Maintenir les sanctions contre les personnalités politiques et militaires est une menace à la RDC (Panel des Experts de la société civile)

0
162

Le maintien des sanctions contre les personnalités politiques et militaires est une menace à la RDC (Panel des Experts de la société civile).

« … Le maintien des sanctions contre d’autres personnalités congolaises, architectes de l’alternance démocratique dans notre pays, n’est pas de nature à contribuer à l’enracinement de la démocratie ». C’est l’avis de la Société civile de la République démocratique du Congo.

Dans un message d’alerte qui porte la signature de son président Dieudonné Mushagalusa, le Panel des Experts de la société civile dénoncent cet acharnement de nature à contribuer à l’enracinement de la démocratie, de la culture électorale et de la stabilité des institutions.

Ci-dessous l’intégration de alerte du Panel des Experts de la société civile:

ALERTE GENERALE SUR LES RISQUES ET MENACES CONTRE LA PAIX ET LA STABILITE EN RDC

C’est avec inquiétude que le Panel des Experts de la Société Civile suit des déclarations croisées, tant au niveau  national qu’international, qui polluent l’environnement socio politique du pays, ces derniers temps.

Soucieux de contribuer à la consolidation des acquis de l’alternance pacifique obtenue au prix des sacrifices suprêmes par le Peuple Congolais, le Panel des Experts de la Société Civile profite de cette occasion pour alerter l’opinion sur les menaces croissantes que représentent ces genres de déclarations contre les efforts consentis pour la stabilisation, la cohésion nationale, la pacification du territoire national et la consolidation de la démocratie.

En premier lieu, le Panel tient à dénoncer des déclarations de certains partenaires internationaux qui tendent à fragiliser et à démoraliser nos militaires des FARDC engagés dans la neutralisation des forces du mal, en indexant par médias interposés des officiers généraux sous prétexte des sanctions, pourtant, jouissant jusqu’alors de la présomption d’innocence, principe sacro-saint de la justice.
Qui peut comprendre l’opportunité de pareils agissements en cette période où le Président de la République venait d’annoncer à la nation, le début des opérations militaires décisives contre tous les groupes armés qui terrorisent les populations de l’Est du pays, victimes des graves violations des Droits l’Homme et du Droit International Humanitaire, longtemps décriées par tous.                                
Comme si cela ne suffisait pas, le maintien des sanctions contre d’autres personnalités congolaises, architectes de l’alternance démocratique dans notre pays, n’est pas de nature à contribuer à l’enracinement de la démocratie, de la culture électorale et de la stabilité des institutions. N’est-ce pas cela une forme de sabotage ?

En second lieu, le Panel des Experts de la Société Civile considère comme suicidaires les déclarations belliqueuses de certains acteurs politiques de la coalition au pouvoir qui fusent dans tout sens et qui n’honorent pas leurs auteurs. Ces derniers donnent l’impression de servir des causes perdues et contre productives, qui du reste, aux antipodes des  objectifs politiques de leur coalition.
Œuvrer aujourd’hui pour la rupture de cette coalition perçue comme  une œuvre salvatrice  et porteuse d’espoir aux yeux des hommes de bonne foi, n’est rien d’autre que servir les ennemis de la paix et de la stabilité de la RDC. 

En troisième lieu, le Panel des Experts de la Société Civile encourage et soutient, à juste titre, l’application du principe constitutionnel de la gratuité de l’éducation de base, et recommande au Gouvernement d’approfondir la matérialisation de sa mise en œuvre, de manière à mettre fin aux multiples grognes sociales consécutives à cette réforme, combien salutaire aux parents, aux enseignants et aux élèves.

Enfin, le Panel des Experts de la Société Civile exhorte les princes de l’Eglise de demeurer « Eglise au milieu du village », où il n’y a pas d’un côté des anges à protéger, et de l’autre, des diablotins à jeter en enfer.

Fait à Kinshasa, le 22 novembre 2019,

Pour le Panel des Experts de la Société Civile

Dieudonné MUSHAGALUSA C.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here