Non classé

RDC – Félicien Kabamba: « Les marges de manœuvre de Bruno Tshibala sont sont très réduites »

Félicien Kabamba, professeur et chercheur au Centre d’études politiques de l’Université de Kinshasa (RD Congo) et analyste politique estime que « les marges de manœuvre de Bruno Tshibala sont très réduites pour mettre en œuvre son programme parce que les ministères importants sont contrôlés par la Majorité présidentielle ».

«Les ministères  régaliens : les Affaires étrangères, la Défense, l’Intérieur, les Finances, sont restés entre les mains de la Majorité. Vous savez bien le rôle que va jouer le ministère de l’Intérieur dans l’organisation des élections, mais aussi dans la gestion de différentes manifestations et revendications, on peut supposer que la majorité a ses raisons pour garder ce ministère. Vous avez aussi le ministère de la Communication. Quand vous connaissez le rôle de la communication dans un contexte de conjoncture politique, la Majorité a décidé de garder la mainmise sur la communication», analyse Félicien Kabamba.

Le chercheur,qui commente la publication du gouvernement intervenue mardi 9 mai 2017, fait remarquer que la difficulté qu’a Bruno Tshibala de s’appuyer sur un parti politique en cas de conflit avec le Président de la République, l’affaiblit davantage.

«Dans ce contexte précis où la majorité contrôle les ministères régaliens, les marges de manœuvre du Premier ministre sont quand même assez limitées, tant il est vrai que dans le cas de Bruno Tshibala, il lui sera difficile de s’appuyer sur un appareil politique-parce qu’il est de l’UDPS et vous connaissez bien dans quel contexte il évolue aujourd’hui vis-à-vis de son appareil politique-, il lui sera très difficile de s’appuyer sur l’UDPS en cas de divergence avec le Chef de l’Etat. Il est donc un Premier ministre assez affaibli», souligne le chercheur.

La composition du gouvernement de Bruno Tshibala a été annoncée mardi 9 mai. La nouvelle équipe comprend trois vice-Premiers ministres, neuf ministres d’Etat, trente-cinq ministres et onze vice-ministres.

Les femmes représentées à 10% dans le gouvernement Tshibala

Le gouvernement de Bruno Tshibala compte moins de femmes que celui constitué par Samy Badibanga. Il compte six femmes (cinq ministres et une vice-ministre) contre huit (cinq ministres et trois vice-ministres) dans le gouvernement précédent.

Dans un gouvernement de 59 membres, les femmes sont donc représentées à 10,3% dans l’équipe Tshibala.

Le nouveau gouvernement compte également moins de membres que le précédent. L’équipe de Samy Badibanga comptait 68 membres (1 Premier ministre, 3 vice-premiers ministres, 7 ministres d’Etat, 34 ministres et 23 vice-ministres), alors que l’équipe gouvernementale Bruno Tshibala en compte 59 (1 Premier ministre, 3 vice-Premiers ministres, 9 ministres d’Etat, 35 ministres et 11 vice-ministres).

Si les 3 vice-primatures sont restées identiques que dans le précédent gouvernement, le ministère des Relations avec le Parlement et celui du Commerce extérieur sont élevés au rang des ministères d’Etat.

Bruno Tshibala a réduit sensiblement le nombre des vice-ministres qui passent de 23 à 11. En revanche, il a créé deux nouveaux ministères: Aménagement du territoire et Congolais de l’étranger.

Ainsi donc, il n’y a plus de vice-ministres aux Transports, à la Justice, à l’environnement, au Plan, à la Décentralisation, à la Défense, au Portefeuille, à l’Energie, à la Coopération, au Commerce extérieur, à l’Economie, à l’Enseignement supérieur et à la Santé comme c’était le cas dans l’équipe précédente.

RO/CR

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer