Nation

Goma: une manifestation contre la présence de l’EAC dégénère

À l’appel de divers mouvements citoyens, plusieurs dizaines de personnes ont protesté ce mercredi contre la présence de la force est-africaine déployée depuis novembre dans la région pour lutter contre les mouvements armés. Mais la police a choisi de réprimer la marche.rer mes consentements.

C’était la première manifestation depuis le début du déploiement de la force régionale de l’EAC. Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile comme Filimbi et la Lucha ont défilé à Goma, la grande ville du Nord-Kivu. Objectif : dénoncer « l’inefficacité », « l’inaction » des contingents est-africains, voire les « mensonges » qui entourent la présence de ces militaires.

Plusieurs milliers de soldats kenyans et burundais sont déjà arrivés en renfort de l’armée congolaise. Depuis le début du mois, certains ont commencé à rejoindre la base militaire de Rumangabo. Sept cent cinquante Sud-Soudanais sont également attendus.

RFI – Actualités, info, news en direct – Radio France Internationale

/ Afrique
En RDC, une manifestation contre la présence de l’EAC dégénère à Goma

Publié le : 18/01/2023 – 21:07

Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile ont défilé ce mercredi 18 janvier à Goma.
Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile ont défilé ce mercredi 18 janvier à Goma. AFP – GUERCHOM NDEBO
Texte par :
RFI
Suivre
1 mn
À l’appel de divers mouvements citoyens, plusieurs dizaines de personnes ont protesté ce mercredi contre la présence de la force est-africaine déployée depuis novembre dans la région pour lutter contre les mouvements armés. Mais la police a choisi de réprimer la marche.

PUBLICITÉ

C’était la première manifestation depuis le début du déploiement de la force régionale de l’EAC. Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile comme Filimbi et la Lucha ont défilé à Goma, la grande ville du Nord-Kivu. Objectif : dénoncer « l’inefficacité », « l’inaction » des contingents est-africains, voire les « mensonges » qui entourent la présence de ces militaires.

Plusieurs milliers de soldats kényans et burundais sont déjà arrivés en renfort de l’armée congolaise. Depuis le début du mois, certains ont commencé à rejoindre la base militaire de Rumangabo. Sept cent cinquante Sud-Soudanais sont également attendus.

Mais la police a dispersé les manifestants en lançant des grenades lacrymogènes. Les forces de sécurité ont estimé que la marche était interdite. Des journalistes ont été menacés, certains même blessés et d’autres arrêtés avec des protestataires, avant d’être relâchés après quelques heures de garde à vue.

Dans le même temps, le ministère congolais des Affaires étrangères a tapé sur la table contre le M23, principal groupe aux prises avec l’armée. Kinshasa accuse le mouvement rebelle, et le Rwanda, accusé de le soutenir, d’avoir violé les accords signés.

SelonSelon les autorités, M23 et Kigali ont « saboté les résolutions », « réalisé des manœuvres dilatoires », des « simulacres de retraits » de plusieurs localités.

La RDC demande ainsi à l’ONU, l’Union africaine, la Communauté est-africaine et tous les partenaires, de sanctionner les Rwandais et les leaders du M23.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer