Uncategorized

Covid-19 : le comité d’urgence de l’OMS se réunit jeudi pour évaluer la pandémie


La pandémie de Covid-19 a poussé de nombreux pays à prendre des mesures de confinement de la population.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’elle allait réunir jeudi les experts de son comité d’urgence afin d’évaluer l’évolution de la pandémie de Covid-19, trois mois après la déclaration d’une urgence sanitaire internationale.

« Je convoquerai à nouveau demain le comité d’urgence pour évaluer l’évolution de la pandémie et pour émettre des recommandations actualisées », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse virtuelle ce mercredi à Genève.

Selon le chef de l’OMS, son organisation a travaillé « jour après jour au cours de ces trois mois pour tirer la sonnette d’alarme, soutenir les pays et sauver des vies ».

« Nous avons travaillé avec les pays pour les aider à se préparer et à réagir ou répondre. Nous avons réuni les pays pour qu’ils partagent leurs expériences et les leçons apprises », a ajouté le Dr Tedros insistant sur la mobilisation de milliers d’experts et de chercheurs « pour analyser les preuves en évolution et les transformer en conseils ».

Face aux critiques, le chef de l’OMS a défendu le bilan de son organisation tout en détaillant toutes les actions prises depuis janvier. « Depuis le début, l’OMS a agi rapidement et de manière décisive pour répondre à l’alerte mondiale », a précisé le Dr Tedros, après avoir donné une chronologie de ce que savait l’agence onusienne, avant de déclarer l’urgence mondiale du Covid-19 le 30 janvier dernier.

L’OMS s’est engagée à faire preuve de transparence et de responsabilité

« Nous avons tiré la sonnette d’alarme très tôt et nous l’avons fait souvent », a-t-il déclaré, tout ajoutant avoir « répété à maintes reprises que le monde avait la possibilité de se préparer et de prévenir une transmission communautaire généralisée ».

Il a indiqué que « l’OMS s’est engagée à faire preuve de transparence et de responsabilité ». « Quand nous avons commencé notre première conférence de presse, les gens disaient que le monde serait fatigué de ces points de presse quotidiens, mais cela ne nous a pas dérangés. Nous voulions nous assurer que le monde comprenne ce que dit l’OMS », a dit le chef de l’OMS.

Le dispositif de l’OMS s’est également traduit par le lancement d’un vaste essai international pour trouver rapidement des réponses sur les médicaments les plus efficaces.

« Nous avons réuni un consortium de pays et de partenaires pour accélérer le développement de vaccins ainsi que la distribution équitable de diagnostics et de produits thérapeutiques », a détaillé le Dr Tedros.

L’agence onusienne indique avoir expédié des millions de kits de test et des tonnes d’équipements de protection dans le monde entier, en portant une attention particulière sur les pays qui en ont le plus besoin.

Ces faits rappelés durant la conférence de presse virtuelle ont précédé le détail de la chronologie entre le 31 décembre 2019 et le 31 janvier 2020. « Le 31 décembre [2019], le système d’information sur les épidémies de l’OMS a reçu un rapport sur une grappe de cas de pneumonie de cause inconnue à Wuhan, en Chine ».

Le lendemain, le jour de l’an, l’agence onusienne indique avoir demandé à Beijing de lui fournir de plus amples informations sur le Règlement sanitaire international, tout en activant son équipe de soutien à la gestion des incidents.

Des actions ont été posées tout au long de ce début d’année. Les 10 et 11 janvier 2020, l’OMS a publié un aide-mémoire sur la manière de détecter, de tester et de gérer les cas, mais aussi sur la façon de protéger les travailleurs de la santé contre une éventuelle transmission interhumaine, sur la base d’expérience antérieure des coronavirus.

C’est le 13 janvier 2020 que le premier cas a été signalé en dehors de la Chine, en Thaïlande

« Wuhan, en Chine, étant une importante plaque tournante pour les transports intérieurs et internationaux, l’OMS a averti sur les risques d’une augmentation de cas signalés en dehors de Wuhan », a rappelé le Dr Tedros. C’est également le 11 janvier que la Chine a partagé avec l’OMS et les pays, la séquence génétique du virus. Le même jour, la Chine a signalé le premier décès dû au nouveau coronavirus.

« Le 13 janvier 2020, le premier cas a été signalé en dehors de la Chine, en Thaïlande. Ce jour-là, en collaboration avec des partenaires, l’OMS a publié les premières instructions pour la fabrication de kits de tests », a ajouté le chef de l’OMS. Mais le 14 janvier 2020, l’OMS a « tweeté » au sujet d’enquêtes préliminaires des autorités chinoises indiquant n’avoir trouvé « aucune preuve évidente d’une transmission humaine ». C’est dans ce contexte que le personnel de l’OMS s’est rendu le 20-21 janvier 2020 à Wuhan.

« Et le 22, l’OMS a souligné que des preuves suggéraient une transmission interhumaine ». Par ailleurs, « le comité d’urgence était divisé dans son avis et n’a pas conseillé pour que je déclare une urgence sanitaire internationale. Le comité a demandé à être reconvoqué dans 10 jours ou moins afin de permettre la collecte et l’examen de plus d’informations » a détaillé le Dr Tedros qui s’est ensuite rendu le 27 janvier 2020 à Beijing pour rencontrer « le Président chinois Xi Jinping et d’autres dirigeants pour en savoir plus sur la réponse et offrir l’aide de l’OMS ».

« Ce virus peut faire des ravages… plus que n’importe quelle attaque terroriste »

En parvenant à un consensus le 30 janvier, le Comité d’urgence de l’OMS décrète finalement que la situation correspondait à une « urgence sanitaire de portée internationale », le niveau le plus élevé d’alerte.

« J’ai déclaré une urgence de santé publique mondiale – le plus haut niveau d’alarme de l’OMS.  À l’époque, comme vous vous en souvenez peut-être, il y avait moins de 100 cas et aucun décès en dehors de la Chine. Pour être précis, nous avions 82 cas en dehors de la Chine, et aucun décès, lorsque nous avons déclaré le niveau d’urgence international le plus élevé », a détaillé le chef de l’OMS.

En énumérant toute cette chronologie, l’OMS entend ainsi rappeler « son engagement de servir tous les peuples du monde avec la science, la solidarité et les solutions, mais surtout avec humilité et respect pour tous les peuples et toutes les nations ».

« Nous partageons la douleur et la peine de tant de personnes à travers le monde, et nous partageons l’espoir que nous surmonterons ensemble cette pandémie. Il y a une chose que nous n’avons pas faite : nous n’avons pas abandonné », a réitéré le Directeur général de l’OMS.

D’autant que sur le terrain, le virus ne faiblit pas. Le nouveau coronavirus a fait plus de 204.987 morts dans le monde depuis décembre dernier et près de 3 millions de cas ont été recensés sur la planète, selon un bilan établi par l’OMS ce mercredi.

Avec 983.457 cas de contamination, les Etats-Unis est le pays qui a enregistré le plus grand nombre de morts (50.492). Mais l’Europe, avec un total de 129.344 morts (pour 1.408.266 cas), est le continent le plus durement touché par la pandémie de Covid-19. L’Italie (27.359 morts) et l’Espagne (23.822) sont les pays européens les plus atteints, suivis de la France (23.660) et du Royaume-Uni (21.678).

« Je l’ai déjà dit : ce virus peut faire des ravages… plus que n’importe quelle attaque terroriste. Il peut provoquer des bouleversements politiques, économiques et sociaux », a averti Dr Tedros.

« Mais le choix nous appartient, et le choix devrait être l’unité au niveau national », a-t-il ensuite relevé. « Plus que jamais, la race humaine doit s’unir pour vaincre ce virus ».

Par CR/Canu

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer