Nation

Luca Attanasio : tout savoir sur l’assassinat de l’ambassadeur d’Italie en RDC

Un voyage à travers l’une des régions les plus dangereuses d’Afrique pour visiter un projet scolaire dans un village a coûté la vie à l’ambassadeur d’Italie en République démocratique du Congo, Luca Attanasio, lundi 22 février 2021.

« Aujourd’hui, l’Italie pleure la perte de deux de ses fils et embrasse leurs familles », réagit dans une déclaration le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, qui exprime également son « grand choc et son immense chagrin » face à ces meurtres « brutaux ».

« Tous les efforts seront faits pour faire la lumière sur ce qui s’est passé », ajoute M. Di Maio.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

Ont également été tués lors de l’attaque un officier de la police militaire italienne, Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais dont le nom n’a pas été immédiatement divulgué.

Attanasio, 43 ans, est mort à l’hôpital après que le convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies dans lequel il voyageait est attaqué près de Goma, selon un communiqué du ministère italien des affaires étrangères.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a fait une déclaration exprimant ses « plus sincères condoléances », tandis que le Président Sergio Mattarella a condamné cette « lâche attaque ».

Tentative d’enlèvement ?

L’attaque serait une tentative d’enlèvement, selon les responsables du parc national des Virunga, situé près du site de l’attaque.

L’événement s’est produit vers 10h15 heure locale (08h15 GMT) près de la ville de Kanyamahoro, au nord de Goma, indiquent des responsables à Reuters.

On ne sait pas exactement qui était derrière l’attaque, mais on sait que de nombreux groupes armés opèrent dans et autour du parc.

Attanasio était en voyage depuis Goma pour visiter un « programme scolaire » dans le village de Rutshuru, dans l’est de la République démocratique du Congo, annonce le PAM à Rome dans un communiqué.

« L’attaque… a eu lieu sur une route qui avait été préalablement autorisée à circuler sans escorte de sécurité », ajoute-t-il.

L’armée de la RDC a depuis lors déployé des troupes pour aider à la recherche dans la région.

Différentes milices armées s’affrontent aussi régulièrement dans l’est du pays, où une importante force de l’ONU se bat pour maintenir la paix.

Comment l’ambassadeur a-t-il été tué

Dans une note, explique la presse présidentielle congolaise dans un communiqué, le gouverneur de la province du sud-Kivu retrace les faits ayant conduit à l’assassinat du diplomate étranger.

« L’on apprend que M. l’Ambassadeur est arrivé à Goma le vendredi 19 février 2021 à 10h30, à bord du jet de la MONUSCO immatriculé 5Y/SIM », raconte le gouverneur.

« À 9H27, ce lundi 22 février 2021, un convoi de deux véhicules du Programme Alimentaire Mondial « PAM » est parti de Goma pour la commune de Kiwanja, en Territoire de Rutshuru, à son bord, outre le garde du corps de l’Ambassadeur et les chauffeurs, son Excellence Monsieur l’Ambassadeur d’Italie en RDC et des agents du PAM », poursuit-il.

« À 10h15, ce convoi est tombé dans une embuscade à plus où moins 15 km de Goma et 3 km avant la Commune Rurale de Kibumba, plus précisément à Kanyamahoro sur la RN2 en Territoire de Nyiragongo », raconte l’officiel.

Légende vidéo,La forêt ‘menacée de destruction’

« Les assaillants, au nombre de 6 et munis de 5 armes de type AK47 ainsi que d’une machette, ont procédé par des tirs de sommation avant d’obliger les occupants des véhicules à descendre et à les suivre dans le fin fond du Parc et ce, après avoir abattu l’un des chauffeurs afin de créer la panique », précise-t-on dans le communiqué.

Alertés par les tirs des armes automatiques, les éco-gardes et les éléments des forces armées de la RDC présents dans la zone ont poursuivi les assaillants.

« À 500 m, les ravisseurs ont tiré à bout portant sur le garde du corps décédé sur place et sur l’ambassadeur, le blessant à l’abdomen. Ce dernier a succombé à ses blessures, une heure plus tard, à l’hôpital de la Monusco de Goma », apprend-on.

Attanasio représentait l’Italie en République démocratique du Congo depuis 2017. Il a rejoint le service diplomatique en 2003 et a passé du temps au Maroc et au Nigeria.

Presentational grey line

La réaction du président Tshisekedi

Le gouvernement congolais, par la voix du président de la République, Félix Tshisekedi, a vivement condamné l’assassinat du diplomate italien.

Par l’intermédiaire d’un émissaire à Rome, le chef de l’Etat, dans un communiqué publié par la presse présidentielle, « condamne avec la plus grande fermeté cette attaque terroriste qui a visé le convoi de l’ambassadeur se trouvant à bord du véhicule de PAM ».

« Le garant de la nation instruit, toutes affaires cessantes, les services compétents pour que la lumière soit faite sur ces crimes odieux dans les meilleurs délais et que leurs auteurs soient identifiés et traduits devant la justice », déclare le président Tshisekedi.

A la suite d’un comité de crise réuni lundi sous la direction du gouverneur de la région du sud-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, une équipe de la présidence se rend ce mardi à Goma pour « d’accompagner les enquêtes en cours et rendre compte, régulièrement, au chef de l’État ».

Le président Tshisekedi va également dépêcher ce mardi un émissaire pour lui apporter sa lettre personnelle au président du Conseil italien.

Presentational grey line

Questions sur une violation apparente de la sécurité

Analyse par Emery Makumeno, BBC News, Kinshasa

Un général de la RD Congo parle à un soldat de l'ONU.
Le parc national des Virunga est considéré comme l’un des endroits les plus dangereux d’Afrique.

Attanasio est le premier ambassadeur à être tué dans le pays depuis que le Français Philippe Bernard a été abattu lors des émeutes dans la capitale, Kinshasa, en 1997.

Normalement, les convois d’aide traversant l’est de la RD Congo sont fortement gardés par les troupes de l’ONU et des questions sont susceptibles d’être soulevées quant au niveau de sécurité du convoi d’Attanasio.

Le diplomate traversait l’Est, la partie la plus instable de la RDC. De nombreux groupes armés locaux, ainsi que ceux du Rwanda, du Burundi, de la République centrafricaine (RCA) et de l’Ouganda, se sont établis dans la région au cours des 25 dernières années.

L’attentat met en évidence le fait que la stabilité dans la région ne reviendra que si une solution est trouvée aux problèmes politiques de tous ces pays.

Presentational grey line

La République démocratique du Congo a été pendant de nombreuses années au centre d’une guerre civile brutale qui a touché plusieurs pays voisins.

Le conflit a tué environ cinq millions de personnes entre 1994 et 2003, et certains observateurs l’ont appelé la Grande Guerre d’Afrique.

Mais sa fin n’a guère contribué à mettre fin à la violence. Des dizaines de milices et de groupes rebelles continuent à opérer dans les régions de l’est.

La mission de maintien de la paix des Nations unies est présente en République démocratique du Congo depuis 1999. C’est l’une des plus grandes opérations de maintien de la paix au monde, avec plus de 17 000 soldats sur le terrain.

Par BBC News Afrique

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer