International

Monde: la RDC absente à un forum de haut niveau sur la mise au point de vaccins, tests ‎et traitements contre le COVID-19‎ organisé par l’OMS, la France et la fondation Bill Gates

Des grands dirigeants mondiaux se sont réunis, le 24 avril 2020, dans le cadre d’un événement en ligne, co-organisé par l’Organisation mondiale de la Santé, le Président français, la Présidente de la Commission européenne et la Fondation Bill et Melinda Gates, pour « accélérer le développement et la production de nouveaux vaccins, tests et traitements contre la COVID-19 et en garantir l’accès équitable à l’échelle planétaire ». Parmi les autres participants, figuraient le Secrétaire général des Nations Unies, le Président de la Commission de l’Union africaine, le Président du G20, ainsi que les chefs d’État de France, d’Afrique du Sud, d’Allemagne, du Vietnam, du Costa Rica, d’Italie, du Rwanda, de Norvège, d’Espagne, de Malaisie et du Royaume-Unie (représenté par le Premier secrétaire d’État). La République démocratique du Congo, ce grand pays aux dimensions continentales au cœur de l’Afrique a été le grand absent à ce forum de haut niveau où devraient être levées des grandes décisions qui vont influencer le monde. La pays de Félix Tshisekedi a-t-il été oublié dans cette grand messe ou carrément évité par les décideurs mondiaux ? Difficile de le dire pour l’instant. Seule évidence, le forum a eu lieu sans la RDC.

Principal modérateur de ce grand forum, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS a souligné que la pandémie de COVID-19 a déjà frappé plus de 2,4 millions de personnes et coûté la vie à plus de 160 000 d’entre elles. Elle prélève un très lourd tribut sur les familles, les sociétés, les systèmes de santé et les économies dans le monde et, tant que ce virus menacera un pays, c’est le monde entier qui sera en péril. 

 « Dans ce contexte, nous avons un besoin urgent de vaccins, de produits de diagnostic et de traitements novateurs contre la COVID-19, tout en suivant les mesures en place pour garantir la distanciation physique entre les personnes et en veillant à tester et suivre tous les contacts de celles chez qui le virus a été détecté. Nous n’enrayerons la marche de la COVID-19 que grâce à la solidarité », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Les pays, les partenaires de la santé, les fabricants et le secteur privé doivent agir de concert pour veiller à ce que chacun puisse profiter des fruits de la science et de la recherche. »

 Le travail a d’ores et déjà débuté. Depuis janvier, l’OMS collabore avec des chercheurs issus de centaines d’institutions pour mettre au point et tester des vaccins, normaliser les épreuves et les approches réglementaires pour de nouvelles conceptions des essais et définir les critères de priorisation des vaccins candidats. L’Organisation a préqualifié des produits de diagnostic qui servent partout dans le monde et d’autres sont en cours de développement. Enfin, elle coordonne un essai mondial sur l’innocuité et l’efficacité de quatre traitements contre la COVID-19.

 Tout l’enjeu consiste à accélérer et à harmoniser les procédures pour faire en sorte que les produits, une fois jugés sans danger et efficaces, puissent être acheminés jusqu’aux milliards de personnes qui en ont besoin. L’expérience, acquise par exemple aux débuts des traitements contre le VIH ou dans le déploiement du vaccin contre la flambée de H1N1 en 2009, nous a montré que même lorsque des outils sont disponibles, ils ne le sont pas pour tous de façon équitable.

Les dirigeants de la santé représentant la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), GAVI – l’Alliance du vaccin, le Fonds mondial, UNITAID, le Wellcome Trust, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Fédération internationale de l’industrie du médicament (IFPMA), le Developing Countries Vaccine Manufacturers’ Network (DCVMN) et la International Generic and Biosimilar Medicines Association (IGBA) se sont engagés à agir ensemble, guidés par une aspiration commune à mettre la planète à l’abri de la souffrance humaine et des conséquences sociales et économiques dévastatrices de la COVID-19, dans le but de lancer cette collaboration novatrice. Deux envoyés spéciaux les ont rejoints :  Ngozi Okonjo-Iweala, Président du Conseil d’administration de Gavi, et Sir Andrew Witty, ancien Président-Directeur général de GlaxoSmithKline.

 Ils ont fait la promesse d’œuvrer à un accès équitable fondé sur un niveau de partenariat jamais vu auparavant. Ils ont également convenu de parler d’une seule et même voix, de s’appuyer sur l’expérience du passé et de se rendre mutuellement des comptes et à en rendre au monde entier et aux communautés.

 « Nous partageons le même engagement : faire en sorte que toutes les personnes aient accès à tous les outils pour prévenir, détecter, traiter et venir à bout de la COVID-19 », a déclaré le DTedros. « Aucun pays ni aucune organisation ne peut y parvenir seul. Le Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 rassemble la puissance combinée de plusieurs organisations pour agir rapidement et à grande échelle. »

 Les dirigeants de la santé en appellent à la communauté mondiale et aux dirigeants politiques afin qu’ils soutiennent cette collaboration que fera date et demandent aux bailleurs de fonds d’apporter les moyens nécessaires pour accélérer la concrétisation de ses objectifs, en tirant parti de l’occasion qu’offre la future initiative de collecte de fonds qui débutera le 4 mai 2020. Pilotée par l’Union européenne, cette initiative a pour objectif de mobiliser les moyens considérables nécessaires en vue d’accélérer le travail mené pour protéger le monde du COVID-19.

Oscar BISIMWA/Congo Réformes

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer