Nation

RDC-Union sacrée de la Nation: Gare à « l’entrisme »!

C’est le trop plein! Des caciques du Front commun pour le Congo (Fcc) font acte d’adhésion à la doctrine dite « Union sacrée de la Nation » lancée par le président Felix Tshisekedi Tshilombo dont l’objectif est de rassembler les Congolais, au-delà des clivages idéologiques, au service du pays. A la surprise générale, Lambert Mende Omalanga, a officialisé, jeudi 14 janvier 2021, son « ralliement » à ce mouvement. L’ancien ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement assure qu’il agirait avec la « bénédiction » de l’autorité morale du Fcc en vue de négocier une nouvelle coalition. Des observateurs redoutent que l’Union sacrée de la nation soit minée de l’intérieur par des adeptes de « l’entrisme ».

« Introduction systématique dans un parti, une organisation syndicale, de nouveaux militants venant d’une autre organisation en vue d’en modifier la ligne politique ». Telle est la définition du mot « entrisme ».

Un mois après le lancement, par le président Felix Tshisekedi, de la doctrine dite « Union sacrée de la Nation » (USN), le projet semble être encore au point de départ. La session extraordinaire de l’Assemblée nationale peine à aborder son principal objet à l’ordre du jour. A savoir, l’élection des membres du nouveau Bureau.

A la Primature, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba attend qu’on vienne le « défénestrer ». L’attente a tellement duré que l’effet de surprise a disparu. Certains kabilistes semblent avoir retrouvé le sens de l’humour.« L’union sacrée, c’est quoi encore », ironisait, samedi 16 janvier, Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du Pprd. Il était interrogé en lingala par la journaliste « Myriam » de radio Top Congo.

En dépit de cet immobilisme apparent, l’affluence des cadres du Front commun pour le Congo (Fcc) à l’USN continue. Quelle en est la motivation? Adhésion aux valeurs du progrès? Opportunisme? Perspective d’un partage de postes?

Steeve Mbikayi à Kinshasa, le 24/03/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Fin novembre dernier, Steve Mbikayi déclarait avec un certain dédain que « le Fcc se dit non-concerné par les consultations »initiées par le Président de la République. Sans crier gare, il a rejoint l’USN. Dans un enthousiasme débordant, le ministre des Affaires humanitaires ira plus loin, le 13 janvier, en clamant sans sourciller: « Je me battrai pour que Felix Tshisekedi soit notre candidat en 2023 ». Devrait-on parler de « virage à 260 degrés »?

VA-T-ON VERS UNE COALITION FCC-CACH ELARGIE?

Après Mbikayi, les observateurs ont vu arriver un certain Ngoy Kasanji. L’ancien gouverneur qui a laissé un bilan désastreux au Kasaï Oriental prétend que c’est « sa base » qui lui aurait exhorté à se rapprocher de « Fatshi ».

La grande surprise est venue de Lambert Mende Omalanga. L’ancien ministre de la Communication et médias a officialisé, jeudi 14 janvier, l’adhésion à l’USN de son regroupement politique « CCU et alliés ». Il invoque deux motifs.Primo« Le pays est bloqué ». Secundo: « C’est l’intérêt supérieur de la nation qui doit nous tenir à cœur ». Mende de marteler qu’il n’a pas quitté le Fcc. D’après lui,  « Joseph Kabila » aurait transmis à ses affidés « cinq recommandations ». La seconde est une instruction « à aller négocier » la constitution d’une nouvelle coalition. Vous avez bien entendu. Va-t-on vers une « coalition Fcc-Cach élargie » à d’autres partis?

L’arrivée massive à l’USN d’acteurs politiques étiquetés Fcc ne cesse d’interroger. « Les kabilistes ont reçu mission de tourner Fatshi en dérision en démontrant que l’Union sacrée de la nation n’e serait rien d’autre qu’une coalition Fcc-Cach élargie au MLC de Bemba et à l’Ensemble de Katumbi », commente un confrère kinois. Lambert Mende ne dit pas le contraire.

On apprenait, samedi 16 janvier, que l’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi aurait décidé de quitter l’USN. Cette nouvelle a été annoncée non pas par le porte-parole de ce regroupement politique mais par le député Muhindo Nzangi. Aucun communiqué officiel n’est venu confirmer ces propos. Il serait bien regrettable que la mouvance kabiliste retrouve sa « majorité factice » au sein l’USN.

Des observateurs estiment qu’à défaut de croiser le fer de manière frontale, « Kabila » a trouvé la parade consistant à « contourner l’obstacle » en chargeant ses « petits soldats » à adhérer massivement à l’Union sacrée de la Nation. L’objectif est de miner cette doctrine de l’intérieur. Cette stratégie a un nom: entrisme. Une année, ça passe très vite. Le temps court contre « Fatshi »…

Par Baudouin Amba Wetshi (Congo Indépendant)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer