Emery Okundji fait la restitution, la base des FONUS satisfaite des prouesses de son délégué au Gouvernement Tshibala

0
40

Redevabilité oblige, Emery Okundji Ndjovu, Ministre des Postes télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication au Gouvernement d’union nationale issu du dialogue de la CENCO a fait, le week-end dernier au siège des FONUS sur le boulevard Triomphal à la base de son parti, la restitution de l’ABC de sa mission au Gouvernement sortant.

D’entrée de jeu, le Secrétaire Général des FONUS a rappelé le contexte de son accession à la tête de ce grand ministère précité par la volonté de l’ex président de la République, et celui de son intérim à la tête du ministère de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel après l’élection de son collègue Gaston Musemena à l’Assemblée nationale.

S’agissant des PT-NTIC, l’ex ministre a fait part de ses prouesses dans l’assainissement du secteur et surtout dans la mobilisation des recettes. « Nous avons permis au Trésor public de recouvrer des millions de dollars qui lui échappaient par le passé dans le secteur des télécommunications. Et pour y parvenir, nous avons reçu la bénédiction du président Joseph Kabila qui nous a instruit de briser toute résistance », a-t-il indiqué.

À l’EPSP, Emery Okundji se félicite d’avoir réussi à rendre effective la vision du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo sur la gratuité de l’enseignement de base sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Cette prouesse que tout le monde reconnaît au très courageux Okundji n’a pas laissé indifférent les militants et cadres de son parti qui l’ont couvert de panégyriques.

Le train ne peut ni reculer ni s’arrêter

Pour mieux expliciter la gratuité de l’éducation de base, le Ministre honoraire a visité le Dictionnaire « Larousse » qui définit la gratuité comme le caractère de ce qui est gratuit, le mot gratuit signifiant à son tour « ce dont on peut jouir sans rien payer ». Cet avocat de profession a visité aussi le vocabulaire juridique qui présente la gratuité comme le caractère de ce dont on peut jouir « sans contrepartie ».

En bon Législateur et légaliste, le « plusieurs fois élu » de Lubefu a fait recours à la constitution qui, en son article 43, rend obligatoire l’enseignement de base et en consacre la gratuité, ainsi que la loi cadre sur l’enseignement national qui en fixe les modalités.

Le Secrétaire Général des FONUS a rendu hommage au Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, dans sa vision, a tenu à appliquer ce vœu du constituant, afin que les richesses du Congo profitent aux filles et fils du pays. Il invite les militants et cadres de son parti et l’ensemble du peuple congolais à s’approprier cette vision du Chef de l’État et à la soutenir sans relâche.

À la question sur l’origine des fonds pour financer la gratuité, M. Okundji souligne que la voie a déjà été tracée lors de la grande table ronde sur la gratuité de l’éducation de base tenue en Août dernier à Fleuve Congo Hôtel : « les moyens proviendront du Budget de l’État et des partenaires extérieurs. C’est dans ce cadre, d’ailleurs, que le Premier citoyen de la République est parti dans sa tournée euro américaine et est revenu avec 1 milliard de dollars pour ce faire », se félicite-il. Le Gouvernement, dit-il, est ainsi appelé à mettre tout en œuvre pour l’effectivité totale de cette réforme.

À ceux qui tentent de limiter la gratuité, Emery Okundji rappelle qu’aux termes de la loi-cadre sur l’enseignement national, en son article 10, l’enseignement de base c’est les 6 années de l’école primaire et 2 années post-primaire, càd, la 7ème et la 8ème année. « Ce n’est ni Okundji ni personne d’autre qui va limiter la gratuité à quelques classes », a-t-il martelé.

Détournement : de la pire affabulation

« Mon successeur qui a cru se trouver devant une manne tombée du ciel, lorsque, au-lendemain de la remise et reprise, la prime du mois de juillet est arrivée, a trouvé des subterfuges pour s’en approprier, lui qui n’a même pas travaillé car n’étant pas encore aux affaires pendant la période sous examen. Pour détourner l’attention du public le ministre Kibassa a instruit ses services pour organiser une campagne de dénigrement contre ma personne », révèle Emery Okundji. L’ancien patron des PT-NTIC prévient que ses détracteurs le trouveraient sur leur chemin et qu’il ne se laisserait pas tomber dans leur piège. « La prime revient de droit aux membres du cabinet ayant presté pendant la période gratifiée et Kibassa n’a rien à y faire. Nous ne le laisserons pas détourner cet argent » lâche Okundji qui dit avoir saisi toutes les autorités compétentes pour que ses collaborateurs, son Vice-Ministre et lui-même rentrent dans leur droit.

Bien avant, une minute de silence a été observée en mémoire des compatriotes disparus dans le crash de l’avion affrété par la logistique présidentielle. Emery Okundji exprime toute sa compassion au Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a perdu ses proches collaborateurs, à la nation toute entière et aux familles des illustres disparus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here