PT-NTIC : Emery Okundji cède à A. Kibasa le bâton de commandement d’un ministère désormais compétitif

0
66

Par Napoléon TSHILOBO

Le Ministre sortant des postes télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication Emery Okundji a procédé à la remise et reprise, ce lundi 09 septembre avec son successeur Augustin Kibasa Maliba.

À l’occasion de cette passation du bâton de commandement, Emery Okundji s’est dit heureux de partir de ce ministère avec un coeur plein de joie et surtout pour lui, c’est un sentiment de devoir accompli. Depuis son avènement à la tête des PTNTIC, Emery Okundji a fait des recettes records jamais réalisées depuis la création de ce ministère. Jusqu’au dernier jour de son mandat, l’élu de Lubefu a su prouver qu’il travaillait réellement pour l’intérêt supérieur de la nation. Les preuves sont éloquentes.Au cours du semestre de l’année 2019, le ministère des PT-NTIC a fait montre d’une grosse capacité de maximisation des recettes au profit du Trésor public. Il a atteint à la fin du 1er semestre 2019, une réalisation record de 130.675.157.868,97 CDF soit une exécution du budget de 125,21 % alors qu’il avait reçu des assignations annuelles pour l’exercice budgétaire 2019 de l’ordre de 104.364.403.184,00 CDF. Une sacrée performance.L’atteinte de ces revenus est sans compter des encours cumulés de l’ordre de 117.754.237.991,00 CDF non encore recouvrés à ce jour. En 2018 déjà, il avait atteint 125 ℅ des assignations. Une première dans le secteur.


Ces grandes performances à l’actif du ministre Emery Okundji Ndjovu sont le fruit de la rigueur et la discipline qu’il a su imposées dans sa vision de travail.Bien qu’il ait fait face aux lobbies les plus puissants, Okundji a mené un combat acharné contre les antivaleurs auteurs du coulage des recettes. En plus, il a réussi à démanteler les réseaux mafieux et surtout à mettre à genou les contribuables insolvables. À M. Augustin Kibasa Maliba, Emery Okundji a prodigué des sages conseils qui passent pour un devoir à domicile. Faire mieux que lui. C’est possible. Lui-même Okundji a donné des pistes à son successeur. La promulgation de la loi sur les Télécommunications. Un instrument qui peut faire accroître les recettes de l’État. La nouvelle loi a les mérites de consacrer la libéralisation des activités des télécommunications et de sécuriser les investissements privés.’’ Sa promulgation permettra ainsi à attirer les capitaux privés frais vers le développement des TIC dans notre pays ’’, a insisté Emery Okundji.’’A ce jour, la Société Congolaise de la Fibre Optique est déjà bénéficiaire du financement pour l’exécution de la première phase et projet CAB5 : la ligne de redondance en fibre optique Kinshasa-Muanda. Plusieurs autres licences ont été attribuées aux opérateurs privés afin qu’ils établissent et exploitent des réseaux de distribution et connexion des utilisateurs à fibre optique ’’, a précisé Okundji.

Parmi les recommandations faites à son successeur, Emery Okundji lui a demandé de ne pas céder au chantage des opérateurs, ni au trafic d’influence de certaines personnalités.Par ailleurs, le Ministre sortant des PTNTIC a insisté sur l’éradication de la fraude fiscale caractérisée souvent par la minoration des droits dus au Trésor. Fraude qui ronge ce secteur où nombre d’agents de l’Etat privilégient, depuis plusieurs années, leurs profits personnels et trouvent toujours des arrangements égoïstes avec des opérateurs, au détriment des intérêts de l’Etat.Selon lui, cette vision est confortée depuis l’accession au sommet de l’Etat du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui fait de la lutte contre la fraude fiscale ou parafiscale, une des priorités absolues de ses actions quinquennales. L’appui sans faille qu’il a apporté à la résolution heureuse du contentieux de renouvellement de la licence 2G de Vodacom est une illustration de sa volonté de mettre définitivement fin à tous les arrangements individuels qui ont longtemps privé l’Etat congolais des moyens financiers pour le développement de la Nation, a-t-il rappelé.Emery Okundji a affirmé que l’attitude ferme fondée sur le respect des lois et règlements du pays, adoptée par le Président de la République dans ce dossier, face à la pression des multinationales et certaines chancelleries, prouve à suffisance sa détermination à lutter contre la corruption et les antivaleurs qui ont conduit notre pays à la misère actuelle. Ainsi, il a exhorté son successeur à aller plus loin. D’après lui, le ministère des PTNTIC a un rôle extrêmement important à jouer dans la croissance et le développement de la République Démocratique du Congo. Il faut, dit-il, des nouvelles mesures pour permettre à l’Etat Congolais de maximiser ses recettes. Il suggère, par exemple, la dotation des différents services techniques du ministère (Secrétariat général et ARPTC) des équipements et compétences nécessaires pour assurer un contrôle efficace de ce secteur hautement technologique. Car, en effet, l’ARPTC est, à ce jour, incapable de mener un contrôle efficace de la qualité des services fournis par les opérateurs des télécommunications, de l’utilisation du spectre des fréquences. Cette défaillance est à l’origine du coulage des recettes. Ce qui empêche au Trésor public, explique-t-il, d’encaisser les recettes liées notamment aux pénalités pour mauvaise qualité de service et pour utilisation non autorisée du spectre des fréquences. Bien plus, la Police du secteur n’est pas suffisamment outillée pour lutter contre les activités clandestines de certains opérateurs. Du reste, le Ministre sortant des PTNTIC a plaidé pour que des décisions importantes, courageuses et urgentes soient prises dans le domaine de renforcement du système de contrôle des flux téléphoniques (voix, sms et data) aux standards internationaux en collaboration avec une expertise avérée mais pour l’élargissement de l’assiette fiscale par la promotion des services nouveaux des TIC. Il a enfin émis le vœu de voir l’informatisation rapide de l’administration publique. Information qui permettra, selon lui, la transparence des activités de l’État et la bonne gouvernance. Réceptif au message de son prédécesseur, Augustin Kibasa a promis de poursuivre sur la même lancée que son prédécesseur en travaillant pour aider le pays à maximiser les recettes.’’  J’ai senti que c’est un homme d’État qui parle. Vous avez eu le souci d’aider le pays à aller de l’avant. Vous avez fait tout ce qu’il fallait pour que notre pays avance dans la bonne direction. Il n’y aura pas de chantage. Nous ne devons pas passer nos intérêts avant les intérêts du pays ’’, a souligné le nouveau ministre des PTNTIC qui a insisté de mettre un point d’honneur au cours de son mandat sur la législation, la formation du personnel, le contrôle mais surtout le grand challenge pour lui, c’est de relier l’ensemble du pays par la connectivité à l’internet.Augustin Kibasa s’est engagé aussi à accroître les recettes. S’il faut consulter Okundji pour le bien de la république, je le ferai, a assuré Augustin Kibasa qui a déclaré à haute voix que c’est ’’le Congo qui gagne’’.

Signalons que les performances du Ministre sortant des postes télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication lui ont valu plusieurs récompense à l’étranger et au pays. La dernière en date est le diplôme de mérite lui descerné il y a peu par l’Union des Éditeurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here