Nation

Enterinement « illégal et frauduleux » de 09 Membres de la CNDH par l’Assemblée Nationale : Christophe Mboso pris dans son propre piège!

Après la désapprobation et la dénonciation publique par le Président de la Commission Permanente Droits de l’Homme de l’Assemblée Nationale en date 15 décembre 2022 de la procédure cavalière et irrégulière de l’Honorable Christophe MBOSO NKODIA, suivi de la saisine de tous les Mécanismes Conventionnels des Droits de l’Homme par la Composante Droits de l’Homme de la Société Civile de la RDC pilotée par le Réseau National des ONGs des Droits de l’Homme de la RDC(RENADHOC), c’est maintenant le tour de la Composante Personnes vivant avec Handicap de la Société de la RDC pilotée par la Fédération Congolaise des Personnes Handicapées (FECOPEHA) de hausser le ton.

À travers une Lettre adressée le 20 décembre 2022 au Président de la République et garant du bon fonctionnement de toutes les Institutions de la RDC dans laquelle elle rappelle au Chef de l’Etat, cette structure insiste sur la procédure légale à suivre pour déclencher le processus de désignation de nouveaux membres de la CNDH en vue de respecter les Principes de Paris régissant les Institutions Nationales des Droits de l’Homme (INDH), l’indépendance de la CNDH, les prérogatives légales de chaque Institution et éviter de surcroît tout conflit inter institutionnel.

Il est à noter que même les Confessions Religieuses, les 10 Ordres Professionnels, les Syndicats des travailleurs piloté par l’Intersyndicale National de l’administration Publique (INAP), … n’ont jamais siégé pour désigner leurs délégués à la CNDH et ont désapprouvé la procédure irrégulière et illégale du Président Christophe MBOSO qui y a nommé des Acteurs Politiques de son choix au sein de cette unique Institution d’appui à la Démocratie composée exclusivement et à 100 % par les Acteurs de la Société Civile.

« L’image du Chef de L’Etat et celle de toute la République doit être sauvegardée à tout prix. Il est urgent que le Chef de L’Etat invite le Bureau de l’Assemblée Nationale et la CNDH à harmoniser les vues pour préserver les intérêts internationaux du Pays, en laissant au Bureau de la CNDH l’exclusivité de déclencher le processus de désignation de nouveaux membres dans le strict respect du Droit International régissant les INDH, de l’Article 23 bis du Règlement Intérieur de la CNDH ainsi que de l’Arrêt 1604 de la Cour Constitutionnelle qui est sans appel et opposable à tous y compris l’Assemblée Nationale », préviennent-ils.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer