Uncategorized

RDC : les grandes dates depuis l’indépendance le 30 juin 1960


Le Premier ministre Moise Tshombe de la province séparatiste congolaise du Katanga avec une foule enthousiaste lors d’une courte escale qu’il a faite dans la banlieue du Kenya près d’Elisabethville, Katanga, le 26 août 1960.

Le Premier ministre Moise Tshombe de la province séparatiste congolaise du Katanga avec une foule enthousiaste lors d’une courte escale qu’il a faite dans la banlieue du Kenya près d’Elisabethville, Katanga, le 26 août 1960.

 Voici les dates-clés depuis l’indépendance de l’actuelle République démocratique du Congo, qui élit le 30 décembre le successeur du président Joseph Kabila, lors de ce qui pourrait être la première transition démocratique du pays.

Sécession du Katanga

Le 30 juin 1960, le Congo belge accède à l’indépendance. Le pouvoir est partagé entre Joseph Kasa-Vubu, président, et Patrice Lumumba, Premier ministre.

Rapidement, le pays sombre dans le chaos. Le 5 juillet, une mutinerie éclate au sein des troupes congolaises de la Force publique à encadrement belge.

Joseph Kasavubu, à gauche, chef du parti Abako, et Patrice Lumumba, chef du Mouvement national du Congo (MNC), serrent la main dans le hall du Parlement du Congo à Léopoldville, le 20 juin 1960.

Joseph Kasavubu, à gauche, chef du parti Abako, et Patrice Lumumba, chef du Mouvement national du Congo (MNC), serrent la main dans le hall du Parlement du Congo à Léopoldville, le 20 juin 1960.

Le 11, la riche province minière du Katanga (sud-est) fait sécession, entraînée par Moïse Tschombé, avec l’appui de puissances coloniales et des Etats-Unis.

La période troublée qui suit est marquée par l’envoi de Casques bleus et l’assassinat de Lumumba en 1961. Le Katanga retourne sous l’autorité du gouvernement en 1963.

En 1964-1965, une vaste rébellion d’inspiration communiste embrase le pays.Lire aussi : La RDC, un géant sous tensions

Le « roi Léopard »

Le 24 novembre 1965, Joseph-Désiré Mobutu, commandant de l’armée, renverse le président Kasa-Vubu. En 1971, il rebaptise le pays République du Zaïre et prend le nom de Mobutu Sese Seko. Il s’appuie sur son parti-Etat du Mouvement populaire de la Révolution (MPR).

En 1973, Mobutu instaure la « zaïrianisation », une politique de préférence nationale consistant à chasser les opérateurs économiques étrangers et nommer à leur place des Zaïrois.

Le 26 mars 1973, le président zambien, Joseph Mobutu, s'entretient avec la presse en attente de son départ du Palais des Elysées à Paris.

Le 26 mars 1973, le président zambien, Joseph Mobutu, s’entretient avec la presse en attente de son départ du Palais des Elysées à Paris.

En 1976, le virus Ebola, qui peut provoquer une fièvre hémorragique, est identifié pour la première fois au Zaïre. Depuis, le pays a connu dix épidémies d’Ebola, dont la dernière, en cours, a déjà fait près de 300 morts.

En 1977-1978, Mobutu parvient à contenir, avec une aide étrangère, des tentatives de sécession du Katanga, rebaptisé Shaba. A Kolwezi des parachutistes français et belges évacuent les ressortissants étrangers.

La longue dictature du « roi Léopard » maintient l’intégrité territoriale de l’ex-Zaïre mais mate toute opposition et ruine l’économie.

Laurent-Désiré Kabila, d’une rébellion à l’autre

Laurent-Désiré Kabila, alors chef rebelle, s’auto-proclame président de la République et rebaptise le Zaïre en République démocratique du Congo dans la ville de Lubumbashi, 17 mai 1997.

Laurent-Désiré Kabila, alors chef rebelle, s’auto-proclame président de la République et rebaptise le Zaïre en République démocratique du Congo dans la ville de Lubumbashi, 17 mai 1997.

En juillet 1994, la victoire au Rwanda voisin des rebelles du FPR, à majorité tutsi, met fin au génocide. Plus d’un million de Rwandais hutu se réfugient au Zaïre.

Le 17 mai 1997, Laurent-Désiré Kabila se proclame chef de l’Etat, après huit mois d’une rébellion partie de l’Est, soutenue notamment par le Rwanda, qui chasse le maréchal Mobutu. Il rebaptise le pays République démocratique du Congo.

En août 1998, une nouvelle rébellion éclate au Kivu (Est) avant de dégénérer en conflit régional, opposant forces gouvernementales, soutenues par l’Angola, la Namibie et le Zimbabwe, à des rébellions appuyées par le Rwanda et l’Ouganda.

La guerre se prolongera jusqu’en 2003.

Joseph Kabila: crise politique et rébellions

Le 26 janvier 2001, Joseph Kabila succède à son père assassiné. Il est élu président en 2006 lors des premières élections libres depuis l’indépendance, puis réélu en 2011 lors d’élections marquées par des violences et des fraudes.

En mai 2012 débute dans le Kivu la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), surtout composé d’ex-rebelles congolais tutsi. Cette rébellion est vaincue fin 2013.Lire aussi : Cinq ex-rebelles présumés du M23 en provenance d’Ouganda arrêtés par l’armée en RDC

En 2015, la perspective d’un maintien au pouvoir de Kabila au-delà de son dernier mandat, qui s’achève en décembre 2016, déclenche de violentes manifestations avec des dizaines de morts.

En septembre 2016, le Kasaï (centre) bascule dans la violence après la mort d’un chef coutumier tué par les forces de sécurité.

Les anciens enfants soldats du Kasaï congolais s’apprêtent à rentrer chez eux (vidéo)

Fin 2016, un accord politique permet à Kabila de rester jusqu’à des élections prévues fin 2017, mais le scrutin sera repoussé fin 2018. Plusieurs manifestations réclamant son départ sont sévèrement réprimées.

Le 8 août 2018, Joseph Kabila désigne comme dauphin pour la présidentielle l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, qui affrontera une opposition divisée.

Le 5 octobre 2018, le gynécologue congolais Denis Mukwege, qui « répare » les femmes violées victimes de conflits dans le Kivu, se voit décerner le prix Nobel de la Paix.


Les grandes dates de la RDC depuis l’indépendance

Le Premier ministre Moise Tshombe de la province séparatiste congolaise du Katanga avec une foule enthousiaste lors d’une courte escale qu’il a faite dans la banlieue du Kenya près d’Elisabethville, Katanga, le 26 août 1960.

Le Premier ministre Moise Tshombe de la province séparatiste congolaise du Katanga avec une foule enthousiaste lors d’une courte escale qu’il a faite dans la banlieue du Kenya près d’Elisabethville, Katanga, le 26 août 1960.

 Voir les commentairesVoici les dates-clés depuis l’indépendance de l’actuelle République démocratique du Congo, qui élit le 30 décembre le successeur du président Joseph Kabila, lors de ce qui pourrait être la première transition démocratique du pays.

Sécession du Katanga

Le 30 juin 1960, le Congo belge accède à l’indépendance. Le pouvoir est partagé entre Joseph Kasa-Vubu, président, et Patrice Lumumba, Premier ministre.

Rapidement, le pays sombre dans le chaos. Le 5 juillet, une mutinerie éclate au sein des troupes congolaises de la Force publique à encadrement belge.

Joseph Kasavubu, à gauche, chef du parti Abako, et Patrice Lumumba, chef du Mouvement national du Congo (MNC), serrent la main dans le hall du Parlement du Congo à Léopoldville, le 20 juin 1960.

Joseph Kasavubu, à gauche, chef du parti Abako, et Patrice Lumumba, chef du Mouvement national du Congo (MNC), serrent la main dans le hall du Parlement du Congo à Léopoldville, le 20 juin 1960.

Le 11, la riche province minière du Katanga (sud-est) fait sécession, entraînée par Moïse Tschombé, avec l’appui de puissances coloniales et des Etats-Unis.

La période troublée qui suit est marquée par l’envoi de Casques bleus et l’assassinat de Lumumba en 1961. Le Katanga retourne sous l’autorité du gouvernement en 1963.

En 1964-1965, une vaste rébellion d’inspiration communiste embrase le pays.Lire aussi : La RDC, un géant sous tensions

Le « roi Léopard »

Le 24 novembre 1965, Joseph-Désiré Mobutu, commandant de l’armée, renverse le président Kasa-Vubu. En 1971, il rebaptise le pays République du Zaïre et prend le nom de Mobutu Sese Seko. Il s’appuie sur son parti-Etat du Mouvement populaire de la Révolution (MPR).

En 1973, Mobutu instaure la « zaïrianisation », une politique de préférence nationale consistant à chasser les opérateurs économiques étrangers et nommer à leur place des Zaïrois.

Le 26 mars 1973, le président zambien, Joseph Mobutu, s'entretient avec la presse en attente de son départ du Palais des Elysées à Paris.

Le 26 mars 1973, le président zambien, Joseph Mobutu, s’entretient avec la presse en attente de son départ du Palais des Elysées à Paris.

En 1976, le virus Ebola, qui peut provoquer une fièvre hémorragique, est identifié pour la première fois au Zaïre. Depuis, le pays a connu dix épidémies d’Ebola, dont la dernière, en cours, a déjà fait près de 300 morts.

En 1977-1978, Mobutu parvient à contenir, avec une aide étrangère, des tentatives de sécession du Katanga, rebaptisé Shaba. A Kolwezi des parachutistes français et belges évacuent les ressortissants étrangers.

La longue dictature du « roi Léopard » maintient l’intégrité territoriale de l’ex-Zaïre mais mate toute opposition et ruine l’économie.

Laurent-Désiré Kabila, d’une rébellion à l’autre

Laurent-Désiré Kabila, alors chef rebelle, s’auto-proclame président de la République et rebaptise le Zaïre en République démocratique du Congo dans la ville de Lubumbashi, 17 mai 1997.

Laurent-Désiré Kabila, alors chef rebelle, s’auto-proclame président de la République et rebaptise le Zaïre en République démocratique du Congo dans la ville de Lubumbashi, 17 mai 1997.

En juillet 1994, la victoire au Rwanda voisin des rebelles du FPR, à majorité tutsi, met fin au génocide. Plus d’un million de Rwandais hutu se réfugient au Zaïre.

Le 17 mai 1997, Laurent-Désiré Kabila se proclame chef de l’Etat, après huit mois d’une rébellion partie de l’Est, soutenue notamment par le Rwanda, qui chasse le maréchal Mobutu. Il rebaptise le pays République démocratique du Congo.

En août 1998, une nouvelle rébellion éclate au Kivu (Est) avant de dégénérer en conflit régional, opposant forces gouvernementales, soutenues par l’Angola, la Namibie et le Zimbabwe, à des rébellions appuyées par le Rwanda et l’Ouganda.

La guerre se prolongera jusqu’en 2003.

Joseph Kabila: crise politique et rébellions

Le 26 janvier 2001, Joseph Kabila succède à son père assassiné. Il est élu président en 2006 lors des premières élections libres depuis l’indépendance, puis réélu en 2011 lors d’élections marquées par des violences et des fraudes.

En mai 2012 débute dans le Kivu la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), surtout composé d’ex-rebelles congolais tutsi. Cette rébellion est vaincue fin 2013.Lire aussi : Cinq ex-rebelles présumés du M23 en provenance d’Ouganda arrêtés par l’armée en RDC

En 2015, la perspective d’un maintien au pouvoir de Kabila au-delà de son dernier mandat, qui s’achève en décembre 2016, déclenche de violentes manifestations avec des dizaines de morts.

En septembre 2016, le Kasaï (centre) bascule dans la violence après la mort d’un chef coutumier tué par les forces de sécurité.

Les anciens enfants soldats du Kasaï congolais s’apprêtent à rentrer chez eux (vidéo)

Fin 2016, un accord politique permet à Kabila de rester jusqu’à des élections prévues fin 2017, mais le scrutin sera repoussé fin 2018. Plusieurs manifestations réclamant son départ sont sévèrement réprimées.

Le 8 août 2018, Joseph Kabila désigne comme dauphin pour la présidentielle l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, qui affrontera une opposition divisée.

Le 5 octobre 2018, le gynécologue congolais Denis Mukwege, qui « répare » les femmes violées victimes de conflits dans le Kivu, se voit décerner le prix Nobel de la Paix.

Par VOA Afrique

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer