Uncategorized

RDC : décès de Kasonga Tshilunde, président national de l’UNPC, mardi à Kinshasa

  

Le président national de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), Joseph-Boucard Kasonga Tshilunde, est décédé mardi 17 novembre 2020 à Kinshasa, a annoncé le premier vice-président de l’Union, Gaby Kuba Bekanga, au cours d’une communication.

«L’Union nationale de la presse du Congo, UNPC en sigle a la profonde douleur d’annoncer à l’opinion tant nationale qu’internationale et plus particulièrement la corporation des journalistes dans son ensemble, le décès de son président, Kasonga Tshilunde Joseph-Boucard. Décès survenu ce mardi 17 novembre 2020, à la clinique Ngaliema à Kinshasa », note le communiqué.

Le premier vice-président  a, en outre, recommandé à tous les membres de la corporation de demeurer dans l’unité et la sérénité en vue de préparer dans la dignité les obsèques de l’illustre disparu en collaboration avec sa famille biologique.

Son parcours professionnel

Journaliste professionnel, Kasonga Tshilunde a été, de 1970 à 1972, à Tshikapa, correspondant de l’hebdomadaire sportif Michezo qui deviendra plus tard Masano de Camus Muissa Monga.  Il évolue respectivement au sein des grands journaux de l’époque, à savoir : Salongo  et la rédaction des Sports du quotidien du soir Elima, sur la 3ème rue à Limete.

Lors de la libéralisation du secteur de la presse à partir de 1990, il lance le Journal « L’Eveil », dont il demeure l’éditeur jusqu’à sa mort. Il fut membre de l’Association des journalistes sportifs  du Congo (AJSC) et de l’Association internationale de la presse sportive (AIPS).

Témoignage édifiant du directeur général de l’ACP

Par ailleurs, le directeur général de l’Agence congolaise de presse (ACP), Lambert Kaboyi, a rendu un vibrant hommage à feu Joseph-Boucard Kasonga Tshilunde, qu’il considérait comme un journaliste tenace.

«J’ai connu Kasonga vers les années 1980 à Kisangani, quand il fut pigiste au journal Salongo et moi étudiant et journaliste. Nous avons approfondi nos relations avec lui lorsque nous sommes arrivés à Kinshasa en 1985, au Congrès des journalistes sportifs africains», a-t-il témoigné.

L’illustre disparu, a-t-il affirmé, était un homme qui avait l’ambition d’être  responsable, car toute la corporation de la presse attendait de lui des grandes réalisations surtout qu’il venait d’être réélu à la tête de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), à l’issue du 9èmeCongrès à Muanda au Kongo Central.

M. Kaboyi a regretté cette énorme disparation au sein de la presse congolaise de Joseph-Boucard. «Nous avons eu avec lui de bonnes relations professionnelles», a indiqué le directeur général de l’ACP qui a rappelé que l’illustre disparu s’est montré également solidaire avec l’ACP, dans l’affaire de la spoliation de la concession de ce média public. 

Par ACP

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer