Politique

RDC-MLC : Jean-Pierre Bemba investi candidat à la présidentielle 2018

Le sénateur Jean-Pierre Bemba a été investi candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 pour le compte du Mouvement de libération du Congo (MLC). C’est l’une des résolutions prises vendredi 13 juillet 2018 à Kinshasa, à la clôture du IIIe congrès de ce parti de l’opposition.

 

Les participants à ce congrès ont aussi décidé de reconduire Jean Pierre Bemba à la tête du Parti pour un mandat de 5 ans

 

« Conformément aux prérogatives qui nous sont reconnues par nos statuts, nous avons décidé à l’unanimité de reconduire le sénateur Jean-Pierre Bemba comme président national du MLC pour un mandat de cinq ans et de l’investir comme notre candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 », a affirmé le rapport général du Congrès, Jean Jacques Mamba.

 

Selon lui, la commission politique du MLC a aussi entériné 715 candidatures à la députation provinciales et 500 à la députation nationale dans toutes les circonscriptions de la République.

 

Ouvert jeudi 12 juillet 2018, le congrès du MLC s’est tenu sans son président Jean-Pierre Bemba, qui séjourne à Bruxelles après avoir été acquitté par la Cour pénale internationale. Il était accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

 

Pour la secrétaire générale de ce parti, Eve Bazaiba, la tenue de ce 3e conseil des représentants, permet au MLC de dégager les lignes maitresses qui doivent guider la RDC en tant qu’Etat moderne et compétitif dans le concert des Nations.

 

« Notre pays la RDC a perdu toute crédibilité tant sur le plan diplomatique que sur le plan des affaires. La RDC n’a plus des repères au point d’être dessaisi du leadership de ses ressources naturelles. L’on notre cependant l’absence totale d’une politique gouvernementale claire sur la gestion du bassin du Congo », a déclaré Eve Bazaiba.

 

Jean-Pierre Bemba, investi par son parti, pourra-t-il être candidat?

 

Alors qu’il est installé provisoirement à Bruxelles, attendant d’être fixé sur sa peine dans l’affaire dite de subornation de témoins à la Cour pénale internationale (CPI), Jean-Pierre Bemba Gombo a été investi, ce vendredi, par le Mouvement de Libération du Congo (MLC), son parti, comme candidat à la présidentielle de décembre 2018. A-t-il une chance de pouvoir déposer sa candidature ?

 

A peine acquitté par la CPI, l’ancien vice-président de RDC se lance dans la course électorale. Depuis jeudi, son parti, le MLC, tenait son congrès. Le chairman n’était pas présent, il est toujours en Belgique auprès de sa famille, remis en liberté provisoire en attendant d’être fixé sur sa peine dans l’affaire de subornation de témoins qui l’oppose encore à la CPI. Il a néanmoins été investi candidat par son parti qui entend faire de lui le candidat unique de l’opposition.

 

Un congrès qui revitalise ses partisans

 

C’est avec des chansons et des danses que plusieurs centaines de militants du MLC réunis au Centre Nganda de Kinshasa ont accueilli la désignation de Jean-Pierre Bemba Gombo comme candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018.

 

Et pour rassurer ses militants, l’ancien vice-président de la République s’est adressé personnellement à l’assistance en direct par téléphone depuis Bruxelles. « Une fois de plus, un grand merci pour la confiance que vous m’avez faite. J’espère en témoigner de ma personne. J’espère vous voir prochainement à Kinshasa. Je vous remercie tous, à bientôt. »

 

L’échec à la présidentielle de 2006 oubliée, les dix ans de prison également oubliés, du moins ce soir, les militants du MLC sont contents. Jeanpy a participé à cette cérémonie d’investiture.

 

Dans l’une de leurs résolutions, les participants à ce troisième congrès du MLC ont réaffirmé leur soutien à l’unité d’action de l’opposition et ont demandé au parti de proposer à d’autres opposants le nom de Bemba comme candidat unique de l’opposition.

 

« Je crois en la sagesse de l’opposition, parce que si nous y allons en ordre dispersé, nous allons perdre ces élections. Aujourd’hui, Jean-Pierre Bemba représente une solution pour les Congolais », assure Adolphe Voto, cadre du parti.

 

Ainsi désigné par le MLC, malgré son absence physique au pays, Bemba devra officiellement déposer sa candidature entre le 25 juillet et le 8 août 2018, comme le prévoit le calendrier électoral.

 

Quel processus de candidature l’attend?

 

Le ministère congolais des Affaires étrangères s’est empressé de l’annoncer avant même la fin du congrès : Jean-Pierre Bemba s’est vu délivrer son passeport diplomatique. L’opposant congolais n’avait plus de papier valide après dix années passées en prison. Mais il reste sénateur. « Ce passeport diplomatique, il y a droit à ce titre et c’est le président du Sénat qui a appuyé sa demande », explique une source diplomatique congolaise qui dément toute faveur envers l’ancien vice-président, alors qu’un autre candidat de l’opposition, Moïse Katumbi, peine à obtenir les siens.

 

Pour rentrer au Congo, Jean-Pierre Bemba doit simplement notifier la CPI de son changement d’adresse, c’est ce qu’expliquent le porte-parole de la cour comme son avocate. « On craint que le bureau du procureur ne s’y oppose quand même », explique un ancien membre de son équipe de défense.

 

Jean-Pierre Bemba doit impérativement rentrer au Congo pour déposer lui-même sa candidature et s’enrôler, c’est ce que prévoit le code électoral dans son point 9. La crainte de l’entourage de Jean-Pierre Bemba, c’est que le régime « instrumentalise » le point 10 du même code qui depuis décembre 2017 stipule qu’est inéligible toute personne condamnée pour corruption par un jugement irrévocable.

 

L’opposant congolais, acquitté pour crimes de guerre et contre l’humanité, est condamné pour subornation de témoins par la CPI. « Mais la corruption et la subornation, ce n’est pas la même chose », assurent les partisans de l’ancien vice-président congolais.

 

L’ultime obstacle à la candidature de Jean-Pierre Bemba serait en fait une condamnation à cinq ans de prison pour subornation de témoin. La CPI doit toujours déterminer sa peine. Malgré ses dix années en prison, l’opposant congolais pourrait, si les juges suivent les recommandations du bureau du procureur, devoir retourner purger le restant de sa peine. La décision pourrait intervenir soit d’ici au 20 juillet ou après le 13 août, date des vacances judiciaires à La Haye.

 

RO/RFI/CR

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer