Uncategorized

Bruxelles : la Commission envisage un « crowdfunding » pour financer la relance européenne


Le vice-président de la Commission à l’économie.

La Commission a entamé des discussions avec plusieurs plateformes de crowdfunding sur une potentielle campagne de financement participatif à l’échelle de l’UE pour aider les acteurs économiques les plus touchés par la pandémie, selon un document interne consulté par Euractiv.

La note de la Commission, datée du 7 avril, invite les plateformes de crowdfunding à mener « une action conjointe » pour soutenir les citoyens, les petites entreprises et les travailleurs indépendants les plus affectés par les mesures de confinement.

L’exécutif européen propose de diriger et de coordonner la campagne à travers l’Union, y compris dans les États membres qui ne disposent pas de plateformes de financement participatif.

« Cela enverrait un signal fort de solidarité — non seulement aux niveaux national et local, mais aussi [à l’échelle] européenne — aux populations touchées dans tous les États membres », indique la note.

Le document explique que l’idée fait « l’objet de discussions informelles avec le secteur », et que la Commission a notamment déjà eu un premier contact « très positif » avec l’European Crowdfunding Network. Ce réseau de plateformes européennes de financement participatif assurera le suivi avec ses membres.

La campagne de crowdfunding permettrait de recueillir des fonds auprès des citoyens, des entreprises, des organisations et des philanthropes afin de contribuer, aux côtés du secteur public, à la lutte contre la crise.

Ce n’est pas la première initiative novatrice d’appel aux dons que prend la Commission depuis le début de la pandémie.

Le 4 mai 2020, l’exécutif européen lancera une conférence internationale d’appel aux dons, en coopération avec d’autres acteurs mondiaux, pour financer le développement d’un vaccin contre le COVID-19.

Bruxelles cherche le remède miracle pour préserver les entreprises des effets de la pandémie

La crise « sans précédent » du coronavirus nécessite de nouveaux outils. La Commission européenne envisage la création d’un nouvel instrument pour soutenir les entreprises solvables, en particulier dans les États membres vulnérables.

Cette initiative vise à recueillir environ 7,5 milliards d’euros auprès des pays, des organisations et des entreprises.

La nouvelle proposition de crowdfunding fait partie d’une liste d’actions urgentes à mener pour mobiliser les différents acteurs durant la crise sanitaire, en particulier le secteur financier.

Le document propose entre autres un « Code de conduite responsable de l’UE » dans le domaine financier, afin de soutenir la population et les entreprises européennes. Cela pourrait inclure des contributions individuelles de la part des banques et d’autres acteurs financiers.

Des fonctionnaires de la Commission indiquent que ce document résulte d’un « brainstorming interne », mais ajoutent que certaines des idées qui y sont proposées pourraient être incluses dans un nouvel ensemble de mesures destinées aux banques.

La série de dispositions présentée mardi 28 avril libérera davantage de capitaux pour les prêts aux entreprises et aux ménages en assouplissant la réglementation bancaire. Cette démarche pourrait permettre de débloquer environ 30 milliards d’euros de prêts supplémentaires, qui à leur tour pourraient mobiliser 450 milliards d’euros de capitaux, selon des fonctionnaires européens.

« Nous exploitons toute la souplesse des règles bancaires de l’UE et proposons des modifications législatives ciblées pour permettre aux banques de continuer à fournir des liquidités, afin que les ménages et les entreprises puissent obtenir les financements dont ils ont besoin », a déclaré le vice-président de la Commission à l’économie, Valdis Dombrovskis, le 28 avril.

Dans une communication annexée aux dispositions, l’exécutif européen assure qu’il « dialoguera davantage avec le secteur financier européen sur son rôle dans la lutte contre le coronavirus et ses répercussions socioéconomiques, et sur la participation à une relance économique durable ».

Valdis Dombrovskis a mis en lumière certaines des meilleures pratiques mises en œuvre par le secteur financier jusqu’à présent, comme le report des remboursements de prêts, qui avait déjà été mentionné dans la note du 7 avril 2020.

Il a ajouté être ouvert aux autres solutions, étant donné que tous les États membres n’adoptent pas l’ensemble de ces pratiques de mise à disposition de capitaux.

« Nous devons trouver des solutions à des problèmes concrets. Et nous devons le faire rapidement », a-t-il souligné.

Paolo Gentiloni met en garde contre un report du Green Deal

Le commissaire européen à l’économie, l’Italien Paolo Gentiloni, a prévenu lundi qu’un report du projet de « Green Deal », le pacte vert européen visant la neutralité carbone d’ici 2050, constituerait « une erreur tragique », évoquant de fortes oppositions « politiques et culturelles ».

Par Jorge Valero (EurActiv)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer