Uncategorized

RDC-Ne Muanda Nsemi (né Zacharie Badiengila) : chimiste, physicien, écrivain

Akere Tabeng Muna

Né Zacharie Badiengila dit Ne Muanda Nsemi en 1946 date et mois inconnus au village de Nsuku Malombo dans le secteur de Mongo Luwala, territoire de Luwozi dans la Province du Kongo – Central de l’union de Monsieur Nsemi Thomas et et Madame Mpolo Ngimbi. Il est sixième d’une fratrie de 7 enfants. A l’âge de 12 ans il est amené à Léopoldville par Monsieur Bakana Pierre un proche de la famille.

Elève à l’Athénée de Ngiri-Ngiri inscrit en Math-Physique, après son baccalauréat il est inscrit à l’Université de Lovanium actuel Université de Kinshasa dans la Faculté des Sciences département de la Chimie. A la sortie de l’Université, il deviendra professeur de Chimie, Physique et des Mathématiques aux Humanités Scientifiques.

Il dirigea dans les années 70, depuis l’Europe clandestinement un mouvement en faveur d’Albert Ndele après la mort de Joseph Kasa-vubu où il signa des correspondances sous le nom de « Moni Mambu ». En 1986, il va fonder le Bundu dia Kongo, sous le nom de Ne Mwanda Nsemi, une organisation mystique et devient N’longi à Kongo (Grand Maitre de la Sagesse Kongo) où il prône la revalorisation de la culture Kongo en général. Il a été tour à tour, chef de laboratoire de Chimie à l’Office de Route, Agent à l’Institut de Médecine Tropicale où il fut nommé chef de section Bactériologique à l’Hôpital de Mama Yemo aujourd’hui Hôpital Général de Référence de Kinshasa.

En 2006, il est élu député national sous le label de Bundu dia Mayala son parti politique, pour le compte de Luozi en deux jours de campagne car interdit d’y séjourner. Il sera réélu en 2011 cette fois-ci dans la Ville Province de Kinshasa circonscription de la Funa. Zacharie Badiengila dit Ne Mwanda Nsemi est père de dix enfants.

Licencié en Chimie, il est auteur de plus de 113 livres en français et 120 en Kikongo dont le « Makongo » un livre sacré de la religion Bukongo de près de mille page. Il a également publié plus de 3300 bulletins appelés Kongo Dieto.

Quelques-uns de ses écrits :
– L’authenticité et la religion ;
– Revaloriser nos langues africaines ;
– Voici le munu kutuba ;
– Les statuts de Bundu dia Kongo ;
– L’authenticité et la civilisation ;
– L’authenticité et les Tribus ;
– Les Saboteurs de l’authenticité ;
– Allez à Mama Yemo ;
– Bundu dia Kongo et l’authenticité ;
– La confédération de Ntimansi ;
– La structure de Bundu dia Kongo ;
– Le message de de Bundu dia Kongo ;
– BDK et la Conférence nationale ;
– L’Histoire de Kongo – Central ;
– Connaissez les Bakongo ;
– La langue Kikongo ;
– Réhabilité la culture africaine ;
– Le Kikongo est la science chimique ;
– Le discours inaugural de Makongo ;
– La spécificité de la réligion Kongo ;
– Jésus et la Bible ;
– La terre du Kongo ;
– Le Kikongo est l’académie militaire ;
– Le Kongo Central ;
– Non Monsieur le professeur ;
– Les nouveaux portugais de Luanda ;
– Les enfants de Ne Kongo ;
– La renaissance africaine ;
– La province du Kongo dia luangu ;
– Mes références ;
– N’longi a Kongo parle aux jeunes Bakongo ;
– Le pétrole du Kongo Central ;
– Le culte panafricain ;
– L’Etat de Kuimba ;
– Le Kikongo et l’enseignement ;
– L’Union de Ntimansi ;
– Le Kikongo est la science de l’Electron ;
– Xénophobie ? Non !;
– Les problèmes du Kongo central ;
– Au Gouverneur du Kongo Central ;
– Au Premier Ministre Kengo wa Dondo ;
– L’impression du Makaba ;
– Les Noms de Bakongo ;
– La Boussole de l’Union de Ntimansi ;
– L’Espace culturel Kongo ;
– Les ennemis de la culture ;
– Le Sectarisme chrétien ;
– L’autonomie des chrétiens ;

Le gourou du mouvement politico-religieux arrêté vendredi 24 avril 2020 a été transféré samedi 26 avril dans un centre psychiatrique de Kinshasa en République démocratique du Congo afin de déterminer s’il a toutes « ses capacités mentales ». Il est poursuivi pour « rébellion » « atteinte à la sûreté de l’État » et d’incitation à la haine tribale »

Depuis le 13 avril 2020, une vingtaine de personnes, adeptes et policiers, ont été tuées dans trois accrochages dans la province du Kongo-Central, le long de la RN1, une route d’une importance vitale pour Kinshasa la capitale aux dix millions d’habitants.

Partisans d’une scission de leur province, les séparatistes du « BDK » voulaient s’en prendre aux « non-originaires » du Kongo-Central, c’est-à-dire aux Congolais venus d’autres provinces.
Source : Bundu dia mayala et Congovirtuel

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer