Informations, Communication et Relations Presses

Plus de 59 millions de personnes déplacées internes en 2021: en Afrique, en particulier en Éthiopie et en RDC

Des enfants déplacés à Roe, un site temporaire pour personnes déplacées dans la province de l'Ituri, en RDC.

Des enfants déplacés à Roe, un site temporaire pour personnes déplacées dans la province de l’Ituri, en RDC.    

Un nombre record de 59,1 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays en 2021, selon le rapport mondial sur le déplacement interne (GRID) de l’Internal Displacement Monitoring Center (IDMC) récemment publié.

Cela représente 4 millions de personnes supplémentaires vivant en déplacement fin 2021 par rapport à la même période en 2020, note l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a salué la publication de ce rapport.

Au cours des 15 dernières années, les catastrophes ont provoqué la plupart des déplacements internes, avec des chiffres annuels nettement supérieurs à ceux liés aux conflits et à la violence.

L’année 2021 n’a pas fait exception – 23,7 millions de déplacements internes, principalement en Asie-Pacifique, et résultant d’événements météorologiques, notamment des inondations, des tempêtes et des cyclones. Avec les impacts attendus du changement climatique et sans action climatique ambitieuse, les chiffres augmenteront probablement dans les années à venir, estime l’OIM.

Les conflits et la violence ont provoqué 14,4 millions de déplacements internes en 2021, soit une augmentation de près de 50% par rapport à l’année précédente. La majorité des déplacements internes ont eu lieu en Afrique, en particulier en Éthiopie et en République démocratique du Congo, la violence et le conflit en Afghanistan et au Myanmar déplaçant également un nombre sans précédent de personnes.

. Le total de personnes déplacées internes en RDC est de près de 5,6 millions. Les femmes représentent 51% de cette population déplacée. Quatre-vingt-onze pour cent des déplacements sont dus à des attaques et affrontements armés.

L’Ituri et le Nord-Kivu sont les provinces ayant accueilli le plus grand nombre de personnes déplacées et retournées au cours des 3 derniers mois.

Personnes déplacées à Tal Tamer, dans le nord-est de la Syrie. Personnes déplacées à Tal Tamer, dans le nord-est de la Syrie.

Les enfants représentent plus de 40% des déplacés

Le rapport de cette année met un accent particulier sur les enfants et les jeunes en situation de déplacement interne, qui représentent plus de 40% du nombre total de personnes déplacées en 2021. Le rapport explore les impacts du déplacement interne sur leur bien-être et leur avenir et comble les lacunes en matière de données et de connaissances qui sont essentielles pour trouver des solutions durables qui traitent les risques et les impacts du déplacement sur les enfants et les jeunes, et contribuent finalement à construire des sociétés plus résilientes et durables.

Des lacunes subsistent dans la manière dont nous comprenons et traitons le déplacement interne dans les contextes de conflit et de catastrophe.

L’OIM s’est dite fière de s’associer à l’IDMC et de fournir des données fiables et précises grâce à sa matrice de suivi des déplacements (DTM), la plus grande source mondiale de données primaires sur les déplacements internes. S’appuyant sur une relation de longue date, l’OIM et l’IDMC ont signé un partenariat mondial en 2018 pour unir leurs forces afin d’améliorer les données et d’accélérer l’élaboration de politiques et l’action sur le déplacement interne.

Depuis 2020, l’OIM copréside également l’International Data Alliance for Children on the Move (IDAC), une coalition de gouvernements, d’organisations internationales et régionales, d’ONG, de groupes de réflexion, d’universitaires et de représentants de la société civile visant à améliorer les statistiques et les données sur les migrants et enfants déplacés de force. Comprendre, gérer et s’adapter aux tendances de la mobilité humaine est essentiel pour garantir que l’aide humanitaire et les services essentiels parviennent aux personnes là où elles sont le plus nécessaires.

Avec ONU INFO

Oscar BISIMWA

Read Previous

RDC: reprise des combats entre M23 et FARDC à Nyarubara et Runyoni

Read Next

RDC : Nicolas Kazadi a présidé la réunion sur le demarrage des travaux de modernisation du réseau ferroviaire urbain de Kinshasa

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *