Uncategorized

Kasaï Central : conférence du consortium CPJ-CCJF-AC sur la vulgarisation des textes légaux de protection des droits de la femme et des filles

Dans le cadre de 16 jours d’activisme d’élimination des violences faites sur les femmes et les filles, le Conseil provincial de la jeunesse (CPJ), en collaboration avec le Cadre de concertation de la jeune fille (CCJF) et l’Ong Ailes du cœur (AC), a organisé une conférence-débat_ samedi 05 décembre 2020 dans la salle CEIKA à Kananga, sur la vulgarisation des textes légaux de protection des droits de la femme et de la jeune fille avec l’appui financier de l’organisation FMMDK.

Dans son speech, la présidente du CCJF, Felicia Mutshimakola, a déclaré que l’autonomisation des femmes repose sur la reconnaissance de ses droits.

“La femme du Kasaï Central continue à faire face à plusieurs contraintes, malgré les efforts et les progrès enregistrés à tous les niveaux. Parmi les difficultés, figurent l’autonomie qui est restreinte et la non assurance de développement personnel de la femme”, a-t-elle cité.

Félicia Mutshimakola a saisi l’opportunité pour parler de ses sensibilisations sur le terrain qu’elle compte aborder autrement sous le titre général qu’est “Légiférer pour l’autonomisation des jeunes et le développement durable”.

Au coeur de son allocution, Félicia Mutshimakola et ses pairs remettent la balle dans trois camps pour l’élimination efficace de ces inégalités.

Aux députés provinciaux, elles pensent qu’ils ont une grande part de responsabilité dans cette lutte. Ils doivent rédiger des édits sur la protection des droits de la femme et de la jeune fille, veiller à leur application et aussi et surtout garantir l’égalité et des lois communes dans la société .

Le gouvernement provincial doit favoriser un environnement sain pour la protection des droits de la femme, disposer des moyens conséquents dans la lutte contre toutes les formes des violences.

Elles veulent que les institutions provinciales intègrent les questions de la parité des sexes, de la discrimination et de la promotion des lois qui les protègent dans leurs politiques de gouvernance, afin de faire, du Kasaï Central, une province sensible du genre.

“Partenariat” est le maître-mot qui résume l’activité du jour.

Félicia Mutshimakola a appelé les filles et les garçons, les structures sectorielles, les organisations de la société civile et toutes les couches de la place au partenariat pour progresser .

Au cours de cette manifestation, deux thématiques ont été exploitées par le commissaire Badibanga Bilenga et Nathalie Kambala de l’ONG Fmmdk sur la protection et la promotion des droits de la femme.

JC BAKS Shamois

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer