Informations, Communication et Relations Presses

Conflit Russie – Ukraine : qui est Volodymyr Zelensky, le président ukrainien qui a troqué la télévision pour la politique ?

Lorsque Volodymyr Zelensky est apparu pour la première fois sur les écrans de télévision comme président de l’Ukraine, il l’a fait en tant qu’acteur dans une série comique populaire.

Mais la vie a imité l’art en avril 2019 et il est devenu président dans la réalité. Il dirige désormais un pays de 44 millions d’habitants et fait face à une menace militaire russe à ses frontières.

Dans son rôle télévisé dans Serviteur du peuple, il jouait un humble professeur d’histoire qui est devenu président par hasard après qu’une vidéo de sa diatribe contre la corruption soit devenue virale en ligne. Cette histoire de conte de fées a captivé l’imagination des Ukrainiens désabusés par la politique.

Lire aussi :

Le Serviteur du peuple est devenu le nom de son parti, Volodymyr Zelensky faisant campagne sur un message de nettoyage de la politique et promettant d’apporter la paix à l’Est.

Aujourd’hui, le renforcement des troupes russes aux frontières de l’Ukraine a placé un leader national improbable au cœur d’une crise internationale qui rappelle les crises les plus profondes de la guerre froide entre l’Occident et la Russie.

Le président de 44 ans a dû marcher sur une ligne fine, ralliant le soutien à la cause de l’Ukraine tout en appelant l’Occident à ne pas semer la panique et en faisant de son mieux pour ne pas alarmer la population.

Une vocation pour la comédie

Son chemin vers la présidence n’a pas été conventionnel.

Né dans la ville centrale de Kryvyi Rih de parents juifs, Volodymyr Zelensky est diplômé en droit de l’Université économique nationale de Kiev. Toutefois, c’est la comédie qui s’est avérée être sa vocation.

Dans sa jeunesse, il participait régulièrement à un concours de comédie en équipe à la télévision russe. En 2003, il a cofondé une société de production télévisuelle à succès portant le nom de son équipe comique, Kvartal 95.

Cette société produit des émissions pour le réseau ukrainien 1+1, dont le propriétaire milliardaire controversé, Ihor Kolomoisky, soutiendra plus tard la candidature de M. Zelensky à la présidence.

Jusqu’au milieu des années 2010, cependant, sa carrière à la télévision et dans des films tels que Love in the Big City (2009) et Rzhevsky Versus Napoleon (2012) était son principal centre d’intérêt.

Serviteur du peuple

Le décor de l’improbable ascension politique de M. Zelensky a été planté par les événements turbulents de 2014, lorsque le président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch a été évincé après des mois de protestations. La Russie s’est alors emparée de la Crimée et a soutenu les séparatistes à l’est dans une guerre avec l’Ukraine qui se poursuit à ce jour.

Un an plus tard, en octobre 2015, Servant of the People a été diffusé pour la première fois sur 1+1, et il a incarné un personnage appelé Vasiliy Goloborodko, dont l’ascension fulgurante vers le poste suprême a ensuite été reflétée par l’acteur lui-même.

Il a battu le président sortant Petro Porochenko, qui a cherché à dépeindre son rival comme un novice en politique, alors que les électeurs y voyaient un atout.

Il a été élu haut la main avec 73,2 % des voix et a prêté serment en tant que sixième président de l’Ukraine le 20 mai 2019.

L’impasse dans le Donbas

Il a tenté de donner suite à sa promesse de mettre fin au conflit dans l’est de l’Ukraine, qui a fait plus de 14 000 morts.

Dans un premier temps, il a tenté de faire des compromis. Il y a eu des pourparlers avec la Russie, des échanges de prisonniers et des mesures visant à mettre en œuvre certaines parties d’un processus de paix, connu sous le nom d’accords de Minsk, mais ils n’ont jamais été suivis d’effets.

Un officier de la police populaire de la République populaire de Lugansk est photographié près de Slavyanoserbsk, dans l'est de l'Ukraine.
M. Zelensky n’a pas réussi à débloquer le processus de paix après des années de conflit dans l’est de l’Ukraine.

L’atmosphère de conciliation a été assombrie par la décision du président Vladimir Poutine de donner des passeports russes aux personnes vivant dans les zones occupées. Un cessez-le-feu est entré en vigueur en juillet 2020, mais des combats sporadiques ont continué.

M. Zelensky a adopté un ton plus ferme lorsque l’Ukraine a cherché à adhérer à l’Union européenne et à l’alliance militaire de l’OTAN, et ces ouvertures ont provoqué la colère du président russe.

Il a parfois eu du mal à se faire entendre en tant qu’homme d’État, ses détracteurs soulignant son manque d’expérience politique.

Mais face aux avertissements occidentaux d’une invasion russe imminente, il a adopté un ton calme, soulignant qu’après huit ans de guerre, ce n’était pas nouveau : “notre patience peut avoir un impact sur les provocations, lorsque nous ne répondons pas aux provocations mais nous comportons avec une grande dignité.”

Il a tenté de rallier les Ukrainiens en créant une journée nationale de l’unité le 16 février, et a régulièrement rendu visite aux soldats sur le front.

Les soldats ukrainiens sur la ligne de front ont reçu la visite du président le 17 février.
Les soldats ukrainiens sur la ligne de front ont reçu la visite du président le 17 février.

Interrogé pour savoir si la menace militaire de la Russie le persuaderait de renoncer à rejoindre l’Otan, il a déclaré à la BBC que la chose la plus importante pour lui en tant que président était de ne pas perdre son pays : “Nous avons besoin de garanties. Il ne s’agit pas seulement de quatre lettres. Pour nous, l’Otan est une garantie de sécurité.”

Montrer aux oligarques qui est le patron

Une autre de ses promesses de campagne s’est avérée tout aussi difficile à tenir : sa promesse de limiter l’influence politique et économique considérable des oligarques super riches d’Ukraine.

Les critiques étaient sceptiques étant donné ses liens avec Ihor Kolomoisky, un magnat dont l’empire médiatique a soutenu la campagne électorale de M. Zelenksy.

Mais il a renforcé son engagement en faveur de la “désoligarchisation”.

Igor Kolomoisky
Le président Zelenskyy a tenté de prendre ses distances avec M. Kolomoisky, un magnat des affaires controversé.

Son gouvernement a pris pour cible certains des oligarques les plus éminents d’Ukraine, dont le chef de l’opposition pro-russe Viktor Medvedchuk, qui a été placé en résidence surveillée sous l’inculpation de crimes, notamment de trahison, qu’il a dénoncée comme une “répression politique”.

Puis est venue la législation qui a défini juridiquement les oligarques et les a soumis à des restrictions, notamment l’interdiction de financer les partis politiques.

Pourtant, certains critiques ont estimé que ses mesures de lutte contre la corruption étaient surtout cosmétiques et visaient principalement à s’attirer les faveurs de l’administration du président américain Joe Biden, un rempart crucial contre la Russie.

Pas de quiproquo

Pour garantir le soutien de M. Biden, M. Zelensky a connu des moments gênants.

En juillet 2019, le président républicain Donald Trump a demandé à M. Zelensky “une faveur” lors d’un appel téléphonique. M. Trump voulait que M. Zelensky enquête sur les allégations de corruption contre M. Biden, alors favori des démocrates pour remporter l’élection.

En échange, M. Zelensky obtiendrait un voyage à Washington et une aide militaire.

M. Zelensky (à gauche) rencontre le président Joe Biden dans le bureau ovale de la Maison Blanche.
M. Zelensky a rencontré le président Biden dans le bureau ovale de la Maison Blanche en septembre 2021.

Lorsque les détails de l’appel ont été largement connus, grâce à un dénonciateur, M. Trump a été accusé de faire illégalement pression sur le dirigeant ukrainien pour qu’il déterre des informations préjudiciables sur un rival politique.

M. Trump a affirmé qu’il n’avait rien fait de mal, tandis que M. Zelensky a nié tout quiproquo. Les démocrates ont alors mis en accusation M. Trump, qui a ensuite été blanchi lors d’un procès politique.

La boîte de Pandore

M. Zelensky n’a pas été épargné par le scandale non plus.

En octobre 2021, il a été cité dans les “Pandora Papers”, une fuite massive de documents qui a révélé la richesse cachée des riches et des puissants de ce monde.

Ces documents ont révélé que M. Zelensky et son entourage proche étaient les bénéficiaires d’un réseau de sociétés offshore.

Mais M. Zelensky a déclaré qu’il ne voyait pas de nouveaux détails dans les documents et a nié que lui-même ou quelqu’un de sa société, Kvartal 95, soit impliqué dans le blanchiment d’argent.

Avec BBC

angelo Mobateli

Read Previous

RDC-Procès Chebeya-Bazana : peine de mort requise contre Christian Kenga Kenga

Read Next

Dan Gertler en RDC: « Je suis dévasté par l’image qui a été créée à mon sujet (…). Tous les permis et licences détenus par le groupe GERTLER seront restitués »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *