Gouvernement : les Finances et l’intérieur doivent revenir au CACH pour asseoir la vision du Président FATSHI (Bertin Mubonzi, président de la jeunesse de l’UNC/Kinshasa, Point de presse)

0
165

Par Oscar BISIMWA

Pour rien au monde les Ministères de l’intérieur et des Finances ne peuvent être attribués au FCC. Tel est le point de vue de la Jeunesse inter-fédérale de l’Union pour la nation Congolaise (UNC), exprimée par son Président Bertin Mubonzi au cours d’un point de presse qu’il a animé ce vendredi 19 juillet 2019 dans la salle des conférences de la paroisse notre dame de Fatima, à la Gombe, en présence de plusieurs centaines de jeunes de sa structure.

A en croire Bertin Mubonzi, le Président Félix Antoine Tshisekedi a promis l’assainissement des finances publiques, avec à la clef, la lutte contre la fraude fiscale et autres formes de gabegie financière. Pour y arriver, il faut avoir le contrôle total du Ministère des finances.

Pourtant, on sait qu’aujourd’hui, le Gouverneur de la Banque centrale vient de la famille politique de l’ancien chef de l’État. Il est aussi clair que son mandat court encore et son remplacement n’est peut-être pas une question de jours.

Il faut donc que le ministère des Finances soit dirigé par une personnalité issue du Cap pour le Changement pour avoir la totale assurance de bien implémenter la vision du Président de la République, indique Bertin Mubonzi.

S’agissant du ministère de l’intérieur, le leader de la jeunesse de l’UNC ville de Kinshasa indique que les méthodes de gestion du secteur de sécurité, des manifestations publiques etc pendant les dernières années de gouvernance de ceux qui forment aujourd’hui le FCC ne sont pas ceux prônés par l’actuel Chef de l’État dans sa vision réformatrice.

En plus, poursuit Bertin Mubonzi, la quasi-totalité des Gouverneurs de provinces, les présidents des assemblées provinciales et leurs bureaux sont du FCC. Il faut nécessairement que le prochain patron de la territoriale vienne du CACH pour, non seulement créer une certaine équilibre dans la gestion des provinces et autres entités territoriales décentralisées, mais aussi mettre en pratique la vision du Président de la République dans ce secteur.

Pour les Jeunes de l’UNC Kinshasa, si cette question est réglée, plus rien ne pourra bloquer la mise en place du nouveau gouvernement qu’ils appellent de tous leurs vœux.

Composante très active de la base du CACH, Bertin Mubonzi et ses camarades appellent les négociateurs du Camp présidentiel à ne pas céder sur cette question.

LA JEUNESSE DANS LES INSTITUTIONS

Autre question abordée par la ligue des jeunes de l’Union pour la nation Congolaise, ville de Kinshasa, l’intégration des jeunes dans les instances de décision en cours de mise en place.

Pour Bertin Mubonzi, les Jeunes ont été au premier rang de la bataille pour la conquête du pouvoir, il est plus qu’un droit qu’ils se retrouvent aussi dans la première ligne de la gestion.

Bertin Mubonzi dit avoir déjà exprimé ces désidératas des jeunes auprès de l’autorité suprême du pays, et que ce dernier accorde beaucoup d’intérêt à cette question. « Si ça ne dépendait que du président Fatshi, on aurait un Gouvernement 100% jeunes » a-t-il rapporté sous les ovations de ses camarades, militants et cadres de l’UNC, dans une salle pleine comme un oeuf.
« Mais il y a plusieurs éléments qui entrent en ligne de mire au point de bousculer les tendances », reconnaît ce jeune Kamerhiste pur sang.

Mais le leader des jeunes du parti du Directeur de cabinet du Chef de l’État reste convaincu que les préoccupations de la jeunesse seront prises en compte dans l’équipe gouvernementale, parmi les mandataires publics et autres instances de décision.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here