Institut Géographique : le DG a.i Mbuyu Numbi suspendu, les agents jubilent et remercient le Chef de l’État pour la fin de l’impunité

0
194

Par Napoléon TSHILOBO

Jamais la suspension d’un gestionnaire n’a été aussi célébrée dans sa propre cour, dans l’histoire de la République démocratique du Congo. C’est la fête à l’Institut géographique du Congo après la suspension du directeur général ad intérim de cet établissement Mbuyu Numbi, par le Ministre de la Recherche scientifique.

Aussitôt la nouvelle de la mise à l’écart de celui qu’ils appellent « le terroriste » tombée, les membres du personnel de l’IGC se sont spontanément livrés à des scènes de liesse pour célébrer avec faste leur libération totale de la captivité dans laquelle ils seraient en train de travailler « sous l’emprise de la cupidité du désormais ex-DG ».

« Cet homme a fait régner un climat malsain, un climat de terreur à l’Institut géographique du Congo pendant près de 8 ans, confondant l’établissement à sa propre maison où il règne en maître sans contrôle, sans respect et sans considération ni du personnel, ni des autorités hiérarchiques », rapporte à congoreformes.com Kumpel Vania, Président de la délégation syndicale.

À l’en croire, M. Mbuyu Numbi a installé un style de gestion d’une cupidité sans précédent, caractérisé par le détournement de deniers publics et des matériels techniques de l’Institut, le bradage du patrimoine, la spoliation des immeubles, le muselement du personnel et de la délégation syndicale, les menaces et intimidations etc… Quoi de plus normal que son départ soit célébré plus que la fête de la bonne année.

Dans un mot de remerciement adressé au Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, ce samedi 17 août 2019, « la délégation syndicale et tout le personnel de l’Institut géographique du Congo remercient chaleureusement le président de la République qui vient de faire preuve d’un dynamisme managérial exceptionnel à travers la réponse favorable aux pleurs et doléances des cadres et agents de l’Institut géographique du Congo, en instruisant le ministre de la recherche scientifique d’ouvrir une action disciplinaire contre Mbuyu Numbi et d’élever l’un de leur, un fils de la maison, le Professeur Kabasele Yenga-Yenga Albert au rang de directeur général de l’Institut géographique du Congo.

*OUTRE L’ACTION DISCIPLINAIRE, DES POURSUITES JUDICIAIRES*

Outre la suspension, le personnel et la délégation syndicale avaient sollicité des poursuites judiciaires contre le DG sortant. Demande à laquelle l’actuel ministre de la recherche scientifique semble accéder favorablement.

Dans sa lettre numéro 0240/MIN.RST/CAB.MIN/PKY/2019, le patron de la recherche scientifique qui dit avoir noté « des faits répréhensibles qui caractérisent une présomption de megestion et détournement des deniers publics qui seraient à la base du climat malsain décrié par tous au sein de l’institution, portant ainsi atteinte au bon fonctionnement de cette dernière, ouvre une action disciplinaire à l’endroit du DG Mbuyu Numbi.

Parmi les griefs mis à charge du directeur général a.i suspendu figurent notamment :
1. Le manque de collaboration entre, d’une part le DG et les membres du comité de gestion du fait de la non tenue des réunions du comité de gestion, et la délégation syndicale d’autre part ;

2. la non traçabilité dans les livres comptables de l’Institut géographique du Congo de la différence résultant d’un paiement de 100.000,00 dollars américains, effectué par la société minière KGHM Congo sprl, en règlement du différend qui opposait l’IGC à cette dernière, et ce à la suite de la destruction abusive des bornes géodésiques de l’IGC/station provinciale de Lubumbashi au Haut Katanga;

3. La non traçabilité dans les livres comptables de l’IGC, et ce dans la plupart des cas des garanties et loyers perçus auprès des locataires occupants des biens immeubles de l’IGC;

4. La non traçabilité d’un équipement de haute technologie, le Drone photogrammétrique dans les livres d’inventaire de l’IGC;

5. La spoliation d’un bien immeuble servant de la résidence administrative du chef de la station de l’IGC / Lubumbashi au Haut Katanga.

En attendant l’aboutissement de cette action disciplinaire, le DG Mbuyu Numbi qui jusque-là n’était qu’intérimaire est bouté dehors, histoire de ne pas interférer dans toutes les actions visant à faire la lumière sur sa gestion jugée opaque.

Pour garantir les intérêts de l’Institut, le Ministre a désigné, sur demande du personnel, le Directeur Scientifique de l’Institut géographique du Congo pour exercer les fonctions de Directeur Général, à la grande satisfaction du comité syndical.

La suspension de M. Mbuyu Numbi et sa mise à la disposition de la justice constituent une énième preuve que le changement est en marche et que le train de la lutte contre l’impunité engagée par Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a véritablement décollé.

Notons que le DG a.i de l’Institut géographique n’est pas le premier gestionnaire à subir la rigueur du Président FATSHI. Bien avant lui, ses collègues de la SCTP Daniel Mukoko Samba, de l’ARPTC Oscar Manikunda et le ministre des Affaires foncières Lumeya Dhu Maleghi ont goûté à la piqûre de ce poivre vert.

Pas plus tard que cette semaine, le Ministre des actions humanitaires et solidarité nationale Bernard Biando a été interpellé et reste en résidence surveillée pour des soupçons de détournement de plus de 500.000 USD.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here