Non classé

RDC : le COSSEP exige du gouvernement l’application effective du SMIG pour les travailleurs

Le Conseil syndical des services publics et privées « COSSEP » a exigé du gouvernement de la RD Congo l’application effective du salaire minimum inter- professionnel garantie pour les travailleurs régis par le code du travail ainsi que l’application sans faille des accords signés de bonne foi dans le secteur de l’enseignement, de la magistrature et autres a déclaré le secrétaire général du COSSEP, Jean pierre Kimbuya dans un entretien accordé jeudi 14 septembre 2017 à l’ACP.
En outre, le COSSEP a invité le gouvernement à régulariser la situation des agents de l’État demeurant jusqu’à ces jours de nouvelles unités ainsi que de respecter l’échéance pour la paie des salariés au coût de la vie. Cette revendication collective de tous les travailleurs de la République vise à garantir la paix sociale, gage d’une société juste et égalitaire.
Le COSSEP a, par ailleurs, exhorté le gouvernement à réhabiliter le cadre permanent du dialogue social « CPDS » abrogé par l’ancien premier ministre Matata Ponyo en vue de prévenir les éventuels conflits de travail et de trouver des solutions pérennes aux problèmes des travailleurs. Le COSSEP regroupe les travailleurs du secteur public, de l’enseignement, de la santé et de la magistrature ainsi que ceux du secteur privé d’intérêt général.
Plaidoyer pour l’amélioration des conditions des travailleurs en RDC
L’Intersyndicale du Congo a réclamé le 1er mai 2017 l’amélioration des conditions des travailleurs tant du secteur public que privé de la RDC.
A Kisangani (Tshopo), le président provincial de cette structure a lancé cet appel au cours d’un défilé en marge de la journée mondiale du travail, devant l’esplanade de la grande poste.
Cette fête a été commémorée sous le thème: «Construire l’avenir avec un travail décent».​
Malgré la bancarisation des salaires agents et fonctionnaires de l’Etat, indique le président de l’Intersyndicale à la Tshopo, le salaire n’assure pas le bien-être et son pouvoir d’achat dérisoire ne couvre pas les deux bouts du mois.
«Avec sa rémunération mensuelle, le fonctionnaire n’arrive pas à scolariser ses enfants, ni à les soigner et non plus à les nourrir convenablement», s’est plaint le président de l’Intersyndicale, à Kisangani.
Il a regretté que le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) ne soit pas respecté dans les entreprises congolaises du secteur privé.
Le président de l’Intersyndicale fait allusion notamment aux Congolais œuvrant dans les boutiques et magasins des expatriés.
Le gouverneur de la Tshopo, Jean Ilongo Tokole, a promis de transmettre les revendications des travailleurs de son entité aux autorités compétentes.
A Kinshasa, les travailleurs de toute catégorie ont défilé devant le Premier ministre sortant, Samy Badibanga, sur le boulevard triomphal.
Situation pas rose à Mbuji-Mayi
Pour l’Intersyndicale des travailleurs au Kasaï-Oriental, la situation des travailleurs est loin d’être rose, principalement dans les entreprises minières et des emplois du secteur informel.
«Le tableau des conditions de travail au Kasaï-Oriental n’est pas que rose. Si certaines entreprises se conforment aux exigences de la loi sociale, d’autres par contre préfèrent la violer, exposant les travailleurs à des dangers quant à leur sécurité physique, sociale et alimentaire», a souligné le président de cette structure.
Il cite notamment les cas des employeurs œuvrant dans le secteur informel, des maisons de gardiennage, de certaines maisons de presse et autres.
«Il est vrai que le travail anoblit l’homme mais, lorsque ce dernier accumule plusieurs mois de retard dans la satisfaction de ses besoins, le travail finit par le chosifier », a-t-il ajouté.

 

ACP/CR

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer