Uncategorized

Assemblée nationale : le bureau Mabunda sous l’épée de Damoclès

 « Nous avons décidé en âme et conscience et avec intelligence initier des pétitions contre les membres du bureau parce que nous avons trouvé en eux des griefs qui sont repris dans l’article 25 du règlement intérieur », a indiqué le député MLC/ADN Daniel Mbau.

Les signataires de la pétition visant à faire partir le bureau Mabunda n’ont pas pu déposer leur pétition samedi 5 décembre 2020.

En effet, les pétitionnaires présents, environ une cinquantaine, au Palais du peuple se sont rendus compte que le bureau de réception des courriers était fermé, sur ordre, ont-ils soutenu, de Jeanine Mabunda. Cette dernière, affirment-ils par ailleurs, sèche les plénières par crainte de la bourrasque qui secoue la chambre basse.

A en croire Crispin Mbindule, député UNC, les députés signataires de la pétition sont majoritaires et ils vont saisir bientôt la justice. Parmi ces députés frondeurs, il y a ceux de CACH, Ensemble, FCC et AFDC-A.

« Nous avons décidé en âme et conscience et avec intelligence initier des pétitions contre les membres du bureau parce que nous avons trouvé en eux des griefs qui sont repris dans l’article 25 du règlement intérieur, c’est à dire des fautes graves et en même temps des cas d’incompétence. Fort de ces éléments, nous avons décidé de les évincer. Cette initiative entre dans le fonctionnement normal de la démocratie parlementaire », a expliqué Daniel Mbau, député MLC/ADN.

Selon ce juriste, « les membres du bureau Mabunda n’ont même plus qualité pour convoquer une quelconque plénière censée examiner ces pétitions ».

Un huissier de la justice s’est rendu sur place pour constater la fermeture des bureaux et en tirer les conséquences.

Par Théodore Ngangu Ilenda (DC)

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer