Informations, Communication et Relations Presses

Crise ukrainienne : les forces russes approchent de Kiev

Une usine métallurgique dans la banlieue de Mariupol, en Ukraine, jeudi 24 février 2022.Une habitante de Marioupol au dans le sud-est du pays fuit les bombardements de l’armée russe.

Après des tirs de missiles dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 février 2022, des combats sont en cours ce vendredi matin dans la capitale ukrainienne. À Kiev, les habitants se réfugient dans le métro pour se protéger.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+1. 

Vendredi 25 février

10h30 TU La Russie veut “libérer les Ukrainiens de l’oppression”

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a assuré vendredi que l’objectif de l’invasion russe de l’Ukraine était de “libérer” les Ukrainiens “de l’oppression”, laissant entendre que Moscou comptait renverser le pouvoir en place.
“Le président Poutine a pris la décision de cette opération militaire spéciale de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine pour que, libérés de cette oppression, les Ukrainiens puissent librement choisir leur avenir”, a-t-il dit, lors d’une rencontre avec des responsables séparatistes prorusses de l’Est ukrainien.

10h00 TU Plus de 1.800 protestataires anti-guerre arrêtées en Russie (ONU)

Plus de 1.800 manifestants contre la guerre en Ukraine ont été arrêtés en Russie, a déploré le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme vendredi, et a demandé la libération de ceux qui sont encore détenus.

“Arrêter des personnes qui exercent leurs droits à la liberté d’expression ou de réunion pacifique constitue une privation arbitraire de liberté. Nous appelons les autorités à assurer la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé ces droits”, a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani.

9h30 TU Les forces russes approchent de Kiev.

Selon l’armée ukrainienne les forces russes approchent de Kiev depuis le nord-est et l’est de la ville.

Mohamed, le français coincé à Kiev se réfugie dans le métro comme la plupart des ukrainiens de la capitale.

9h20 TU Une session extraordinaire du conseil des ministres de l’Intérieur de l’UE ce weekend.

Une session extraordinaire du conseil des ministres de l’Intérieur des vingt-sept pays de l’Union Européenne se tiendra ce weekend pour “évoquer les réponses concrètes à apporter à la situation en Ukraine”, a annoncé vendredi le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin dans un tweet.
“Plusieurs sujets seront à l’ordre du jour, parmi lesquels la réponse européenne à l’impact humanitaire et sécuritaire, ainsi que les mesures de rétorsion”, a précisé un conseiller de l’exécutif.

9h00 TU Contacté hier le 24 février au soir, Mohamed, français coincé à Kiev nous raconte ce qu’il vit depuis l’invasion russe en Ukraine.

8h00 TU Combats en cours dans le nord de la ville de Kiev

Des combats étaient en cours vendredi matin dans un quartier nord de la ville de Kiev, alors que les forces armées russes semblent resserrer l’étau autour de la capitale ukrainienne.
Des échanges de tirs et des explosions ont été entendus dans le quartier d’Oblonsky, tandis que plusieurs détonations sourdes étaient aussi entendues depuis le centre-ville.

7h47 TU “Poutine a choisi de sortir l’Ukraine de la carte des Etats”, selon Le Drian

Lors d’une émission sur France Inter, le ministre des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian a déclaré que le président russe Vladimir Poutine voulait sortir l’Ukraine de “la carte des Etats”. Le chef de la diplomatie française a ajouté que la “sécurité” du président ukrainen Volodymyr Zelensky était désormais menacée par l’offensive russe en cours.
“La guerre est totale. La sécurité du président Zelensky est un élément central de ce qu’il se passe (..) Nous sommes en mesure de l’aider si nécessaire”, a-t-il ajouté.

7h15 TU Londres dénonce l’attaque “barbare” et “injustifiée” contre l’Ukraine

La cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a dénoncé vendredi l’attaque “barbare” et “injustifiée” du président russe Vladimir Poutine contre l’Ukraine, après les tirs de missiles sur la capitale Kiev à l’aube.

Dans un tweet, la ministre des Affaires étrangères a exprimé sa “solidarité” avec son homologue Dmytro Kouleba et le peuple ukrainien. “L’attaque de Poutine contre l’Ukraine est barbare, injustifiée et témoigne d’un mépris cruel pour la vie humaine”, a-t-elle tweeté. “Nous continuerons à demander des comptes à Poutine et resterons inébranlables dans notre soutien”, a-t-elle ajouté, au lendemain de l’annonce par Londres de nouvelles sanctions économiques contre la Russie. 

6h20 TU Le président Volodymyr Zelensky s’est adressé aux Ukrainiens dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux
 

Le président ukrainien a déclaré vendredi 25 février que l’armée russe visait des zones civiles à Kiev, saluant en outre “l’héroïsme” des Ukrainiens face à l’invasion russe et assurant que ses soldats faisaient “tout leur possible” pour défendre le pays.

“Cette nuit, ils ont commencé à bombarder des quartiers civils. Cela nous rappelle (l’offensive nazie) de 1941”, a dit Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, prononçant cette phrase en russe à l’attention des citoyens russes.

La Russie devra “parler” à l’Ukraine “tôt ou tard” pour mettre fin aux combats, a également estimé le président ukrainien  au moment où sa capitale est visée par des bombardements russes.

“La Russie devra nous parler tôt ou tard. Parler de la manière dont on pourra mettre fin aux combats et arrêter l’invasion. Plus tôt cette conversation commence, et plus réduites seront les pertes pour la Russie elle-même”, a déclaré M. Zelensky dans une adresse vidéo.
 

4h50 TU  L’Ukraine dénonce les “horribles” tirs de missiles russes sur Kiev

Le chef de la diplomatie ukrainienne a dénoncé vendredi des tirs de missiles russes qui ont touché Kiev à l’aube, faisant au moins trois blessés, au lendemain du début de l’invasion russe du pays.

“Des tirs horribles de missiles russes sur Kiev. La dernière fois que notre capitale a connu quelque chose de semblable, c’était en 1941 quand elle a été attaquée par l’Allemagne nazie. L’Ukraine a vaincu ce démon et vaincra aussi celui-ci”, a affirmé Dmytro Kouleba dans un message sur son compte Twitter. 


Sur son compte Facebook, l’armée de terre ukrainienne a indiqué que des “tirs de missiles” visaient Kiev, précisant en avoir détruit deux en vol. Selon le maire de la ville, Vitali Klitschko, trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, par des débris de missiles tombés dans un quartier résidentiel du sud-est de la capitale ukrainienne.

La progression des forces russes fait redouter un assaut et la multiplication d’attaques ciblées sur Kiev et des cibles stratégiques et gouvernementales.

Vidéo prise à Kiev à 3h du matin TU par un témoin.

Selon des sources militaires occidentales, l’armée russe se rapprochait de Kiev, où un couvre-feu a été imposé, avec l’intention de “décapiter le gouvernement” ukrainien et d’y installer à la place un gouvernement favorable à Moscou.

Le gouverneur de la région de Soumy (nord-est), Serhiï Jyvytskiï – cité par l’agence de presse UNIAN – a déclaré que “des engins (russes, ndlr) sont partis de Soumy en direction de Kiev, beaucoup d’engins”.

Le ministère ukrainien de la Défense a également signalé vendredi un tir de missile russe tôt le matin contre une unité de gardes-frontières dans la région de Zaporijjia, qui, selon cette source, a fait des “morts et des blessés”.


02H00 TU Emmanuel Macron dénonce la “duplicité” de Poutine, mais veut maintenir le dialogue
 

Emmanuel Macron a plaidé l’“unité” des Français face à l’invasion russe de l’Ukraine, unanimement condamnée par les candidats à six semaines du premier tour de la présidentielle.

Lors d’une courte allocution télévisée, le président sortant et presque candidat a appelé à “ne rien céder autour de nos principes de liberté, de souveraineté et de démocratie”.

Emmanuel Macron, qui doit adresser un message au Parlement lors d’une séance solennelle ce vendredi, a également souligné que cet “acte de guerre”“un tournant dans l’Histoire de l’Europe”, aura “des conséquences profondes, durables sur nos vies et la géopolitique de notre continent”.


Le président français a également déclarer que la France allait accélérer le déploiement de soldats en Roumanie dans le cadre de l’Otan, en réponse à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

“La France continuera à jouer pleinement son rôle de réassurance des alliés de l’Otan en envoyant en Estonie un nouveau contingent au sein de la présence avancée renforcée, en anticipant sa participation à la police du ciel balte dès le mois de mars, et en accélérant aussi son déploiement en Roumanie”, a déclaré Emmanuel Macron à l’issue d’un sommet exceptionnel de l’UE à Bruxelles et à la veille d’un sommet de l’Otan consacré à la crise en Ukraine.

Emmanuel Macron a également jugé utile de “laisser ouvert le chemin” du dialogue avec Moscou pour obtenir un arrêt de son offensive en Ukraine, tout en dénonçant “la duplicité” de son homologue russe Vladimir Poutine.

A l’issue d’un sommet de l’UE  à Bruxelles, le président français a indiqué avoir eu jeudi un “échange franc, direct, rapide” avec Vladimir Poutine, pour réclamer “l’arrêt des combats dans les meilleurs délais” et “lui demander de discuter” avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky “dont c’était la demande”.

“Je pense que c’est de ma responsabilité (…) tout en condamnant, tout en sanctionnant, tout en continuant à agir, de laisser ce chemin ouvert pour que le jour où les conditions pourront être remplies, nous puissions obtenir une cessation des hostilités”, a-t-il fait valoir.

Pour autant, le président français, qui avait multiplié les initiatives diplomatiques ces dernières semaines, a déploré la “duplicité” du Kremlin.

Peu de temps avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, “nous discutions encore des détails de mise en oeuvre des accords de Minsk. Donc, oui, il y a eu duplicité, il y a eu un choix délibéré, conscient, du président Poutine de lancer la guerre quand nous pouvions encore négocier la paix”, a-t-il estimé.

“Nous devons tirer toutes les conclusions du choix du président Poutine de vouloir faire bégayer l’histoire européenne et nous ramener à des logiques d’empire et de confrontation, de bafouer tous les principes qui président au droit international”, a poursuivi Emmanuel Macron.


00H30 TU.  Zelensky signale des “groupes de sabotage” russes dans Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué vendredi que des troupes russes s’étaient infiltrées à Kiev, au lendemain de l’invasion de l’Ukraine par Moscou qui a attaqué le pays notamment près de la capitale ukrainienne.

“Nous avons reçu l’information que des groupes de sabotage de l’ennemi sont entrés dans Kiev”, a-t-il indiqué dans une adresse vidéo publiée sur le compte de la présidence ukrainienne, appelant les habitants à la vigilance et au respect du couvre-feu en vigueur.

Jeudi 24 février.

22H30 TU : le président Zelensky annonce la mobilisation générale.


Le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi la mobilisation militaire générale pour contrer l’invasion russe du pays, lancée le matin même, selon un décret publié sur le site de la présidence ukrainienne.

Selon le texte, la mesure concernera ceux soumis “à la conscription militaire et les réservistes” et s’appliquera sous 90 jours dans toutes les régions ukrainiennes.
 Le président Zelensky lors d’une rencontre avec Emmanuel Macron le 15 avril 2021.

22H00 TU. L’Union approuve de nouvelles sanctions contre la Russie de Poutine.
L’Union européenne, réunie en sommet à Bruxelles, a approuvé jeudi soir des sanctions “massives” contre la Russie, après son invasion de l’Ukraine, sans toutefois aller jusqu’à exclure le pays du système d’échanges bancaires internationaux Swift.


C’est le train de sanctions le “plus sévère jamais mis en oeuvre” par l’UE, a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Les Vingt-Sept veulent punir le régime du président Vladimir Poutine avec des sanctions financières. Il s’agit notamment de limiter drastiquement l’accès de la Russie aux marchés de capitaux européens, entravant la capacité de Moscou d’y refinancer sa dette.
20h50 TU. Le président Emmanuel Macron vient de s’entretenir au téléphone avec Vladimir Poutine. Le Kremlin qualifie cet échange de “franc et sérieux”.

Lors de cette conversation, la première rapportée entre M. Poutine et un dirigeant occidental depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ce 24 février au matin, le président russe a “fourni une explication détaillée sur les raisons” qui ont conduit Moscou à lancer cette opération, a ajouté le Kremlin dans un communiqué.

Lors de sa conversation avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine “a donné une explication détaillée sur les raisons et les circonstances de la décision de mener une opération militaire spéciale” en Ukraine, a ajouté le Kremlin.

Selon une source au sein de la présidence française, Emmanuel Macron a “exigé l’arrêt immédiat” de l’offensive russe en Ukraine “en rappelant que la Russie s’exposait à des sanctions massives”.Emmanuel Macron à l'Elysée ce 24 févrierEmmanuel Macron s’est entretenu avec Vladimir Poutine ce 24 février. Le président français a “exigé l’arrêt immédiat” de l’offensive russe en Ukraine “en rappelant que la Russie s’exposait à des sanctions massives”.

20h30 TU. Près de 1400 personnes arrêtées en Russie lors de manifestations contre la guerre.


Près de 1400 personnes ont été arrêtées jeudi dans plusieurs villes de Russie lors de manifestations contre la guerre en Ukraine, a rapporté l’ONG spécialisée OVD-Info.

Selon cette organisation, au moins 1.391 personnes ont été interpellées dans 51 villes, dont 719 à Moscou et 342 à Saint-Pétersbourg. 

L’AFP a assisté à des dizaines d’arrestations sur la place Pouchkine, dans le centre de Moscou, où un important dispositif policier avait été déployé.

Plusieurs rassemblements ont eu lieu en Russie ce 24 février, réunissant environ un millier de personnes à Saint-Pétersbourg et le double à Moscou, pour dénoncer l’invasion militaire de l’Ukraine ordonnée par Vladimir Poutine. C’est ce qu’a  constaté Benoit Vitkine, correspondant en Russie du quotidien français Le Monde.

Avec TV5MONDE

angelo Mobateli

Read Previous

RD Congo: un siècle après l’étain, le lithium fait rêver Manono

Read Next

RDC: développer l’agriculture et « casser la mafia », les recettes de Katumbi pour le pays

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *