Informations, Communication et Relations Presses

Cause de la Guerre Ukraine – Russie : 4 clés pour comprendre l’invasion russe de l’Ukraine

Chars ukrainiens
Chars ukrainiens

Alors que le conflit en Ukraine entre dans sa deuxième semaine, voici quelques points clés pour comprendre comment et pourquoi il a commencé.

Déjà le lundi 21 février 2022, M. Poutine avait annoncé l’envoi de troupes russes dans les régions rebelles de Donetsk et de Louhansk, après avoir reconnu l’indépendance de ces deux régions.

Les actions de Poutine ont conduit à l’invasion de l’Ukraine, et l’Europe craint que cela ne débouche sur une guerre impliquant davantage de pays. La condamnation internationale a été rapide et le président américain Joe Biden a déclaré que la Russie “sera tenue responsable” de ses actions.

Cependant, Washington a rejeté la possibilité d’envoyer des troupes.

Il s’agit du dernier chapitre d’un conflit qui remonte au moins à 2014, lorsque la Russie a pris le contrôle du territoire ukrainien de Crimée et a soutenu les forces séparatistes pro-russes dans les régions de Donetsk et de Louhansk.

Mais que s’est-il passé et comment en est-on arrivé à ce conflit ?

1. Qu’a dit Poutine en annonçant “l’opération militaire spéciale” ?

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé le jeudi 24 février une “opération militaire spéciale” dans la région de Donbas, dans l’est de l’Ukraine.

Il a fait cette annonce dans un discours télévisé, au moment même où le Conseil de sécurité des Nations unies l’implorait d’arrêter toute action de guerre.

M. Poutine a déclaré que l’opération visait à “démilitariser et dénazifier l’Ukraine”.

Il a déclaré que la décision avait été prise après avoir reçu une demande d’aide de la part des dirigeants des territoires séparatistes soutenus par la Russie, formés dans l’est de l’Ukraine en 2014, bien que les services de renseignement occidentaux aient mis en garde contre une invasion potentielle depuis des semaines.

“J’ai pris la décision de mener une opération militaire spéciale. Son objectif sera de défendre les personnes qui, depuis huit ans, subissent des persécutions et un génocide de la part du régime de Kiev”, a déclaré le président russe, dans une déclaration pour laquelle il n’a pas fourni de preuves.

Poutine a appelé les soldats ukrainiens à déposer immédiatement leurs armes.

“Tous les membres des services de l’armée ukrainienne qui suivent ces demandes seront autorisés à quitter la zone de combat”, a-t-il déclaré.

Il a également lancé ce qui semble être un avertissement aux autres pays, tels que les États-Unis, qui ont soutenu l’Ukraine.

“Quiconque tente d’interférer avec nous, ou plus encore, de créer des menaces contre notre pays et notre peuple, doit savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et entraînera des conséquences telles qu’elle n’en a jamais connu dans son histoire. Nous sommes prêts à faire face à toute éventualité”.

2. Quelle a été la réaction de l’Ukraine ?

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dimitro Kuleba, a déclaré peu après l’annonce que “plusieurs villes ukrainiennes sont attaquées”.

“Poutine vient de lancer une invasion à grande échelle de l’Ukraine. C’est une guerre d’agression. L’Ukraine se défendra et gagnera”, a-t-il déclaré. “Le monde doit arrêter Poutine”, a-t-il exigé.

Le jour de l’invasion, le président a annoncé que l’Ukraine rompait ses relations diplomatiques avec la Russie et a déclaré qu’elle fournissait des armes à quiconque souhaitait défendre le territoire.

Peu avant l’annonce de Poutine et le début de l’opération militaire, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait prononcé un discours émouvant à la télévision.

Zelensky s’est d’abord exprimé en ukrainien et a prévenu qu’une invasion russe serait “le début d’une grande guerre sur le continent européen”.

Il est ensuite passé au russe et, dans cette langue, a appelé la population du pays voisin à rejeter une attaque et a souligné qu’on lui mentait au sujet de l’Ukraine.

“Ils disent que la flamme [de la guerre] libérera le peuple ukrainien, mais les Ukrainiens sont libres”, a-t-il déclaré, rapporte Sarah Rainsford, correspondante de la BBC en Europe de l’Est.

Le dirigeant ukrainien a souligné que son pays était prêt à faire face à une attaque russe et a prévenu : “Nous n’avons pas besoin d’une guerre, ni froide, ni chaude, ni hybride. Mais si les troupes nous attaquent, si elles essaient de prendre notre pays – notre liberté, nos vies, les vies de nos enfants – nous nous défendrons.”

“S’ils nous attaquent, ils verront nos visages, pas nos dos”, a déclaré le président ukrainien.

line

En savoir plus sur la crise ukrainienne

line

3. Comment Poutine justifie-t-il cette “opération militaire” ?

Poutine avait déjà prononcé un discours télévisé dans lequel il annonçait qu’il reconnaissait l’indépendance de deux zones de l’Ukraine contrôlées par des séparatistes soutenus par la Russie.

Les analystes y ont vu le signe précurseur d’une opération militaire. En effet, pas plus tard que mercredi 23 février, les régions rebelles pro-russes d’Ukraine ont demandé à Poutine d’envoyer des troupes.

Le raisonnement de Poutine contre l’Ukraine comprend des considérations historiques et de sécurité.

Il a affirmé que l’Ukraine n’avait pas d’histoire en tant que véritable nation et a accusé les autorités ukrainiennes de corruption.

Peu après l’annonce, M. Poutine a signé un ordre pour que des troupes remplissent des “fonctions de maintien de la paix” dans les deux régions rebelles.

Carte montrant les régions de Donetsk et de Luhansk dans l'est de l'Ukraine et les zones tenues par les séparatistes soutenus par la Russie au sein de ces régions.
Légende image,Carte montrant les régions de Donetsk et de Luhansk dans l’est de l’Ukraine et les zones tenues par les séparatistes soutenus par la Russie au sein de ces régions.

“Permettez-moi de souligner une fois encore que l’Ukraine n’est pas pour nous un simple pays voisin. Elle fait partie intégrante de notre propre histoire, de notre culture, de notre espace spirituel”, a-t-il déclaré.

Il a également accusé le gouvernement ukrainien d’être une “marionnette” des États-Unis et a affirmé, sans preuve, que les Ukrainiens sont “brutalisés” par leurs dirigeants et que le pays pourrait obtenir des armes nucléaires et constituer une plus grande menace pour la Russie.

Au cours du discours du lundi 21 février, M. Poutine a répété les dangers de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN (l’organisation n’a même pas de programme d’adhésion à l’OTAN et n’est qu’une aspiration de Kiev) et a affirmé que si le pays rejoignait l’alliance, la Russie risquerait une “attaque”.

Poutine affirme également, sans preuve, qu’il y a un “génocide” ukrainien contre les russophones dans l’est du pays.

4. Comment cette situation s’est-elle produite ?

Les antécédents se trouvent en 2014, lorsque la Russie a pris le contrôle de la Crimée et a soutenu les forces séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

Pays de l'OTAN
Pays de l’OTAN

Des groupes rebelles ont créé des républiques populaires à Donetsk et à Luhansk.

Le conflit a fait jusqu’à présent quelque 14 000 morts.

Le 18 février, le service ukrainien de la BBC a signalé que les tirs d’artillerie lourde et de mortier dans la région étaient les plus intenses depuis des années.

Dans leur dernier rapport, les observateurs internationaux de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ont signalé des centaines de violations du cessez-le-feu entre le 17 et le 18 février.

Les dirigeants des deux zones séparatistes soutenues par la Russie ont annoncé l’évacuation des résidents et ont déclaré que l’Ukraine avait intensifié les bombardements et planifié une attaque.

Denis Pushilin, chef de la République populaire de Donetsk (DNR), a annoncé une évacuation dans une vidéo qui aurait été filmée vendredi. Cependant, une analyse des métadonnées de la vidéo par la BBC a montré qu’elle avait été enregistrée avant le début des hostilités.

En novembre dernier, la Russie a commencé à déployer un grand nombre de troupes dans les zones proches de la frontière avec l’Ukraine.

Mais le 15 février, Poutine a laissé entendre qu’il y aurait un retrait partiel des forces russes.

Cependant, l’Ukraine et ses alliés ont déclaré qu’il n’y avait pas de réduction du nombre de troupes russes dans les zones frontalières.

Poutine
M. Poutine se dit ouvert au dialogue, mais ne le fait pas passer avant les intérêts de la Russie.

“Ils ont toujours déployé des forces dans les deux sens”, a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, un jour après l’annonce de la Russie.

“Il y a eu beaucoup de (mouvements) de haut en bas, d’avant en arrière, tout ce temps ; mais la tendance de ces dernières semaines et de ces derniers mois a été une augmentation constante des capacités russes près des frontières avec l’Ukraine.”

BBC NEWS

angelo Mobateli

Read Previous

Les bailleurs de fonds promettent 1,5 milliard USD pour l’aide humanitaire en Ukraine et dans les pays voisins

Read Next

RDC: à Beni, 72 otages libérés des mains des rebelles des ADF depuis le début de 2022 (Armée)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *