Kongo Central : le camp de détention de Luzumu servira de lieu de transformation morale des détenus

0
12

Le vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux, Me Célestin Tunda ya Kasende a déclaré, le  week-end du samedi 30 novembre-01 décembre 2019, que le camp de détention de Luzumu servira non seulement de lieu de détention, mais aussi de transformation morale des détenus et même d’intimidation des inciviques, lors de la réception de cette prison après sa réhabilitation.

Pour Me Tunda ya Kasende, cette belle œuvre s’inscrit dans le cadre général de la reforme de l’administration pénitentiaire de la RDC comme l’avait clairement souhaité le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, lors de son investiture le 24 janvier 2019. Relayant cette volonté commune, le Premier ministre, chef du gouvernement, avait lui aussi  lors de la présentation de son programme d’action à l’Assemblée nationale, insisté sur l’Etat de droit et de la démocratie, a-t-il rappelé.

Il a fait savoir que le camp de détention de Luzumu a cessé toutes ses activités  en 1997, soit plus de deux décennies d’inactivité. Ce lieu, a-t-il dit, été dans en état de délabrement très avancé, il a fallu des efforts conjugués du gouvernement de la République, de l’Union Européenne, du Royaume de Suède pour qu’il redevienne opérationnel ce jour.

Le vice-Premier ministre Célestin Tunda ya Kasende a inscrit la réhabilitation de ce site dans le cadre du programme d’appui à la justice et les recommandations de la politique nationale de la reforme de la Justice. Pour lui, la politique poursuivi par le gouvernement vise à développer, réhabiliter et moderniser les infrastructures et les équipements du système judicaire et pénitentiaire, soulignant que son ambition dans ce secteur vise l’atteinte progressive de standards  internationaux tels que pratiqués dans tout les Etats modernes en matière carcérale.

Me Tunda a profité de cette occasion pour remercier solennellement l’Union Européenne pour tout l’appui qu’elle apporte au ministère de la justice à travers la COFED en finançant les différents programmes de réhabilitation. « La proximité de l’UE avec le ministère de la Justice pour nous accompagner dans ce processus est pour nous très précieux, car sans justice, il n’y a pas Etat de droit, sans justice il n’y a pas de possibilité pour la consolidation de la démocratie, sans justice, il n y a pas de paix durable ni développement harmonieux, et que la République Démocratique du Congo, notre pays ne peut donc pas faire exception par rapport à cette réalité universelle », renchérit-il.

Il a reconnu que des pays africains qui ont compris cette magie découlant de la justice ont aligné leurs gouvernements dans une bonne direction et engrangé des résultats extraordinaires. C’est le cas du Ghana, du Rwanda, du Sénégal et même de l’Afrique du Sud.

« Nous ne devons donc pas chercher à inventer la roue mais la vision que nous avons de la justice pour le Congo est celle qui place la loi au dessus des citoyens et qui enlève toute possibilité  aux  délinquants et aux criminels de se couvrir derrière l’impunité », a souligné Me Tunda ya Kasende.

De son côté, le directeur du camp de détention de Luzumu, Justin Kitule Kasokwe a  fait savoir que son établissement pénitentiaire tel que réhabilité, a une capacité d’accueil de 570 détenus, mais à ce jours il ne compte que 79 détenus. Il a profité de cette occasion pour expliquer au vice-Premier ministre Tunda, les difficultés auxquelles font face le personnel de ce camp de détention, avant de plaider pour la mécanisation et le payement de prime spéciale des agents et le raccordement du camp au réseau  électrique de la SNEL ainsi que son approvisionnement en eau potable.

Sur son chemin de retour à Kinshasa, le vice-Premier ministre Tunda ya Kasende, accompagné de son vice-ministre et la délégation de l’Union européenne ont les Ecoles de garde et d’éducation de l’Etat (EGEE) de Madimba dans la province du Kongo Central et celle de Mbenseke, dans la commune de Mont-Ngafula, qui sont aussi des prisons pour mineurs, construites par l’administration coloniale.

Les travaux de réhabilitation du camp de détention de Luzumu, réalisés avec l’appui de l’Union européenne,  ont été lancés  au mois d’avril 2016, rappelle-t-on.

Par CR/ACP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here