Uncategorized

RDC-Union Sacrée : le spectre du mal congénital

Félix Tshisekedi, après l'annonce de sa victoire, à Kinshasa, le 10 janvier 2019.
Félix Tshisekedi, après l’annonce de sa victoire, à Kinshasa, le 10 janvier 2019.

En RD Congo, s’il y avait des cartes de membres de l’Union Sacrée de la Nation, le stock serait déjà épuisé. L’imprimeur de ce précieux sésame serait l’homme le plus heureux. Tant ses machines d’impression tourneraient à plein régime.

Tous les politiciens et apparentés soucieux de conserver leur poste et ceux rêvant d’un maroquin connaissent le prix à payer : souscrire à la vision du Chef de l’État et, donc, adhérer à l’Union Sacrée de la Nation. Ou vice-versa. Pour le coup, c’est blanc bonnet ou bonnet blanc.

Dans un pays où la politique est seul secteur où l’ascenseur social marche encore, point besoin de prosélytisme sur fond de campagne d’évangélisation pour gagner des âmes. Elles s’offrent elles-mêmes en masse. Chaque jour voit des centaines de milliers de convertis ou de reconvertis. Et c’est déjà le trop plein.

“BLANCHISSERIE” “ASSURANCE-VIE”

Comme son homo (Union Sacrée de l’Opposition) des années 90 adopté par le Père, l’Union Sacrée de la Nation procréée par le Fils souffre du même mal congénital. À savoir le côté “blanchisserie” pour le lointain aîné et le côté “assurance-vie” pour le cadet.

Dans un cas comme dans l’autre, l’opportunisme bien plus que la conviction est le moteur de l’adhésion.

À sa création, le Front commun pour le Congo (FCC) a connu le même engouement.

La suite, tout le monde la vit en direct. Des kabilistes “purs et durs” entonnent “Fatshi béton ” avec la même aisance que les vaillants parlementaires-debout.

Alors, l’Union Sacrée porte-t-elle les germes de son autodestruction ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets ?

Sans être prophète de malheur, la tentation à souscrire, pour le coup, au déterminisme façon Marx ou au principe de causalité cher à Descartes est grande.

La petite musique que l’on commence à entendre de la part des “sociétaires” de l’USN est révélatrice des difficultés qu’il y a à fédérer des hommes et des femmes qui n’ont en commun que le positionnement ou le repositionnement en vue de la redistribution des cartes qui pointe à l’horizon. Mieux qui se rapproche.

Du moins, si l’effritement annoncé de la majorité kabiliste et symétriquement la naissance par “immaculée conception” de la nouvelle majorité se confirme à la Chambre à l’occasion de la session extraordinaire en cours.

Par José NAWEJ (FDA)

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer