Environnement

Parc des Virunga : 188 éco-gardes tués en 20 ans, 46 OSC appellent à une enquête indépendante

Par Angelo Mobateli

À la suite du massacre, le 24 avril 2020 au parc national des Virunga (Nord-Kivu) de 12 éco-gardes, leur chauffeur et de 4 civils dont une femme, 46 Organisations de la société civile (OSC) appellent à « une enquête indépendante » et au « renforcement des mesures sécuritaires » dans ce patrimoine mondial de l’UNESCO.

De prime abord, elles « dénoncent avec véhémence et condamnent ces actes ignobles et ces violences opérés
dans le secteur sud du parc des Virunga, près du quartier général du PNVi à Rumangabo ». Ensuite, elles présentent leurs « condoléances les plus attristées aux familles éprouvées, au personnel et aux
dirigeants du PNVi et de la Fondation Virunga, aux collègues et activistes qui travaillent dans la conservation, la gestion durable des sites naturels et à lʼInstitut congolais de conservation de la nature (ICCN). « Depuis près de 20 ans, suite aux attaques armées effrénées, 188 éco-gardes sont tombés dans cette réserve naturelle et le nombre dʼorphelins et des veuves des éco- gardes victimes ne cesse dʼaccroître. Le Parc national des Virunga, inauguré en 1925, le paysage Virunga demeure lʼun des milieux plus instables de la région des grands lacs africains, car il constitue le refuge dʼune partie de près de 70 (soixante-dix) groupes armés qui sévissent dans la Province du Nord-Kivu » rappellent-elles
.

DECLARATION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE A LA SUITE
DU CRIME SURVENU AU PARC NATIONAL DES VIRUNGA LE 24 AVRIL 2020

PREAMBULE

Nous, membres et représentants des organisations de la société civile (OSC) composées dʼorganisations non gouvernementales nationales et internationales, dʼorganisations
paysannes, dʼorganisations féminines, dʼorganisations des jeunes, des peuples
autochtones, de mouvements de droits humains et de la sauvegarde de lʼenvironnement ;
Constatons avec consternation les atrocités et les tueries à répétition commises à
travers des embuscades tendues par des groupes armés contre les éco-gardes et
convois des civils à lʼintérieur du Parc National des Virunga (PNVI). Celle du 24 Avril 2020 à 11heures 00 a retenu particulièrement notre attention ;
Dénonçons avec véhémence et condamnons ces actes ignobles et ces violences opérés dans le secteur sud du parc des Virunga, près du quartier général du PNVi à Rumangabo, et qui ont occasionné, la mort de 12 éco-gardes du parc, leur chauffeur et 4 civils dont
une femme ;
Présentons nos condoléances les plus attristées aux familles éprouvées, au personnel et dirigeants du PNVi et de la Fondation Virunga, aux collègues et activistes qui travaillent dans la conservation, la gestion durable des sites naturels et à lʼInstitut Congolais pour la
Conservation de la Nature (ICCN) au niveau national ;
Tout en reconnaissant que le Parc des Virunga est parmi les parcs les plus anciens et prestigieux de lʼAfrique et de la planète, ces organisations rappellent que ce parc est un site du patrimoine mondial de lʼUNESCO et site Ramsar. Il est connu pour sa richesse en biodiversité y compris les espèces rares et en voie dʼextinction notamment les gorilles de montagnes qui font la fierté et la réputation internationale de la République Démocratique du Congo ;
Depuis près de 20 ans, suite aux attaques armées effrénées, 188 éco-gardes sont
tombés dans cette réserve naturelle et le nombre dʼorphelins et des veuves des éco-
gardes victimes ne cesse dʼaccroître. Le Parc National des Virunga inauguré en 1925, le paysage Virunga demeure lʼun des milieux plus instables de la région des grands lacs africains, car il constitue le refuge dʼune partie de près de 70 (soixante-dix) groupes armés qui sévissent dans la Province du Nord-Kivu.
Considérons que le contexte actuel du Parc national des Virunga est marqué par une
insécurité qui a atteint son paroxysme avec une criminalité environnementale sans
précédent et dont les auteurs sont des véritables criminels des grands chemins. Cette situation nécessite une réponse durable au niveau tant politique que judiciaire urgente.
En effet, les efforts en cours de lʼInstitut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) ne semblent plus être à la taille seule des défis auxquels est confronté le parc à savoir : la production de charbon de bois, le braconnage des grands mammifères dont lʼhippopotame, la pêche illicite et la destruction du couloir écologique à la Cote Ouest du Lac Edouard, la présence des groupes armés et lʼenvahissement par des creuseurs
clandestins des minerais et des agriculteurs illégaux ;
Rappelons que cette situation a été à la base de la suspension des activités touristiques pendant la période allant de mai 2018 à janvier 2019 à la suite de lʼenlèvement sur place de deux ressortissants britanniques et la mort dʼune éco garde âgée de près dʼune
vingtaine dʼannées. Cʼest en février 2019, que le parc a rouvert ses portes aux touristes, avant de refermer à nouveau le 19 mars 2020 suite à la pandémie du coronavirus (Covid-19).

DE CE QUI PRECEDE, CES ORGANISATIONS RECOMMANDENT CE QUI SUIT :

Au Gouvernement Central de la RDC:

• Diligenter une enquête indépendante dans la région pour élucider lʼopinion
nationale, régionale et internationale sur les origines des attaques à répétition
que subit le Parc National des Virunga et ses environs afin dʼidentifier les auteurs
des différents crimes, la dernière étant celle du 24 avril dernier ;
• Renforcer les mesures sécuritaires au Parc National des Virunga et déférer les
auteurs devant les instances judiciaires compétentes et mettre en application
différentes lois en vigueur au profit de la protection et de la sauvegarde de ses
écosystèmes ;
• Organiser un dialogue national sur la question de la gouvernance et pacification
des aires protégées y compris Virunga et renforcer les mesures de stabilité, la
sécurité autour du Parc et particulièrement dans les territoires de Masisi,
Nyiragongo, Rutshuru, Lubero et Beni ;
• Renforcer la coopération régionale dans la perspective dʼencourager le contrôle
transfrontalier, lutte contre la circulation illicite des armes légères et petits
calibres afin de réduire les effets négatifs sur les écosystèmes du Parc national
des Virunga.
• Mutualiser les efforts favorables au renforcement de la sécurité au sein du Parc, à la gestion durable des écosystèmes du parc et au renforcement de la cohabitation pacifique entre le parc et les communautés et peuples autochtones riverains.

Au Gouvernement provincial du Nord-Kivu:

• De collaborer étroitement avec le Gouvernement central pour trouver des
solutions idoines face à la restauration, au maintien et à la gestion durable du
Parc national des Virunga ;
• Soutenir Politiquement les efforts de lʼapplication des lois sur la gestion et la
gouvernance responsables de la faune et de la flore sauvage du Parc National
des Virunga ;
• Sʼapproprier les efforts de conservation et protection des écosystèmes du Parc
National des Virunga ;
• Apporter un appui politique au processus dʼenquêtes pour déterminer les
responsabilités relatives aux dégâts que connaît lʼécosystème du rift albertin
dans le contexte du Parc National des Virunga et dans le processus de
démarcation participative de ses limites qui est une source des conflits avec
les communautés et peuples autochtones riverains en certains endroit ;
• Accompagner les efforts de mobilisation au profit du renforcement du dialogue
communautaire entre les populations riveraines du Parc et lʼICCN en vue de
trouver des solutions durables dans la gestion intégrée des ressources
naturelles de la contrée à lʼoccurrence les ressources halieutiques du Lac
Edouard et des rivières du paysage Virunga.

Au Parlement National de la RDC:

• Mener une réflexion globale à travers un débat ouvert sur les conflits
communautaires ; les responsabilités politiques, les engagements de la
Républiques et les conflits armés dont les conséquences se manifestent à travers
le degré de la fragilisation et de la destruction progressive du Parc National des Virunga ;
• Accompagner les efforts visant la prévention, la résolution des conflits armés
dans le Paysage Virunga et inviter tous les députés à leur responsabilité dans
leurs communications politiques face à la nécessité de préserver lʼéquilibre
climatique, les droits des communautés locales et peuples autochtones, la paix
sociale et la stabilité du milieu.

A lʼAssemblée Provinciale du Nord-Kivu:

• Mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer pour décourager les acteurs
au sein des groupes armés et des acteurs hostiles à la préservation des
écosystèmes du parc et dissuader certains députés dont les appuis ou soutiens
iraient dans le sens dʼencourager les hostilités contre le parc et de surcroit à la
base de lʼentretien de lʼinsécurité dans le parc et ses environs.
• Accompagner les initiatives visant et/ou favorisant la préservation de lʼéquilibre
climatique, la conservation de la nature, la gestion durable de la biodiversité du
parc, la cohabitation pacifique entre le parc et les communautés et peuples
autochtones riverains, la paix sociale et la stabilité de la zone.

A lʼInstitut Congolais pour la Conservation de la Nature(ICCN):

• Poursuivre les efforts en cours relatifs à la préservation des écosystèmes du
PNVI en mettant un accent particulier sur le renforcement du dialogue entre les
communautés et peuples autochtones riverains en capitalisant les approches
participatives de conservation communautaire dans la mise en application de différentes lois ayant trait à la protection de la nature.
• Renforcer les capacités en détectives de son personnel de surveillance au PNVi
afin de prévenir efficacement les éventuels affrontements armés entre les éco-gardes et les Bandes armées.

Aux Communautés locales autour du PNVi (Rutshuru, Lubero et Beni):

• Collaborer avec le Parc pour gérer pacifiquement et de manière bénéfique les
conflits multiformes et les pressions démographiques sur les écosystèmes et les
ressources du parc.

Aux Organisations de la société civile:

• Assurer le renforcement des capacités des communautés locales et peuples
autochtones en résolution des conflits, la sensibilisation et appui des parties
prenantes autour de la gestion durable des ressources naturelles e la province y
compris le PNVI ;
• Assurer un plaidoyer au niveau de différentes instances administratives et
judiciaires pour lʼorganisation des enquêtes autour de la destruction et des
attaques contre le Parc National des Virunga.

A la Communauté internationale:

• Appuyer les efforts en cours en République Démocratique du Congo visant à maintenir lʼintégrité des parcs Nationaux et à œuvrer pour lʼéradication des
groupes armés internes et régionaux qui fragilisent lʼécosystème du Rift Albertin
au Parc National des Virunga.
• Accompagner des organisations locales dans la protection de la nature, des aires
protégées et de la riche biodiversité congolaise et de la lutte contre la pauvreté
des communautés locales et peuples autochtones.

Les organisations signataires :

  1. FESO (Femmes Solidaires), Nationale
  2. International Rivers Africa Program Office
  3. SOFFLECO (Solidarité des Femmes sur le Fleuve Congo), Kinshasa
  4. CFLEDD (Collectif des Femmes Leaders pour le Développement Durable),
    Kinshasa
  5. Réseau CREF (Réseau pour la Conservation et la Réhabilitation des Ecosystèmes
    Forestiers), Nord-Kivu
  6. LUCHA (Lutte pour le Changement), Nationale
  7. OEARS, (Organisation Ecologique pour lʼEnvironnement et les Ressources
    Naturelles) Katanga
  8. CONSERVE CONGO, Nord-Kivu
  9. IL EST TEMPS, Nationale
  10. SYDHE (Synergie des Organisations de la Société civile pour la Promotion des
    Droits Humains de lʼEnvironnement), Sud-Kivu
  11. IDEL (Initiative pour le Développement Local), Kongo Central
  12. RRN (Réseau pour les Ressources Naturelles), National
  13. REPALEF (Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la gestion
    durable des Ecosystèmes Forestiers)
  14. DYGED (Dynamique des Jeunes pour le Développement Durable)
  15. CEPF (Centre dʼEncadrement pour la Promotion de la Fille)
  16. CTIDD (Centre des Technologies Innovatrices pour le Développement Durable)
  17. FC (Forum Citoyen) Nationale
  18. GTCRR (Groupe de Travail Climat REDD Rénové), National
  19. CORAP (Coalition des Organisation de la Société Civile pour le suivi des
    Reformes), Kinshasa
  20. CASC (Collectif dʼActions de la Société Civile) National
  21. MICHEE RDC, Nord-Kivu et Kinshasa
  22. RND Asbl (Ressources Naturelles pour le Développement) Kivu
  23. RCEN (Réseau des Communicateurs de lʼEnvironnement), Katanga
  24. PRESS CLUB ‒ RDC, National
  25. TOUCHE PAS A MON COBALT (Kolwezi)
  26. MINING NEWS MAGASINE (Katanga)
  27. Mouvement Citoyen EKOKI (Kinshasa)
  28. CODED (Centre Congolais pour le Développement Durable), Kinshasa
  29. CENADEP (Centre National dʼAppui pour la Participation Populaire), National
  30. FDD (Femmes pour le Développement Durable, Kinshasa
  31. ACEDH (Alerte Congolaise pour lʼEnvironnement et le Développement Durable) ‒
    Nord-Kivu
  32. CEPED (Centre dʼEducation pour la Protection de lʼEnvironnement et
    Développement durable).
  33. FECOPEILE (Fédération des Comités des Pêcheurs Individuels du Lac Edouard)
    Vitshumbi-Nord Kivu
  34. PADERU (Programme dʼaction de Développement Rural) Vitshumbi ‒Nord Kivu
  35. COPE (Carrefour dʼOpinion sur la Protection de lʼEnvironnement) ‒ Nord-Kivu
  36. UWAZE (Umoja wa Wamama wa Ziwa Edouard) Vitshumbi ‒ Nord Kivu
  37. POINT ZERO BULONGO (Groupe de Pression avec une Lutte Non violente) ‒
    Nord-Kivu
  38. ADEPE (Actions pour le Développement et la Protection de l’Environnement) ‒
    Nord-Kivu
  39. I.D.P.E (Innovation pour le Développement et la Protection de lʼEnvironnement) ‒
    Nord-Kivu
  40. SPED (Synergie des Ecologistes pour la Paix et le Développement) ‒ Nord-Kivu
  41. CIPSOPA (Centre d’intervention et de Promotion Sociale Participative) ‒ Nord-
    Kivu
  42. ADEPDH (Action de Développement pour la Protection de lʼEnvironnement et la
    Promotion des Droits Humains) ‒ Nord-Kivu
  43. ASOJED (Actions Solidaires pour le Jeunes et lʼEnvironnement Durable) ‒ Nord-
    kivu
  44. CADIMR (Centre dʼAppui au Développement Intégré en Milieu Rural) ‒ Nord-Kivu
  45. CREDDHO (Centre de Recherche sur lʼEnvironnement, la Démocratie et les Droits
    de lʼHomme) ‒ Nord-Kivu.
  46. UECN (Union dʼEcologistes pour la Conservation de la Nature) Kiwanja, Nord-
    Kivu.
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer