Dieudonné Mushagalusa: le deuxième forum de la société civile est représentatif et l’expression y est libre et démocratique

0
256

Par Oscar BISIMWA

Répondant à question de la presse sur la parricipation de toutes les compasantes de la societe civile au deuxieme forum national en cours, le Président du panel des experts de la société civile, Dieudonné Mushagalusa a indiqué le deuxième forum est le plus représentatif de l’histoire.

Il reunit, dit-il, toutes les structures non politiques, agissant dans le domaine public et dans les secteurs entièrement ou partiellement d’utilité publique, les ONGs, les communautés religieuses, les syndicats et autres groupes d’intérêts, les mouvements citoyens, et autres associations diverses. « Nous avons les délégués venus de toutes les provinces, du nord au sud, de l’Est à l’ouest en passant pas le centre. Aucune province n’a été oubliée, aucune organisation réellement active n’a été refusée« .

Dieudonné Mushagalusa, une des voix fortes de la société civile a fait remarquer que le principe démocratique voulait, tout de même, que l’on ne mette la corde au cou de personne pour lui imposer à jouer un quelconque rôle à ces assises, qu’il soit participant ou intervenant. « Vous avez vu la qualité des participants tout comme celle des intervenants. Chacun apporte sa contribution pour atteindre l’objectif de repenser véritablement notre rôle en tant que société civile« .

Pour lever toute equivoque face à l’extrapaulation plurielle, le leader du panel des experts de la société civile a donné sa compréhension du terme société civile:
« Le terme société civile désigne le large éventail d’organisations non gouvernementales et à but non lucratif qui animent la vie publique, et défendent les intérêts et les valeurs de leurs membres ou autres, basés sur des considérations d’ordre éthique, culturel, scientifique, religieux ou philanthropique. C’est de ça qu’il s’agit dans ce forum comme participants, et ils s’expriment librement et démocratiquement « , a-t-il tranché.

LES PRÉOCCUPATIONS DES ABSENTS PRISES EN COMPTE

Revenant sur quelques sons discordants qui ont été entendus dans les rangs de certains acteurs absents desdites assises, Dieudonné Mushagalusa fait remarquer qu’il était matériellement difficile d’inviter toutes les Organisations de la société civile congolaise, 15 500 selon les statistiques, à cette rencontre de Kinshasa. Cependant, cette figure de proue de la société rassure ses paires que les participants prennent en compte toutes leurs aspirations. « Il ne s’agit pas de dire qu’on a exclu les uns et privilégier les autres. Il s’agit d’un échantillonnage de la société civile. Il s’agit de l’unité. Toutes les préoccupations de toutes les organisations seront prises en compte, raison pour laquelle on examine comment la société civile va se comporter. On va faire une autopsie générale, voir ce qui marche et ce qui ne marche pas. Il n’était pas possible d’avoir tout le monde ici. N’importe qui peut comprendre ça. Le plus important, c’est cet échantillonnage mais aussi de canaliser les aspirations profondes de ceux qui ne sont pas là et prendre des résolutions qu’on pourra vulgariser auprès de ceux qui ne sont pas là », explique Dieudonné Mushagalusa, un des leaders de la société civile et chargé de communication du deuxième forum national.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here