Exetat 2019: Emery Okundji palpe la réalité dans plusieurs centres de Kinshasa et se félicite d’une organisation impeccable

0
124

Par Oscar Bisimwa

Le Ministre de l’enseignement primaire secondaire et professionnel Emery okundji a fait la ronde de quelques centres de la ville de Kinshasa en marge du debut officiel de la session ordinaire de l’examen d’État édition 2019.

Accompagné de plusieurs cadres et hauts gradés de l’administration de son secteur dont la secrétaire générale à l’enseignement technique et professionnel et l’inspecteur général de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel, Emery okoundji a entamé tôt le matin sa visite au collège Saint-Joseph Elikya dans la commune de la Gombe, province éducationnelle de Kinshasa-Lukunga.

Sur place, le Patron de l’EPSP a conféré avec les responsables du centre avant d’aller dire un mot d’encouragement aux élèves qui s’apprêtaient à commencer leur première épreuve de culture générale.

« le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi place l’éducation au centre de ses préoccupations. Il m’a envoyé vérifier si tout se passe bien de manière à vous permettre d’affronter avec quiétude vos différentes matières qui vont constituer les 4 jours d’épreuves », a-t-il dit.

Assurance reçue du bon déroulement de l’examen, Emery Okundji Ndjovu a repris son bâton de pélerin, direction Institut de la Victoire dans la commune de Kasa-Vubu, province éducationnelle de Kinshasa-Funa. Ici, le Ministre ai de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel a fait le tour de plus d’une salle d’examen où il a reçu les premières impressions des finalistes et leur a adressé son message d’encouragement.

Au collège Saint-Étienne dans la commune de Limete, province éducationnelle de Kinshasa-Mont Amba, Emery okoundji s’est impliqué dans la résolution immédiate d’un cas litigieux, une jeune fille autodidacte qui n’était pas autorisée à présenter son examen, son nom ne figurant pas sur la liste des candidats attendus.

Après concertation avec l’inspecteur général, le ministre a instruit les services afin que la candidate soit admise pour présenter son examen d’aujourd’hui et de vite trouver les centres dans lequel elle serait inscrite. La candidate qui fondait déjà en larmes a vu en la personne du Ministre Okundji, un véritable Moïse. Et l’action n’est pas passée inaperçue aux yeux de plusieurs dizaines de femmes, vendeuses des environs qui ont ovationné le Ministre, en saluant sa sensibilité paternelle.

Juste après, l’homme de terrain a pris la route du collège Don Bosco dans la commune de masina, province éducationnelle de Kinshasa-Tshangu. Dans cette école essentiellement technique, le Ministre Okundji a reçu des explications du tableau synoptique, et s’est adressé aux candidats à l’examen d’État : « vous êtes l’avenir de notre pays, c’est vous qui allez nous remplacer demain. Le pays attend beaucoup de vous. Lisez et relisez attentivement vos questionnaires respectives, avant de répondre à chacune des questions qui vous sont posées », a conseillé le Ministre.

722.907 finalistes sur l’ensemble du territoire national

À l’issue de la visite, le patron de l’EPSP s’est félicité de l’organisation impeccable. Emery Okundji a souligné que la session ordinaire de l’examen d’État édition 2019 ainsi que celle du jury national du cycle court se déroulant sur l’ensemble du pays et en territoire hors-frontières conformément aux dates prévues dans le calendrier scolaire 2018-2019 du lundi 24 au jeudi 27 juin 2019.

S’agissant du nombre, Emery Okundji a fait savoir que Le Centre national d’organisation des examens a enregistré 722.907 inscrits répartis dans 2.095 centres soit une moyenne de 345 candidats par centre.

Concernant le jury national du cycle court dont l’organisation est à sa 9e année, le nombre des inscrits s’élève à 4.938 dissémines dans 277 centres soit une moyenne de 18 candidats par centre.

Faisant une lecture comparative entre la session en cours et celle de l’année précédente 2018 qui avait reçu 672.209 candidats dont 264.850 filles soit 39,3%, Emery Okundji Ndjovu a noté une augmentation de 50.698 Candidats, soit 7,5 %.

… Hors de nos frontières

Parmi les 2.095 centres dénombrés 7 sont organisés en territoire hors-frontières dont 5 sont directement dépendant des provinces éducationnelles de la République démocratique du Congo. Il s’agit des centres Kigoma 2 et Kigoma 3 en Tanzanie qui dépendent de la province éducationnelle du Sud-Kivu 2, Kampala en Ouganda qui est administré par la province éducationnelle de l’Ituri 1, Kigali au Rwanda qui est administré par la province éducationnelle du Nord-Kivu 1 et Bujumbura au Burundi qui dépend du Sud-Kivu 2.

Quand aux centres de Luanda et de Cabinda en Angola, ils sont placés sous tutelle administrative de l’inspection générale de l’enseignement primaire secondaire et professionnel à Kinshasa.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here