Uncategorized

Kasaï Oriental : Théodore Muamba qualifie la fermeture de l’usine de Brasserie de “combat contre l’économie du Grand Kasaï”

Kasaï Oriental : Théodore Muamba qualifie la fermeture de l’usine de Brasserie de “combat contre l’économie du Grand Kasaï”

Professeur en sociologie de la place, Théodore Muamba est sorti de son silence plus de deux semaines après la fermeture de l’usine de la Brasimba de Mbuji-Mayi.

Lors d’un entretien exclusif avec congoreforme.com, ce chercheur rappelle que la région du Kasaï avait bénéficié des grandes entreprises industrielles à l’époque, dont l’Unibra.

Cette société avait 300 travailleurs vers les années 2004-2006 avant la chasse à l’homme consécutive au congé technique (2006-2008) de 100 travailleurs, avant la débâcle de 20 ouvriers en 2009.

QU’EST-CE QUI FAIT MAL ?

Cet enseignant d’université s’interroge sur le manque à gagner après la délocalisation de cette usine de Kananga à Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental).

“Nous sommes restés avec un dépôt, en 2014, de
300 agents jusqu’à zéro. Il y a eu un manque à gagner, c’est-à-dire tous les agents étaient rendus chômeurs. Cette entreprise avec ses transactions, les opérateurs économiques qui revendaient ses produits payaient les taxes et impôts, et il y avait un gain pour la province”, déplore-t-il.

Sachant que la bière soutient l’économie d’une province, Théodore Muamba estime que la logique retenue afin que Kananga dépende de la ville de Kinshasa et Mbuji-Mayi de la ville de Lubumbashi est une façon de détruire la province car l’économie est en péril.

Il mobilise la population de cette partie de la République démocratique du Congo à la prise de conscience axée sur ses responsabilités afin de pousser les responsables de cette entreprise à réinstaller l’usine à Kananga.

“C’est un coup monté contre la province. La population doit se soulever contre cette cabale. On a agenouillé la Miba, aujourd’hui c’est la Brasimba. C’est-à-dire,!ce peuple va beaucoup souffrir si l’État congolais ne s’assume pas”, prévient-il.

La bouteille de bière, qui se vendait à 3500 FC à mi-septembre, se négocie à 6000 voir 7000 FC dans différents lieux de vente des boissons de la ville de Kananga.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

Afficher plus

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Fermer