Culture

Motion contre Ilunkamba : la NOGEC dénonce l’institution d’une  » République de non-droit « 

La Nouvelle Génération pour l’Émergence du Congo (NOGEC) a travers une déclaration parvenue à la rédaction dénonce le modus operandi en cours au Parlement congolais pour la constitution d’une majorité parlementaire Union Sacrée ainsi que le mode opératoire de la motion déposée depuis hier contre le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

 » Nogec dénonce l’institution de la République de non droit et invite le Premier Ministre à ne pas légitimer la motion de censure initiée contre lui et son Gouvernement « , tance ce mouvement chapeauté par Constant Mutamba.

La NOGEC dénonce la grave complicité de la Cour Constitutionnelle, qui a cessé d’être sentinelle de la constitution pour devenir une caisse de résonnance au service de l’union sacrée.

A travers son récent scandaleux arrêt, la Cour constitutionnelle a résolu qu’un député peut désormais appartenir à la majorité
parlementaire, alors que le parti ou regroupement grâce auquel il a été
élu, appartient à l’opposition.

« Le Bureau d’âge qui a une compétence limitée, et qui fait l’objet d’une
procédure de destitution, se déclare illégalement compétent pour examiner la motion de censure contre le Premier Ministre. », écrit la NOGEC.

Face à cette situation de non droit, la NOGEC invite le Premier Ministre à ne pas légitimer cette initiative et à laisser l’Union Sacrée aller jusqu’au bout de sa logique de coup d’Etat institutionnel.

Par ailleurs, la NOGEC alerte la communauté tant nationale qu’internationale sur le danger que représente une telle démarche, qui plonge le pays dans une incertitude préoccupante.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer