Nation

RDC : au Sud-Kivu, les habitants de Kahololo déplorent l’absence des forces de sécurité dans leur région

Le coordonnateur humanitaire adjoint pour la RDC, Diego Zorilla, en séance de travail avec les acteurs humanitaires et les représentants de la population civile au cours d’une mission conjointe du 18 mars 2021 à Minembwe (Hauts plateaux de Fizi) et à Bijombo (Hauts plateaux d’Uvira).


Les préoccupations en matière de sécurité et de protection exprimées par les habitants de Kahololo dans les hauts plateaux de la chefferie de Bafuliiru au Sud-Kivu ont été confirmées par mercredi 12 mai 2021 par une mission d’évaluation conjointe des Nations Unies composée de la MONUSCO, du PAM, du HCR ainsi que de leurs partenaires locaux. Ces habitants ont déploré, notamment, l’absence des forces de sécurité nationale dans la zone pour protéger les civils.

Il s’agit d’une première grande mission effectuée depuis l’installation d’une base des forces onusiennes dans la région après une série d’affrontements signalée depuis le 16 mars dernier entre groupes armés locaux.

Les habitants rencontrés sur place ont rapporté qu’une dizaine de villages avaient été incendiés. Les affrontements ont poussé les populations locales à quitter et à se diriger vers des zones beaucoup plus sécurisées.

Des groupes armés sillonnent toujours dans et autour de Kahololo, Marungu, Bijojo, Rwikubo et posent toujours des problèmes de protection des civils dans la région.
Dimanche dernier, cinq civils dont une femme ont été tués, trois blessés parmi lesquels un a succombé, tandis que les deux autres ont été évacués grâce au soutien de la MONUSCO.

Les habitants de la région ont déploré l’absence des FARDC et/ou d’autres services de sécurité nationale dans la zone pour protéger les civils.
Aux leurs dires, trois enfants mineurs ont été séparés de leurs parents lors des affrontements. Près de deux mille vaches ont été pillées, un centre médical détruit et pillé, en plus pas de réseau de communication par téléphone, la zone reste enclavée.

Les habitants ont ainsi recommandé à la MONUSCO de plaider pour l’amélioration du réseau cellulaire pour stimuler les situations actualisées de protection dans la région. Elle doit également plaider pour le déploiement de troupes FARDC dans la zone pour de nouvelles opérations conjointes MONUSCO-FARDC contre tous les groupes armés.

Par RO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer