Nation

Aimé Boji: le secret de ses « pleins » partout dans le Sud-Kivu

Le Ministre d’Etat, Ministre du Budget, Aimé BOJI SANGARA séjourne, depuis samedi 14 janvier 2023 dans la province du Sud-Kivu. Plusieurs centaines de milliers de sud-kivuciens se mobilisent, partout où il passe, pour lui réserver un accueil digne d’un grand notable de la région, depuis l’aéroport national de Bukavu (Kavumu), jusque dans le fin fond de la province en passant par ville de Bukavu où il a électrisé la place du 24, noire de monde, à l’occasion d’un grand meeting.

Mais pourquoi le fils de l’ancien célèbre Gouverneur Boji draine-t-il autant de monde autour de lui? À cette question, les analystes se perdent en conjectures. Tel père, tel fils, avancent ceux qui attribuent le succès du Ministre d’état en charge du Budget à la notoriété de son père, ancien gouverneur de la province du Sud-Kivu.

Pour d’autres, l’ancien Secrétaire général de l’UNC tient sa popularité indescriptible de son parcours politique élogieux aux côtés d’un autre grand leader de la province, Vital Kamerhe, avec qui ils ont claqué la porte du PPRD en 2010 pour créer l’Union pour la nation congolaise, laquelle s’est alors imposée comme une des principales forces de l’opposition.

Une autre opinion croit avoir la meilleure réponse à cette interrogation qui couve sur toutes les lèvres au regard de la percée spectaculaire de l’enfant terrible de Walungu dans les cœurs des Sud-Kivutiens. Cette catégorie d’analystes est formelle: « la popularité d’Aimé BOJI est due à ses performances inégalées au Gouvernement Sama Lukonde. Dans l’équipe dite des Warriors, ABS comme l’appellent les intimes, caracole à la tête de tous les sondages. Ce qui forge l’admiration de toute la nation envers ce ministre bosseur, essentiellement celle de ses frères et soeurs du Sud-Kivu dont il fait la fierté.

Mais les différentes couches de la population s’accordent sur le fait que les actions sociales et de développement de Aimé Boji dans sa province natale constituent le principal moteur qui fait tourner à plein régime les cœurs de ses compatriotes en sa faveur.

En effet, dans la ville de Bukavu où il a offert l’éclairage public tout comme à Walungu où il déborde d’initiatives notamment avec la construction d’un barrage hydroélectrique, en passant par pratiquement tous les territoires du Sud-Kivu où il s’emploie à apporter sa contribution à l’amélioration des conditions de vie de la population, l’ancien ministre du Commerce extérieur devient de plus en plus adulé pour cette nouvelle marque qu’il imprime. C’est donc à n’en point douter cette oreille attentive qu’il porte aux problèmes de ses frères de la province qui hissent ce poivre vert de Walungu au piédestal des leaders les plus aimés du Sud-Kivu.

La population appelée à s’enrôler

L’un des objectifs majeurs de son séjour au Sud-Kivu, c’est aussi la sensibilisation de la population à se faire enrôler massivement, en marge des élections à venir. Aimé Boji lance un appel à une mobilisation générale de tous, lors de ces opérations qui débutent le 16 février prochain et prendront un mois.

L’initiateur de l’Asbl Génération Aimé BOJI SANGARA (G-ABS), une structure très célèbre pour ses actions sociales très visibles et à impact palpable au sein de la population, lance un appel à la cohésion communautaire et à une cohabitation pacifique entre enfants du Sud-Kivu.

Non à l’agression de la RDC

Dans ses différents face-à-face avec la population, le patron du Budget congolais dénonce l’agression dont la République Démocratique du Congo est victime par certains pays voisins qui déguisés en M23. Il salue la bravoure et la détermination du Chef de l’Etat et commandant suprême des forces armées de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à ramener la paix dans la partie-Est du pays.

C’est dans ce sens qu’Aimé BOJI exhorte tous les enfants du Sud-Kivu en particulier et ceux du grand Kivu en général, à apporter leur soutien au Chef de l’Etat en vue d’en finir avec ce cycle de violences qui a tant duré.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer