations Presses

RDC : près de 2 milliards USD sont nécessaires pour aider 8,8 millions de personnes en 2022, le plus grand nombre en insécurité alimentaire au monde

Une jeune fille et sa petite sœur dans un camp de fortune à Kalemie, dans la province du Tanganika (photo d’archive) L’est de la RDC est touché par une nouvelle vague de violences contraignant des milliers de civils à fuir leur foyer.

lUne jeune fille et sa petite sœur dans un camp de fortune à Kalemie, dans la province du Tanganika (photo d’archive) L’est de la RDC est touché par une nouvelle vague de violences contraignant des milliers de civils à fuir leur foyer.    

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et la communauté humanitaire ont appelé en février 2022 à la mobilisation des fonds nécessaires pour mettre en œuvre le plan de réponse humanitaire 2022 qui vise à apporter de l’aide à 8,8 millions de personnes.

« Le quotidien de millions de personnes demeure pénible. Souvent vivant dans l’insécurité, contraintes de se déplacer parfois plusieurs fois, elles ne peuvent subvenir à leurs besoins vitaux réduisant leurs perspectives pour une vie meilleure », a dit la Coordonnatrice humanitaire par intérim en République démocratique du Congo, Suzanna Tkalec.

« L’aide humanitaire reste cruciale pour la survie de ces enfants, ces femmes et ces hommes », a souligné Mme Tkalec.

La situation humanitaire en RDC demeure grave et complexe pour des millions de Congolais, majoritairement dans l’Est du pays, signale le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Quelque 27 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire — nourriture, eau, médicaments, abris, protection, entre autres — en 2022, selon les ONG nationales et internationales ainsi que les agences humanitaires de l’ONU.  Les 8,8 millions de personnes considérées les plus vulnérables, parmi ces 27 millions, seront ciblées en priorité.

Le plus grand nombre de personnes en insécurité alimentaire au monde

Avec 27 millions de personnes qui vivent en situation d’insécurité alimentaire aigüe, la RDC est le pays avec le plus grand nombre de personnes en insécurité alimentaire au monde.

Sur près de 4,2 millions de personnes souffrant de la malnutrition aigüe globale, 2,4 millions sont des enfants de moins de cinq ans. 

Environ 5,5 millions de personnes — le plus grand nombre sur le continent africain — sont déplacées à l’intérieur du pays, principalement à cause des conflits armés. L’ONU signale que la vulnérabilité des populations est aussi aggravée par des problématiques structurelles telle la pauvreté extrême des populations ainsi que l’insuffisance des infrastructures de base.

Moins de la moitié du plan humanitaire a été financé en 2021

En 2021, malgré un taux de financement de 39% du plan de réponse humanitaire pour 2021, le taux le plus bas de ces 10 dernières années, l’assistance humanitaire a eu un impact sur la vie des milliers de personnes : au 30 septembre, plus de 5,4 millions personnes ont vu leurs besoins alimentaires couverts, 1,2 million d’enfants atteints de malnutrition aigüe ont eu accès à des soins, plus de 2,1 millions de personnes ont bénéficié des transferts monétaires permettant d’acheter notamment des produits et aliments de première nécessité.

« L’aide humanitaire demeure capitale pour des millions de personnes. Cette année encore, nous avons besoin de la générosité de tous afin de porter secours aux personnes les plus vulnérables », a conclu Suzanna Tkalec.

Situation humanitaire: le cas de la RDC demeure préoccupant

Le secrétaire exécutif de la Caritas, Boniface Nakwagelewi Ata Deagbo, a fait la déclaration jeudi 5 mai 2022 à Genève, en Suiise, au cours de la réunion du briefing des Etats membres des Nations unies sur la situation humanitaire en République démocratique du Congo (RDC).

Plusieurs invités ont pris la parole aus assises de Genève, notamment le coordinateur humanitaire des Nations unies, le représentant des organisations non gouvernementales (ONG) internationales, le représentant des ONG nationales, ainsi que le ministre des Affaires sociales et humanitaires.

Intervenant en ligne, le secrétaire exécutif de la Caritas Congo a peint un tableau sombre de la situation humanitaire dans le pays, déplorant l’insuffisance de l’aide  face aux besoins changeants, causés par l’instabilité sécuritaire et le déplacement pendulaire de la population. Il a, en outre, planché sur le partenariat, localisation et Grand Bargain, avant de lancer un cri d’alarme de la population affectée à la communauté internationale.

Tout en remerciant les États membres des Nations unies pour leur soutien à la RDC depuis plus de décennies, les ONG nationales ont toutefois sollicité leur assistance en dépit de la crise en Ukraine. ”Vu la gravité de la situation humanitaire précaire, ne pas négliger la solidarité internationale avec la RDC à cause des crises en Ukraine et ailleurs, mobiliser davantage des ressources financières permettant de réaliser effectivement le Plan de réponse humanitaire 2021–2022 en faveur de la population en détresse”, ont-elles fait savoir. Elles ont insisté sur le soutien que les États membres devront apporter au gouvernement congolais pour assurer efficacement l’intégrité territoriale, la protection des personnes ainsi que leurs biens et travailler sur les causes qui attirent les jeunes à se faire recruter dans des groupes armés.

La mise en œuvre effective du Programme de développement local des 145 territoires, lancé par le gouvernement, y contribuerait certainement. Pour ce qui est de la sécurité et de la paix en RDC, les ONG nationales ont recommandé aux Etats membres de pousser toutes les parties prenantes à respecter l’Accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC . Elles ont profité du cri d’alarme de la population pour recommander à la communauté internationale d’appuyer, dans le cadre de la localisation, la coordination et le renforcement de leurs capacités en vue de la pérennisation des acquis ; faciliter l’inclusion d’indicateurs pour le renforcement des capacités et transfert des compétences des acteurs internationaux aux acteurs locaux ; appuyer le groupe de référence de la RDC pour une application effective des engagements pris par les signataires de Grand

Avec ONU INFO/ Bargain.Blandine Lusimana (ADIAC)

Oscar BISIMWA

Read Previous

Coupe de la CAF (demi-finale aller) : bardée d’expérience et de détermination, la Renaissance de Berkane compte venir à bout du TP Mazembe

Read Next

RDC: Félix Tshisekedi en mission officielle à Juba au Sud-Soudan

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *