Société

Crise au Cadre de concertation de la société civile : le Rapporteur du comité sortant favorable à la médiation du CASC

Par Napoléon TSHILOBO

Dieudonné Mushagalusa, Coordonnateur du Panel des experts de la société civile et Rapporteur général du comité sortant du Cadre de concertation national de la société civile se dit favorable à la médiation proposée par le Collectif d’actions de la société civile (CASC), pour sortir de la crise actuelle entre les comités Patient Bashombe et Danny Singoma.

Dans une interview accordée à Congo Réformes, Dieudonné Mushagalusa estime salutaires les bons offices de cette coalition soeur de la société civile, pour que d’un côté, il y ait une sortie honorable du comité fin mandat dont il fait partie et que de l’autre côté, il y ait une entrée paisible du nouveau leadership, lequel doit préserver les acquis de ses prédécesseurs.

Le Rapporteur général sortant reconnaît tout de même le besoin de respecter le consensus dégagé lors des assises du 2e forum National tenu à Kinshasa en novembre 2019.

“Il y a eu plus de 300 personnes qui se sont réunies, et ont pris toutes les résolutions devant plusieurs autorités dont la Vice-premier ministre, Ministre du Plan, le Ministre délégué près le Président de la République, les partenaires tels que l’Union européenne, la Suède, mais également devant les organisations de la société civile, plateformes et coordinations provinciales. Il y a eu plusieurs résolutions. Parmi toutes les résolutions prises il y a une résolution sur la rotation des membres de l’équipe de coordination nationale. Et ce principe est immuable”, renchérit-il.

Et de poursuivre : “Nous sommes entrés en fonction en novembre 2019. On savait qu’après une année avec ou sans textes, avec financement ou pas, on devrait laisser la place à la nouvelle équipe. Il ne s’agit pas d’une question d’individus, de la tête du Coordinateur ou de ses membres. Il s’agit d’une question de principes que nous devons respecter pour demeurer sérieux vis-à-vis de nous-mêmes et de l’opinion tant nationale qu’internationale. Il s’agit de l’honneur, il s’agit de la vérité, il s’agit de la sincérité. Il s’agit de l’image de chacun de nous mais aussi du modèle et de la leçon que la société civile veut donner à la classe politique et sociale qui nous observe”.

Dieudonné Mushagalusa estime qu’on ne devrait pas faire de la question de la coordination du cadre de concertation une question de vie ou de mort : “le cadre de consultation existe depuis longtemps. La première équipe depuis le premier symposium est partie. La deuxième est partie. La troisième équipe que nous formons doit aussi apprendre à laisser la place aux autres qui vont partir à leur tour”.

Le Rapporteur du comité sortant du Cadre de concertation est donc convaincu que, son comité fin mandat, doit laisser la place au nouveau mais dans la paix. D’où l’importance de la médiation du CASC pour sortir de cette situation embarrassante, de nature à ternir l’image de la société civile toute entière.
Congoreformes.com

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer