Nation

RDC-ODEP : “L’IGF ne peut pas inspecter les finances de la présidence de la République d’où l’importance de réhabiliter la Cour des Comptes”

Florimond Muteba, PCA de l'ODEP. Ph. DESKECO.COM

En RDC, l’Inspection Générale des Finances (IGF) a le vent en poupe sous le régime du président de la République, Félix Tshisekedi. Ce service dépendant tout droit de la présidence de la République a déjà fait arrêter plusieurs personnes grâce à ses rapports dévoilant des faits de corruption dans les institutions publiques.

Pendant que l’IGF brille, la Cour des Comptes, l’institution supérieure de contrôle en RDC sombre davantage. Une situation que n’apprécient pas plusieurs plateformes de la société civile. 

Selon Florimond Muteba, PCA de l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP), il faut éviter que l’IGF puisse jouer le rôle réservé à la Cour des Comptes.

“Le travail de l’IGF est un bon début pour le contrôle administratif dans notre pays qui n’existait plus. L’IGF est le moindre mal. Au lieu du vide, l’IGF fait quelque chose. Mais elle dépend de la présidence de la République, c’est-à-dire qu’elle va où on l’envoie dans le cadre du contrôle administratif. Donc, même son rapport peut ou ne pas être rendu public. C’est dans ce sens qu’elle est limitée. Or, c’est plutôt la Cour des comptes qui devrait faire ce travail vu son indépendance. Je pense que c’est l’indépendance de la Cour des comptes qui fait peur aux autorités”, estime Florimond Muteba. 

“La Cour des Comptes est l’institution supérieure de contrôle de notre pays. Elle peut même contrôler les finances de la présidence de la République, sans problème tandis que l’IGF ne peut jamais inspecter les finances de cabinet du président. C’est-à-dire que l’IGF n’arrivera jamais à jouer le rôle de la Cour des comptes. Son travail est limité. Elle va où on l’envoie. Il faut vite faire que les magistrats de la Cour des Comptes prêtent serment et qu’on donne à cette Cour le moyen pour faire son travail”, dit-il.

Florimond Muteba insiste que le rôle jouer par l’IGF risque d’être mal apprécié à cause de la faiblesse de la Cour des Comptes.

“On ne peut pas continuer sans Cour des Comptes. Si non l’IGF deviendra comme un instrument politique utilisé contre les adversaires politiques. On peut pas continuer comme ça”, insiste-t-il.

Les magistrats de la Cour des Comptes de la RDC fonctionnent et sont payés sans avoir prêté serment comme postuler dans l’article 9 de la loi organique régissant cette institution. Et jusque-là, cette institution supérieure de contrôle de l’Etat n’agit pas efficacement. Elle ne compte aucun jugement dans sa gibecière.

Par Jordan MAYENIKINI (Deskeco)

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer