L’intelligence Artificielle doit être un axe d’action prioritaire pour réduire la fracture numérique et sociale ; Emery Okundji à la conférence internationale de Beijing

0
32

Par O. MUSHAMALIRWA

Le Ministre ai de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Emery Okundji Ndjovu a représenté la République démocratique du Congo à la conférence internationale sur l’Intelligence Artificielle à Beijing en Chine, du 14 au 18 Mai 2019.

Lors de son intervention au panel des Ministres Africains organisé dans le cadre de ladite conférence, le Ministre Emery Okundji Ndjovu qui est aussi Ministre des Postes Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la Communication a indiqué que l’Intelligence Artificielle génère de nouvelles solutions d’enseignement et d’apprentissage pour le développement de l’éducation dans le monde. « Pour l’Afrique, l’intelligence Artificielle doit être un axe d’action prioritaire pour réduire la fracture numérique et sociale. » a souligné le Ministre de l’EPSP Emery Okundji.

Ce panel a été placé sous le thème : réduire la fracture de l’intelligence Artificielle en donnant la priorité à l’Afrique. Dans la foulée, l’infatigable Ministre Okundji a précisé que l’Intelligence Artificielle doit être un axe d’action prioritaire pour réduire la fracture numérique et sociale. Ainsi les pays africains doivent permettre à leurs populations un accès au haut débit abordable et universel de même qu’une augmentation de l’utilisation des services à large bande dans leur région, a-t-il signifié.

Pour lui, l’atteinte de ce challenge n’est possible que si ces Etats africains développent des infrastructures de communication électronique Large Bande notamment les réseaux de transmission à fibre optique et le recours à la transmission satellite. Aussi devront-ils tout mettre en œuvre pour développer des réseaux nationaux de transmission Large bande et de favoriser une intégration régionale notamment par l’interconnexion de ces réseaux, a-t-il ajouté.

Poursuivant sa brillante intervention, Emery Okundji a suggéré que Les pays africains puissent avoir une vision globale des politiques publiques sur l’Intelligence Artificielle au service du développement durable : la complexité des conditions technologiques nécessaires pour progresser dans ce domaine suppose l’alignement de multiples facteurs et institutions.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here