Nation

RDC : émoi après un sévère réquisitoire contre des militants pro-démocratie

Un tribunal militaire de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a requis dix ans de prison contre huit militants d’un mouvement citoyen, suscitant l’émoi dans le pays et les critiques de plusieurs personnalités.

« Le 15 Janvier 2021, le ministère public a requis la peine de dix ans contre nos huit camarades jugés devant la cour militaire à Beni », a écrit samedi 16 janvier 2021 sur twitter le mouvement citoyen « Lutte pour le changement » (Lucha).

Les huit militants avaient été arrêtés le 19 décembre 2020 alors qu’ils manifestaient à Beni (Nord-Kivu, est) pour exiger le départ de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) de cette région théâtre de massacres réguliers de civils.

Selon leur avocat Me Jean Pie Mumbere, ils sont accusés de rébellion et de violences sur des policiers.

« La manifestation était pacifique et non violente. Nos camarades ne tenaient que des calicots au moment de leur arrestation », a démenti Bienvenu Matumo, un responsable de Lucha, l’un des principaux mouvements citoyen de la RDC et qui se présente comme apolitique.

« Dix ans de prison juste pour avoir manifesté? », s’est étonné sur twitter le ministre de la Jeunesse, Billy Kambale.

« Nous devons à chaque fois quand nous posons des actes nous interroger sur les conséquences. Comment les jeunes feront confiance aux institutions? », a-t-il souligné.

« Les citoyens qui se lèvent contre l’injustice et les tueries doivent être protégés et honorés. Surtout pas être traités comme des malfrats alors que ceux qui tuent et pillent le pays circulent librement », a jugé pour sa part, toujours sur les réseaux sociaux, le principal opposant Martin Fayulu, arrivé deuxième à la présidentielle de décembre 2018.

Par La Libre Afrique/AFP

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer