Informations, Communication et Relations Presses

Le GSEC, un modèle d’entrepreneuriat formant les futures femmes millionnaires ( par Bernadette Kamango)

Former les personnes, en particulier les femmes, à devenir des propriétaires d’entreprise , soit des actionnaires dans des projets communs est le but du Groupe de Solidarité , d’Epargne et de Crédit, GSEC , d’après le Coach Moses. En attente la création d’autres groupes pour 2021 à travers toutes les provinces de la RDC, déjà 11 GSEC actifs ont été créés avec un bénéfice de plus de cinquante mille dollars des mises en commun de leurs membres respectifs.

l’Union fait la forc, base du GSEC

D’après le Coach Moses Bushiri ,qui s’est exprimé dernièrement dans un entretien avec notre journal en ligne au siège du GSEC, la solidarité entre les membres, l’épargne des membres et la remise des crédits à ces derniers est le soubassement de cette initiative issue de l’Afrique de l’Ouest. Son observation est qu’actuellement, la RdCongo n’a plus des entrepreneurs de la même trempé que jadis où certains noms de démarquer dans l’entrepreneuriat. Le pays comptait même des provinces qui se distinguaient dans ce domaine tel que le Nord-Kivu avec la communauté nandaise, le Maniema avec l’influence des musulmans et le Kongo Central. Aujourd’hui, il ne reste pratiquement plus que la communauté nandaise qui se maintient. Ces entrepreneurs apprenaient le business au sein de leur famille. D’où, il faudrait changer la tendance avec la mise en place des GSEC à travers le pays.

Sans formation et seul ,un entrepreneur n’evolue pas

Pour reparler de l’entrepreneuriat en RDC, il faut que les personnes se mettent ensemble et se forme d’abord , surtout en ce qui concerne la gestion d’un GSEC. Selon le Coach, il ne s’agit pas de rester seul et d’évoluer individuellement. Dans le GSEC, on regroupe les membres pour ,en premier lieu ,un apprentissage . Puis, ensemble, il se partage le capital social sur base de leur mise respectif . Ceci permet aux entrepreneurs d’obtenir des crédits pour renforcer leurs entreprises personnelles. Une autre partie des parts déposées par ces membres est destinée à la réalisation de projets en commun tel quel agricole ou autre. Avec ce système, les risques, les coûts, le capital social sont partagés entre eux. Même le poids de l’entreprise GSEC est partagé à travers la division des charges comme le marketing , la comptabilité, la logistique,… ” Il est important que l’entrepreneur congolais comprennent que travailler ensemble permet que les plus faibles soit aider par les plus forts” indique Moses Bushiri.

GSEC , une entreprise avec des résultats avérés

En 2020, selon les statistiques remises au Coach, au total , les 11 GSEC installés ont produit 90 000 $ . Aucun n’a échoué dans ses objectifs. Concernant la remise des crédits , par exemple, certains sont parvenus à remettre des montants s’élevant jusqu’à 1000$ par semaine. En multipliant cette somme par 52 semaines comprises dans une année, le total est de 52 000$. Certaines banques commence d’ailleurs à s’approcher de ce groupe pour collaborer avec lui.

La femme congolaise, première bénéficiaire du GSEC

La première bénéficiaire du GSEC est la femme entrepreneure congolaise qui n’a pas hésitée à ce saisir de cette opportunité. Aujourd’hui, elles deviennent financièrement indépendantes. La crise de la Covid 19 n’a pas bousculé leur projet

Le GSEC s’avère être une réponse à l’entrepreneuriat congolais car il réunit les entrepreneurs dans le développement des projets communs pour l’avancement de la RDC.

Oscar BISIMWA

Read Previous

RDC : le président Félix Tshisekedi remet le 1er lot de 330 nouveaux bus à la société Transco

Read Next

Des messes sur l’ensemble du territoire national pour la libération de Vital Kamerhe: pari gagné pour l’UNC

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *