Nomination sans qualité des animateurs de l’AFDC-A: Patrick Djanga ou la balourdise d’un personnage hurluberlu

0
411

Par Napoléon TSHILOBO

L’ancien Secrétaire Général de l’Alliance des Forces démocratiques du Congo (AFDC), Patrick Djanga, honni, banni et chassé de cette famille politique chère au Professeur Modeste Bahati Lukwebo pour sa transhumance politique a procédé, pince-sans-rire, à la nomination des membres de la coordination provinciale du regroupement politique AFDC-A / Haut Katanga.

Dans sa balourdise ostentatoire, l’ex Secrétaire Général de l’AFDC se targue d’une nouvelle qualité, celle de President national a.i. Une véritable saleté et roublardise à crever, propre à tromper les nourrissons quand on sait que Patrick Djanga a été exclu, voir radié de l’AFDC dont il occupait le poste de Secrétaire Général, lequel poste lui donnait qualité de parler au nom du regroupement créé et animé par le Professeur Bahati Lukwebo.

Comme disait Abraham Lincoln « aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge », la décision de l’ex SG du parti de la houe est riche en incongruités. L’homme fait référence aux statuts de l’AFDC-A. Pourtant, selon nos enquêtes au siège du regroupement, sur l’avenue ex Huilerie, le regroupement n’a pas de statuts mais plutôt une charte.
C’est dans cette charte qu’il est d’ailleurs précisé, à l’article 7, que pour être président du Regroupement politique AFDC-A il faut d’abord être President national de l’AFDC, parti-phare de la plateforme. « Pourtant M. Djanga sait pertinemment bien que le Président national de l’AFDC, investi par le congrès du parti s’appelle Modeste Bahati Lukwebo », tanche un cadre de l’AFDC-A.

THÉÂTRE DE MAUVAIS GOÛT

Selon Bellarmin Byamungu, communicateur de l’AFDC-A, tout ce que fait Djanga et tout le groupe à Néné n’est que théâtre de mauvais goût.
« Après que le Ministère de l’intérieur ait donné sa position quant à ce dossier, tout ce que le groupe de Néné est entrain de faire, n’est que Théâtre de mauvais goût ».

Bellarmin Byamungu encourage M. Djanga et ses amis a prendre le courage de créer leur propre parti plutôt que de continuer à se ridiculiser dans des actions ignominieuses à la puanteur nauséabonde.

Cette décision de M. Patrick Djanga est une illustration parfaite de l’enracinement de la cupidité politique en République démocratique du Congo. La justice devrait se saisir de cette situation pour en finir définitivement avec cette comédie des politiciens à géométrie variable.

Congo Réformes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here