Uncategorized

Victime d’un accident de circulation : qui en veut à Jeanine Mabunda ?

Victime d’un accident de circulation  Qui en veut à Jeanine Mabunda ?

Qui en veut à Jeanine Mabunda ? Cette question vaut son pesant d’or. En tout cas, à en croire le PPRD, tout est mis en musique pour déstabiliser la speaker de la Chambre basse du parlement. Il y a eu plus de peur que de mal pour la Présidente de l’Assemblée nationale, victime vendredi 20 novembre 2020, d’un accident de circulation sur le boulevard Tshatshi.

La voiture dans laquelle elle se trouvait a été percutée par une autre, selon les témoins. Elle a été conduite à l’hôpital. Selon ses proches, elle va bien. Mais, du côté de sa famille politique, tout laisse croire que cet accident n’est nullement un fait du hasard. 


Oui. Le PPRD condamne toute tentative et manœuvre qui chercheraient à déstabiliser Jeanine Mabunda, Présidente de l’Assemblée Nationale.

Le PPRD salue tout de même le moral d’acier dont fait montre Jeanine Mabunda malgré les attaques et campagnes de déstabilisation et démoralisation journalières auxquelles elle fait face. Et de renchérir :

“Elle est une dame de fer, une Mbuza imperturbable mais avec les valeurs éprouvées pour servir la République”.

.
Lors de la plénière du jeudi 19 novembre 2020, les Députés nationaux avaient lancé de message clair envers ceux qui les qualifient comme « les détracteurs de Jeanine Mabunda ».

Actuellement, la speaker de l’Assemblée nationale attend à ce que le Conseil d’Etat puisse lire réellement le droit dans l’affaire qu’il examine opposant Fabrice Puela et l’Assemblée nationale.

Après avoir écouté religieusement les avocats de l’Assemblée nationale et ceux de Député national Fabrice Puela, le juge du Conseil d’Etat avait promis de rendre le verdict final le lundi prochain.

Cependant, au regard de la démonstration faite par les avocats de l’Assemblée nationale, tout laisse croire que le bureau Mabunda est bien parti pour remporter haut la main cette bataille judiciaire.

Les avocats avaient démontré que le Conseil d’Etat n’était pas qualifié pour statuer sur les actes de l’Assemblée nationale en vertu du principe sacrosaint de la séparation des pouvoirs.

Par Merdi Bosengele (La Prospérité)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer