Informations, Communication et Relations Presses

Conflit Russie-Ukraine : qui est Vladimir Poutine, le président russe qui a ordonné l’invasion de l’Ukraine ?

Vladimir Poutine, 67 ans, est au pouvoir depuis 1999, alors nommé président du gouvernement en août. Son mandat actuel est prévu jusqu'en 2024. Ici, lors d'une allocution télévisée à Moscou, le 23 juin 2020.

Le président russe Vladimir Poutine a peut-être surpris beaucoup de monde avec l’invasion de l’Ukraine, sa plus grande action dans la région depuis l’annexion de la Crimée en 2014, mais il n’a jamais fait de sa détermination à réaffirmer l’influence russe un secret.

M. Vladimir Vladimirovitch Poutine, né le 7 octobre 1952 à Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), est un homme d’État russe. Depuis 1999, il est la figure centrale de l’exécutif, alternativement comme président du gouvernement (1999-2000 et 2008-2012) et président de la fédération de Russie (par intérim de 1999 à 2000, et de plein exercice de 2000 à 2008 et depuis 2012). Il est le plus ancien dirigeant du Kremlin depuis le dictateur soviétique Joseph Staline, décédé en 1953.

Un vote national controversé sur les réformes constitutionnelles en 2020 a donné à M. Poutine la possibilité de rester au pouvoir au-delà de son quatrième mandat actuel, qui se termine en 2024. Il pourrait donc rester au Kremlin jusqu’en 2036.

Lire aussi :

Mais comment en est-il arrivé là ? Voici un retour sur la vie politique et personnelle de ce personnage clivant, qui fait actuellement la Une des journaux du monde entier.

Un ancien espion

Les critiques voient en M. Poutine des traits de l’ère soviétique qui ont façonné sa vision du monde.

Il a été espion au sein du KGB – la tristement célèbre agence de sécurité soviétique – avant de connaître une ascension fulgurante dans le chaos de l’effondrement de l’URSS.

Nombre de ses proches collaborateurs et amis ont, ou avaient, des liens avec les services secrets.

La carrière politique de M. Poutine a débuté au début des années 1990, lorsqu’il a travaillé comme assistant principal du maire de Saint-Pétersbourg, Anatoly Sobchak, qui lui avait auparavant enseigné le droit à l’université.

En 1997, il entre au Kremlin en tant que chef du Service fédéral de sécurité (FSB – le principal successeur du KGB) et est rapidement nommé Premier ministre.

La veille du Nouvel An 1999, le président russe Boris Eltsine démissionne et nomme M. Poutine président par intérim.

Il est au pouvoir depuis lors, bien que M. Poutine ait dû occuper le poste de premier ministre entre 2008 et 2012, la constitution russe lui interdisant de briguer un troisième mandat consécutif.

M. Poutine est dûment revenu au pouvoir en remportant les élections de 2012 avec plus de 66 % des voix, sur fond d’accusations de fraude électorale.

Il a rétabli l’apparat de style soviétique pour les défilés militaires, et les portraits de Staline, autrefois interdits, sont réapparus.

Même le vaccin russe Covid est appelé Spoutnik V, en référence à la sonde soviétique Spoutnik qui est devenue le satellite artificiel du monde en 1957.

M. Poutine a décrit l’effondrement de l’URSS comme “la plus grande catastrophe géopolitique du [XXe] siècle” et il a fréquemment critiqué l’expansion de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie depuis 1997.

Des relations glaciales avec l’Ouest

Les tensions antérieures entre la Russie et l’Ukraine et l’intervention de Moscou dans la guerre civile syrienne en soutien au président Bachar el-Assad avaient déjà ravivé la suspicion occidentale à l’égard de M. Poutine.

Les relations sont aussi glaciales qu’à l’époque de la guerre froide, à l’exception toutefois de l’ancien président américain Donald Trump, qui a ouvertement exprimé son admiration pour son homologue russe.

Son successeur, Joe Biden, a quant à lui décrit M. Poutine comme un “tueur”.

L’image de macho

M. Poutine semble savourer son image de macho, aidé par des cascades électorales telles que l’entrée en Tchétchénie dans un avion de chasse en 2000 et l’apparition à un festival de motards russes au bord de la mer Noire en 2011.

Mais M. Poutine a également montré un côté plus doux sur les médias d’État russes, en câlinant ses chiens et en aidant à soigner les tigres de l’Amour menacés d’extinction.

M. Poutine joue dans la neige avec ses chiens à l'extérieur de Moscou.
Mars 2013 : M. Poutine joue dans la neige avec ses chiens à l’extérieur de Moscou.

Un sondage réalisé par le centre russe Levada en février 2021 indique que 48 % des Russes souhaiteraient que M. Poutine reste président au-delà de 2024.

Ce chiffre serait envié par de nombreux politiciens occidentaux, mais il pourrait suggérer que beaucoup considèrent simplement M. Poutine comme une valeur sûre.

Il a marqué des points politiques en maintenant la Russie relativement stable après le chaos post-communiste des années 1990.

Outre la restauration d’une fierté nationale largement répandue, M. Poutine a permis à une classe moyenne d’émerger et de prospérer, bien que Moscou domine toujours l’économie et que la pauvreté rurale soit très présente.

Troubles à la maison

Sa popularité parmi les Russes plus âgés est nettement plus forte que parmi les jeunes. Ces derniers ont grandi sous M. Poutine et beaucoup d’entre eux semblent avoir soif de changement.

En janvier 2021, des milliers de jeunes Russes ont manifesté dans tout le pays pour soutenir Alexei Navalny, l’ennemi juré de M. Poutine, qui a été arrêté immédiatement après son retour de Berlin.

Navalny s’est fait un nom en dénonçant la corruption rampante, qualifiant la Russie unie de M. Poutine de “parti des escrocs et des voleurs”.

Les manifestations qui ont suivi ont été parmi les plus importantes que la Russie ait connues ces dernières années. Une répression policière a suivi et des milliers de personnes ont été arrêtées.

Vladimir Poutine à cheval, en vacances près de Kyzyl, dans le sud de la Sibérie, le 3 août 2009.
Retour à la nature en Sibérie : M. Poutine cultive une image macho qui plaît à de nombreux Russes.

Navalny, actuellement en mauvaise santé en prison, condamné de manière controversée pour une vieille affaire de détournement de fonds, est une autre raison essentielle pour laquelle les relations de M. Poutine avec l’Occident sont si fracturées.

En août 2021, il a survécu de justesse à une attaque au Novichok, un agent neurotoxique, que les gouvernements occidentaux ont ensuite imputé au Service fédéral de sécurité (FSB) de M. Poutine.

Le Novichok – une toxine russe de qualité militaire – a également été utilisé pour empoisonner l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en Angleterre en 2018.

M. Poutine a nié tout lien avec ces attaques et d’autres contre des opposants politiques de premier plan.

Une enfance difficile

Vladimir Poutine a grandi dans un immeuble d’habitation communautaire de Leningrad – aujourd’hui Saint-Pétersbourg – et s’est battu avec les garçons du quartier, souvent plus grands et plus forts. C’est ce qui l’a poussé à se mettre au judo.

Selon le site web du Kremlin, M. Poutine voulait travailler dans les services secrets soviétiques “avant même de terminer ses études”.

“Il y a cinquante ans, la rue de Leningrad m’a enseigné une règle : si un combat est inévitable, vous devez donner le premier coup de poing”, a déclaré M. Poutine en octobre 2015.

Le président russe Vladimir Poutine (R) et le Premier ministre Dmitri Medvedev s'exercent dans un gymnase de la résidence d'État Bocharov Ruchei à Sochi, en Russie, le 30 août 2015.
M. Poutine a été filmé en août 2015 lors d’une séance de gymnastique avec le Premier ministre Dmitri Medvedev.

Il a utilisé le langage cru d’un combattant de rue pour défendre son assaut militaire contre les rebelles séparatistes en Tchétchénie, jurant de les éliminer “même dans les toilettes”.

La république du Caucase du Nord, majoritairement musulmane, a été dévastée par de violents combats entre 1999 et 2000, qui ont fait des milliers de victimes civiles.

La Géorgie est un autre point chaud pour M. Poutine. En 2008, ses forces ont mis en déroute l’armée géorgienne et se sont emparées de deux régions séparatistes, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud.

Ce conflit très personnel avec le président géorgien Mikheil Saakashvili, alors favorable à l’OTAN, a montré que M. Poutine était prêt à saper les dirigeants pro-occidentaux des anciens États soviétiques.

Des amis milliardaires

L’entourage de M. Poutine constitue une élite fabuleusement riche et on pense que lui-même possède une immense fortune. Il garde ses affaires familiales et financières bien à l’abri de la publicité.

Les fuites des Panama Papers en 2016 ont révélé un réseau trouble de sociétés offshore appartenant à un ami de longue date de M. Poutine – le violoncelliste Sergei Roldugin.

M. Poutine et sa femme Lyudmila ont divorcé en 2013 après près de 30 ans de mariage. Elle le décrivait comme un bourreau de travail.

Selon une enquête de l’agence de presse Reuters, l’une des filles de M. Poutine, Katerina, occupe un poste administratif de premier plan à l’université d’État de Moscou et se produit dans des concours de rock ‘n’ roll acrobatique.

La fille de M. Poutine, Katerina Tikhonova, danse le rock'n'roll.
La forme en famille : La fille de M. Poutine, Katerina Tikhonova, fait de la danse acrobatique rock ‘n’ roll.

La fille aînée de Poutine, Maria, est une universitaire, spécialisée en endocrinologie.

Les libéraux mis à l’écart

La marque de patriotisme de M. Poutine domine les médias russes, ce qui biaise la couverture médiatique en sa faveur, de sorte qu’il est difficile de mesurer l’ampleur de l’opposition.

Au cours de ses deux premiers mandats présidentiels, M. Poutine a bénéficié de revenus importants provenant du pétrole et du gaz – les principales exportations de la Russie.

Le niveau de vie de la plupart des Russes s’est amélioré. Mais le prix à payer, de l’avis de beaucoup, a été l’érosion de la jeune démocratie russe.

Depuis la crise financière mondiale de 2008, M. Poutine est aux prises avec une économie anémique, frappée par la récession et, plus récemment, par l’effondrement du prix du pétrole.

La Russie a perdu de nombreux investisseurs étrangers et des milliards de dollars en fuite de capitaux.

Le patriarche Kirill de Moscou et de toute la Russie (G) et le président russe Vladimir Poutine (D)
M. Poutine est régulièrement filmé en train d’assister à des cérémonies de l’Église orthodoxe.

Le règne de M. Poutine a été marqué par un nationalisme russe conservateur.

Il a de forts échos de l’absolutisme tsariste, encouragé par l’Église orthodoxe.

Peu après son accession à la présidence, M. Poutine a entrepris de marginaliser les personnalités libérales, les remplaçant souvent par des alliés plus durs ou des neutres considérés comme de simples béni-oui-oui.

Ainsi, les favoris d’Eltsine, tels que les oligarques Boris Berezovsky et Vladimir Gusinsky, ont fini par devenir des fugitifs vivant en exil à l’étranger.

L’inquiétude internationale concernant les droits de l’homme en Russie s’est accrue au fil des ans, à la suite de l’emprisonnement de l’oligarque Mikhaïl Khodorkovski, autrefois l’un des milliardaires les plus riches du monde, et des militants anti-Poutine du groupe punk Pussy Riot.

Aujourd’hui, alors que la Russie envahit l’Ukraine et que Poutine prévient que la réponse de Moscou sera “instantanée” si quelqu’un tente de s’attaquer à la Russie, tous les yeux sont tournés vers le président russe pour voir ce qu’il fera ensuite.

.

Vladimir Poutine : « L’Ukraine a été créée par la Russie bolchevique »

Le président russe a longuement justifié, lundi 21 février 2022, sa décision de reconnaître l’indépendance des territoires séparatistes du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Voici des extraits de son discours.

Le président russe, Vladimir Poutine, lors de son allocution télévisée depuis le Kremlin, à Moscou, le 21 février 2022.
Le président russe, Vladimir Poutine, lors de son allocution télévisée depuis le Kremlin, à Moscou, le 21 février 2022. 

Extraits. Principaux passages de l’allocution télévisée que Vladimir Poutine a prononcée depuis le Kremlin, le 21 février, et au cours de laquelle il a exposé et justifié sa reconnaissance de l’indépendance des territoires séparatistes du Donbass.

« Chers citoyens de Russie, mes chers amis,

Je m’adresse aujourd’hui directement à vous, non seulement pour évaluer ce qui se passe, mais aussi pour vous informer des décisions qui ont été prises et des éventuelles mesures à venir. Je vais le souligner une fois de plus : l’Ukraine, pour nous, n’est pas seulement un pays voisin. C’est une partie inaliénable de notre histoire, de notre culture, de notre espace spirituel. Ce sont nos camarades, nos proches, parmi lesquels il y a non seulement des collègues et des amis, mais aussi des parents, des gens à qui nous relient des liens familiaux, les liens du sang.Lire aussi  Déclarations de Poutine et réactions internationales sur la crise ukrainienne : retrouvez les moments clés de la journée

Pendant longtemps, les habitants des terres historiques de l’ancienne Russie dans le Sud-Ouest se désignaient comme « russes » et « orthodoxes ». Ils le faisaient avant le XVIIe siècle, quand une partie de ces territoires a été réunie à l’Etat russe, et ils ont continué à le faire après. Il nous semble que nous n’ignorons rien de cela, qu’il s’agit de faits connus de tous. (…)Lire aussi  Article réservé à nos abonnésEn Ukraine, après des mois de tensions diplomatiques, Vladimir Poutine choisit de passer à l’offensive

Avec BBC (Article publié le 25 février 2022)/Le Monde (Publié le 22 février 2022)

Oscar BISIMWA

Read Previous

RDC : Mazembe et V.Club dans le top 10 des meilleurs clubs de la CAF sur les 5 précédentes saisons

Read Next

RDC-Procès Chebeya-Bazana : peine de mort requise contre Christian Kenga Kenga

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *