Politique

RDC-Freddy Matungulu : « Je suis candidat à la prochaine élection présidentielle »

Le professeur Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir, président national de  Congo na Biso (CNB) sera « candidat » à la présidentielle du 23 mars 2018 en République démocratique du Congo (RDC).

« Je serai candidat à la prochaine élection présidentielle », -t-il déclaré mercredi 21 mars 2018 à Kinshasa en annonçant,lors d’une conférence de presse au siège de son parti, la création de sa plateforme électorale « Synergie électorale notre Congo » (SYENCO), dont la sortie officielle est prévue en mai prochain.

« Ce que nous essayons de faire, c’est de créer un environnement dans lequel les Congolais, qui pensent qu’on peut faire la politique autrement dans ce pays, peuvent se retrouver. Un contexte dans lequel on fait la politique pour accéder au pouvoir, non pas comme si on cherchait à aller manger un gâteau, mais bien pour aller servir le pays. C’est ce que moi j’appelle le pouvoir sacerdoce », a expliqué l’ancien ministre de l’Economie, des Finances et du Budget dans le tout premier gouvernement du président Joseph Kabila, entre 2001 et 2003,

La SYENCO, qui entend « être totalement inclusive, visant à mettre au service de la nation le savoir-faire politique et technique collectif des congolais de tous horizons politiques et de la société civile », poursuit trois principaux objectifs :

(i) Rétablir la dignité perdue de notre grande nation ;

(ii) S’assurer du retour de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; et

(iii) Lancer les travaux herculéens du développement d’une économie forte et inclusive.

Freddy Matungulu est une référence dans l’envol économique de la RDC. C’est avec lui que la RDC a renoué en 2001 avec les institutions de Bretton Woods (FMI et Banque mondiale). Après s’être retiré de la vie politique – à la suite de sa démission du gouvernement en 2003 – Freddy Matungulu s’était retranché au FMI. Retraité du Fonds, il a retrouvé sa liberté d’expression et nourrit désormais des ambitions présidentielles.

A la tête du parti politique, Congo na Biso (CNB), le professeur Freddy Matungulu a un projet pour la RDC.

ALLOCUTION DE FREDDY MATUNGULU MBUYAMU, PRESIDENT DE LA SYENCO

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à notre invitation.

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, l’actualité nationale est riche en événements divers ces derniers temps. A travers vous, je souhaite pouvoir faire connaitre mes positions sur les grandes questions d’actualité nationale.

En même temps, par votre intermédiaire, j’entends répondre aux questions de nos compatriotes sur les sujets qui les préoccupent. Cette discussion, à bâtons rompus, sera sans complaisance, sans langue de bois.

Avant de me prêter au jeu des questions-réponses, je souhaite tout d’abord lire le message que j’ai préparé ce jour à l’intention de nos populations.

Congolaises, congolaises, chers compatriotes,

Près de soixante années après l’indépendance, notre pays et sa population vivent dans une misère d’enfer. Pour améliorer nos conditions de vie, nous devons remettre la patrie sur la voie du travail bien fait, du progrès. L’urgence de la refondation de la nation se passe aujourd’hui de commentaire.

Dans le contexte trouble du moment, nous devons être plus que jamais unis et respectueux de nos devoirs de patriotes, en particulier celui de participer massivement aux joutes électorales à venir. Il faut que ces élections s’organisent de façon responsable, dans la transparence et l’équité. Nous devons rester mobilisés, impliqués dans le suivi du processus électoral, et maintenir la pression sur la CENI et le gouvernement pour qu’il en soit ainsi.

Dans cette perspective, nous annonçons ce jour la création de la plateforme électorale « Synergie Electorale Notre Congo (SYENCO). » Comme le mouvement français En Marche de récente mémoire, la SYENCO se veut un lieu de rencontre et de convergence de tous les fils et toutes les filles de la RDC capables, intègres, et prêts à se sacrifier, se remettre en cause, pour que naisse le Nouveau Congo que nous appelons de tous nos vœux.

Chers compatriotes,

La SYENCO entend être totalement inclusive, visant à mettre au service de la nation le savoir-faire politique et technique collectif des congolais de tous horizons politiques et de la société civile. Elle sera le terrain national du réarmement politique et moral des nombreux congolais qui veulent se surpasser et s’investir résolument dans la reconstruction du pays.

La SYENCO se jettera à fond dans la prochaine bataille électorale pour la conquête du pouvoir. Pas du pouvoir pour le pouvoir, mais de l’imperium au service du souverain primaire. A tous les niveaux.

A terme, notre regroupement politique, la SYENCO, poursuit trois principaux objectifs, à savoir :

(i) Rétablir la dignité perdue de notre grande nation ;

(ii) S’assurer du retour de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; et

(iii) Lancer les travaux herculéens du développement d’une économie forte et inclusive.

Les congolaises et congolais, formations politiques et organisations de la société civile désireux de construire la SYENCO pour rebâtir la RD Congo sont encouragés à se joindre à nous dès maintenant. Pour ce faire, ils devraient nous communiquer leur manifestation d’intérêt à l’adresse émail ci-dessous :

synergienotre congo@gmail.com

Ces Légionnaires du changement vrai peuvent aussi nous saisir au siège national du Parti Congo Na Biso (CNB, 248/B, Semé Rue, Limete/Industriel, Kinshasa) ou aux bureaux provinciaux du parti sur l’ensemble du territoire national.

Le cas échéant, les patriotes concernés devraient aussi exprimer leur éventuelle volonté de se présenter aux élections sous la bannière de la SYENCO au niveau législatif national et provincial.

Les manifestations d’intérêt seront dépouillées le 30 avril 2018. Sur cette base, interviendront la publication des listes des équipes dirigeantes de la SYENCO et la sortie officielle du regroupement au mois de mai 2018.

Nous remercions d’avance les compatriotes congolais pour leur participation massive à la réussite de ce projet transformateur pour notre beau pays.

Que Dieu nous bénisse et comble notre pays, la République démocratique du Congo, de toutes ses grâces.

FREDDY MATUNGULU : « POURQUOI JE VEUX DEVENIR PRESIDENT »

Je crois à la solidarité, à l’entraide entre les filles et fils de mon pays, la République Démocratique du Congo. Je crois au respect des lois de la République. Je crois au devoir d’intégrité de ses dirigeants.

Ces valeurs, j’aspire à les incarner humblement à la tête de notre pays si vous me faites l’honneur de me porter à la Magistrature Suprême lors de la prochaine élection présidentielle.

Notre pays manque aujourd’hui cruellement de ressort moral et de leadership nécessaires à un président pour le gérer avec efficacité au profit de la majorité de notre population.

Je souhaite dans les prochains mois, si le peuple le souhaite, dans les prochaines années, mettre toute mon énergie et mon savoir-faire au service de notre nation, pour lui permettre de redonner vie à son économie, d’amorcer le processus d’amélioration des conditions de vie des populations et de redonner à ces dernières la dignité et le prestige national perdus.

Je crois en la fin de la marginalisation politique du peuple congolais. Je lui ferai retrouver sa place souveraine à la table des grandes décisions qui affectent le destin et l’avenir de la nation. Sous mon mandat, le peuple congolais retrouvera son droit de sanctionner les dirigeants. Il redeviendra le Patron et les dirigeants ses dignes Serviteurs. Je désire un pays où personne ne sera au-dessus de la Loi.

Je souhaite créer une société ouverte au débat, à la pluralité de ses idées et de ses opinions dans laquelle le vote sera le reflet des choix politiques des électeurs. Je garantirai la représentativité des élus grâce à la tenue d’élections véritablement libres et transparentes, mais également par l’obligation pour les gouvernants de rendre compte au peuple.

J’ambitionne, si vous m’en donnez mandat, de transformer les abondantes ressources naturelles du pays en richesses pour ses populations. Pour y arriver, je mettrai en place un environnement qui permettra à tous les Congolais, à commencer par les plus défavorisés, de se sentir et d’être impliqués dans la conduite de la nation, de mettre leurs talents au service du pays. Dans cette perspective, le prestige social de la bonne éducation sera rétabli et le travail bien fait reconnu à sa juste valeur.

Comme je l’avais fait en tant que ministre de l’Economie, des Finances et du Budget (de février 2001 à avril 2003),  je relancerai le combat contre la corruption et les abus de pouvoir. Sans faire la chasse aux sorcières, je m’emploierai à faire de la République démocratique du Congo un Etat de droit respectable.

Cette respectabilité retrouvée du pays favorisera le retour des investisseurs, y compris des compatriotes de la Diaspora, et la création d’emplois nouveaux, générateurs et porteurs de revenus stables pour nos populations, dans tous les grands secteurs de l’économie.

Dans un tel environnement, la croissance, sous-tendue par une solide stabilité macroéconomique, deviendra inclusive, partagée, et bénéficiera à la majorité de la population congolaise.

 

 

 

Angelo Mobateli

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer